Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

Derniers sujets


Le commerce avait déjà une dimension planétaire il y a 400 ans

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 31441

Le commerce avait déjà une dimension planétaire il y a 400 ans

Message par Schattenjäger le Mar 23 Juin - 13:52

Des perles françaises et chinoises en verre bleu, néerlandaises, en ambre baltique: environ 70.000 perles fabriquées dans le monde entier ont été mises au jour dans l'un des avant-postes éloignés de l'empire espagnol: la mission Santa Catalina de Guale.


Les perles ont été trouvés dans le cadre d'un vaste projet de recherche mené par une équipe de scientifiques de l'American Museum of Natural History sur St. Catherines Island au large des côtes de Géorgie.

Ces perles éclairent ainsi les archéologues sur les anciennes routes commerciales et fournissent des indices sur la structure sociale et la richesse de la population.

"Il s'agit du poste le plus au Nord de l'empire espagnol, et pourtant nous y voyons la preuve d'anciennes routes commerciales depuis la Chine vers le Mexique et l'Espagne", explique Lorann Pendleton, Directeur du Laboratoire d'archéologie au museum.
«Nous avons aussi peut-être trouvé la première preuve de fabrication de perles espagnoles, avec des perles provenant des principaux centres producteurs: l'Italie, la France et les Pays-Bas."


La mission de Santa Catalina de Guale était habitée par des missionnaires franciscains et des populations locales, tout au long du 17ème siècle.
La mission était une source importante de céréales pour la Floride espagnole et fut une capitale provinciale jusqu'à 1680, date où la mission a été abandonnée après une attaque britannique.

Depuis 1974, David Hurst Thomas, conservateur d'anthropologie au museum, et ses collègues ont soigneusement découvrir cette partie de l'île et de son histoire.
La recherche actuelle est basée sur l'excavation de l'église du cimetière et sur un vaste travail de sondage et de fouilles dans les autres parties de la mission.
Des années d'analyse révèlent quelque 130 différents types de perles sur l'île, et le nombre de spécimens par genre va de un à 20000.

La plupart des perles communes proviennent de Venise et parfois de France.
Certaines des perles uniques seraient espagnoles, chinoises, de Bohême, indiennes, ou encore d'origine Baltique.

Alors que près de 2000 perles ont été trouvées un peut partout dans la mission (même dans le couvent), la plupart ont été trouvées dans le cimetière sous l'église.
Ces objets ont été déposés intentionnellement par des personnes en tant que biens mortuaires, et l'analyse de ces éléments montre qu'il y avait de subtils changements temporels et spatiaux dans la façon dont le cimetière a été utilisé.

La plupart des sépultures trouvées avec un grand nombre de perles semblent dater de la première partie de l'histoire de la mission ( soit la première moitié du 17e siècle); les objets trouvés avec des sépultures postérieures à cette époque sont plus susceptibles de contenir des médaillons religieux et des chapelets.

Comme la moitié des perles dans le cimetière sont enterrées avec un nombre restreint de personnes qui ont tendance à être près de l'autel, il est alors supposé qu'ils étaient d'un statut élevé dans la communauté.

Elliot Blair, étudiant diplômé du Département d'anthropologie de la University of California at Berkeley, souligne qu' "il est difficile de dire si la présence de perles reflète des hiérarchies de naissance ou cléricales ou bien la présence de riches individus ou encore autre chose. Pourtant, c'est le plus grand assemblage de perles jamais trouvé dans une mission espagnole, et l'étude de ces documents a donné des informations sur la façon dont, dans la société Guale, les pratiques funéraires, ont évolué tout au long du 17ème siècle. "

Le nombre de perles trouvées sur l'île de St. Catherines suggère que Santa Catalina de Guale était un poste relativement riche.

L'île est fertile et a été la capitale de la province: deux explications possibles pour le grand nombre de perles constatée par rapport à d'autres missions.

"La mission de St. Catherines était une frontière, mais elle était aussi un grenier à blé de la côte Est de l'empire espagnol", explique Pendleton.

«Les missionnaires de Saint-Augustin ont toujours faim, vous pouvez le lire dans les lettres écrites à l'époque, parce que cette zone était trop humide et chaude pour que maïs puisse se développer facilement. St. Catherines était alors tout à fait capable d'échanger du maïs contre des perles."

Source:

Liens:

edit Apollyôn : source : http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2009/04/le-commerce-avait-deja-une-dimension.html

    La date/heure actuelle est Lun 18 Juin - 19:37