Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Ci-gît le G8 ?

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30419

Ci-gît le G8 ?

Message par Schattenjäger le Mar 14 Juil - 11:00

Source : Liberation

Les ondes sismiques qui ébranlent encore L’Aquila auront - symboliquement - achevé le G8. Son 35e sommet, dans une caserne qui a servi de morgue il y a trois mois, a peut-être été le théâtre de son ultime souffle. C’est que le rotary-club des huit pays les plus riches de la planète a, une fois de plus, apporté la preuve sur un plateau doré de son anachronisme. En devisant - exemple -, entre soi le premier jour, sur le péril climatique. Et tentant, le jour d’après, d’embarquer les grands émergents dans des objectifs chiffrés et datés. Alors que le G8 campe dans une frilosité coupable depuis des années. Des années - aussi - que les pays du Sud attendent des flux financiers et des transferts de technologies propres… Sans rien voir venir.

Parler de (quasiment) tout, décider de (presque) rien, tout en donnant l’impression d’imprimer un cap à la planète : cette diagonale du flou a eu raison de ce directoire obsolète. Sorte de résidence barricadée pour 3e âge censée prendre le pouls des bouleversements d’un monde où les enjeux n’ont jamais été aussi mondialisés, le G8 a dû, à la faveur de la crise (venue de son sein), lâcher du lest. Accepter, enfin, une quasi-perestroïka : la tenue d’un G20. Pour preuve, l’intitulé officiel du sommet : G8 5 1 5. S’ouvrir donc par nécessité. En 2014, l’économie américaine pèsera moins de 20 % du PIB planétaire ; la Chine, l’Inde, le Brésil le quart.

« Une réunion datée », a convenu Obama. Suivant le sillage d’un axe franco-allemand très en faveur de l’ouverture… Pourtant, le G8 n’a pas qu’un palmarès de promesses non tenues (de l’aide au développement de l’Afrique en passant par le besoin d’un « juste » commerce). Il a, sous pression des ONG et des alters porte-parole du Sud, tenté de donner quelques impulsions. Sur l’annulation de la dette des pays du Sud (initiative PTTE), l’accès aux médicaments (le Fonds mondial contre les pandémies).

L’avenir est-il à une multitude de « G », comme l’assure Hubert Védrine (lire ci-dessous) ? « A un G192 », plaide ainsi Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie. En attendant, le G8 devrait toujours tenir réunion. L’Italie jalouse de son statut ; le Japon jaloux de la Chine voisine ; le Canada fier d’être enfin, le temps d’une réunion, l’égal des Etats-Unis. Soit. Mais une page diplomatique est tournée. Comme les regards.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 9:51