Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Réincarnation, néologisme parallèle à la metenpsychose

Partagez
avatar
pierrephilosophe
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 39

Réincarnation, néologisme parallèle à la metenpsychose

Message par pierrephilosophe le Mar 19 Mai - 10:38


En Inde et dans les pays extrême-orientaux,
sous l’influence des traditions hindoue et bouddhiste, on parle plutôt
du samsara, le cycle de naissances et des morts évoqué plus haut. Selon
les bouddhistes, tous les êtres vivants sont prisonniers de ce cycle
qui est sans commencement et sans fin. Ils passent d’existence en
existence, jouissant tantôt de l’existence délicieuse des divinités,
tantôt soumis aux tourments d’enfers terrifiants. Ils errent parfois
dans le monde des animaux ou souffrent de la faim et du désarroi dans
le monde des esprits affamés. Ils peuvent aussi naître comme
êtres humains pour faire l’expérience consciente, dans leur corps et
dans leur esprit, de l’impermanence de toute vie (même la vie très
agréable des divinités les plus élévées a une fin ). Ce qui enferme les
êtres dans cette prison, nous l’avons vu au deuxième chapitre, c’est le
karma : les actes négatifs (égocentriques ou égotiques) et les actes
positifs posés dans cette vie porteront des fruits, également négatifs
ou positifs, dans une vie ultérieure, comme le font dans cette vie ceux
qui ont été posés dans des vies antérieures … Dans tous les cas, les
êtres restent prisonniers du cycle. S’ils continuent inlassablement à
se comporter de manière égocentrique, c’est parce qu’il ne voient pas
les choses telles qu’elles sont. Ils sont très attachés à l’idée qu’il
y a quelque chose en eux de permanent qui résistera aux changements.
Enfoncés dans leur ignorance, ils continuent à se comporter de manière
égocentrique, pensant ainsi épanouir leur soi individuel,
alors qu’il n’est que pure illusion. On voit donc à quel point le mot
réincarnation est peu adéquat pour exprimer cette réalité qui est
d’ailleurs d’autant plus complexe qu’elle est vécue différemment selon
les diverses formes de bouddhisme...........
http://www.fnamgpm.com/FORUM/Detail.asp?Id=8858

a+ pierrephilosophe
avatar
archétyp
Invité

THEORIE DES MEDICHLORIENS

Message par archétyp le Ven 30 Oct - 22:37

THEORIE DES MEDICHLORIENS

Les médichloriens sont le
constituant informationnel de notre univers, l’Esprit en quelque sorte. Ils se nourrissent d’expériences, de vécus. Ils créent chez
leur hôte un sentiment d’identité, de cohérence : je suis, j’existe. Leur
concentration nous permet d’accéder à plus de « conscience ». Les
médichloriens conservent la mémoire du vécu de tout ce qu’ils constituent. Plus
nous élargissons notre vision du monde, plus leur densité augmente, plus leur
densité augmente, plus nous avons la possibilité de sortir de notre formatage.

Lors de la fécondation de l'ovule, il y a transfert de
médichloriens du père dans l'ovule, qui lui, recèle déjà des groupes de
medichloriens de la mère. Ensuite, pendant l’évolution de l'embryon, il y a
afflux de groupes de médichloriens extérieurs, en fonction de leur disponibilité
et de leur affinité avec la structure, les caractéristiques électromagnétiques
de cet embryon. A la naissance, l'enfant possède donc un certain « quotta »
de médichloriens. Ce quotta va augmenter ensuite, proportionnellement à la
richesse du vécu de l’hôte, sans notion de valeur quand aux types d’expériences
vécues. Il n’y a ni bien, ni mal. Dans certains cas d’afflux massifs de
médichloriens, cela peut conduire à ce que l’on appel le génie.

Les médichloriens conservent la mémoire des expériences des
entités qu’ils ont occupé avant nous. Les groupes de médichloriens viennent
d’humains ou d’entités non-humaines différentes. Ils peuvent s’incarner (entrer
dans un corps) à n’importe quel moment, ou en partir, selon leurs nécessités,
le contexte. En fait, il n’y a pas une seule « âme » renaissant de
vie en vie, mais nous sommes constitués de la synergie des vécus des groupes de médichloriens
qui nous colonisent. Nous
« n’existons » réellement qu’une seule fois, ici et maintenant. Nous
sommes constitués de la somme des informations collectées par les groupes de
médichloriens qui nous habitent, à travers leurs différentes colonisations
passées.

Afin de permettre une continuité, une cohérence à notre vie, il existe
une cellule «maîtresse» habitée d’un même groupe de medichloriens « mère »,
cohérent, chargé de structurer la totalité des groupes de médichloriens. Une
cellule est normalement le réceptacle d’un groupe de médichloriens de même
affinité (vécu). Cela permet la cohérence identitaire de la cellule.

En cas de présence accidentelle de plusieurs groupes différents de
médichloriens, dans une même cellule, il y a risque de dégénérescence de la
cellule, par manque de cohérence. La réplication de ces cellules devient,
anarchique.

Nous remarquons souvent, que des personnes qui vivent ensembles
depuis longtemps, finissent par « déteindre » l'un sur l'autre. Il y
a, en effet, migration de médichloriens d'une personne vers l'autre, donc
apports mutuels. Le groupe de médichloriens « mère » s’incarne dans une
même lignée familiale, ce que nous appelons « la mémoire génétique ».


Les médichloriens n’ont d’autre objectif que d’emmagasiner de
l’information, d’accumuler le vécu de
leur hôte. C’est une forme de nourriture, c’est pourquoi il leur est impératif
de s’incarner. Ils quittent un être qui ne satisfait plus leur boulimie, pour
un autre. C’est ce qui se passe au moment de la mort.

La mort de l’hôte donne le signal du grand départ. Cet exode
s’effectue plus ou moins progressivement. L’entité humaine perd conscience
d’elle-même. La cohésion de sont esprit disparaît progressivement. A mesure que
les médichlorelles s’en vont, seuls certains faits, certaines convictions
marquantes peuvent continuer d’exister, conservant un semblant de conscience. Les
médichloriens sont maintenus par une certaine quantité d’énergie résiduelle de
l’hôte (formes pensées). La cohésion de
quelques groupes de médichloriens résiduels, alimente cette conscience simplifiée, expliquant
le phénomène des désincarnés.

Le processus de mort génère un départ massif des médichloriens, aussi
bien dans notre espace-temps que vers d’autres. Le départ du groupe de
médichloriens « mère », accompagné de la masse des médichloriens,
« transporte » la conscience de l’hôte vers une « zone de
transite », un autre espace-temps. Grâce au groupe de médichloriens
« mère », l’identité de l’hôte est temporairement maintenue pendant ce
« voyage », les souvenirs de ce processus sont perçus comme fabuleux.
Le redémarrage des fonctions vitales du corps, pendant ce « voyage »,
stop brutalement cette migration. Les médichloriens réintègrent rapidement
l’entité. Le souvenir d’êtres lumineux, d’êtres chers, cauchemardesques,
correspond, pour ceux qui les rapportent, à une projection holographique interactive
de leurs croyances, ainsi qu’à des rencontres de « voyageurs » spatiotemporels.

Ce que certains nomment « réincarnation », correspond à
la migration du groupe de médichloriens « mère » dans un nouveau né
de même ligné familiale. Il est important de comprendre que les médichloriens
ne sont pas des entités palpables, visibles, ce sont des grains de conscience.
Un même groupe « mère » peut-être présent simultanément dans
plusieurs humains. Cela provoque une identification à une famille, au sens
large. Malgré tout, chaque humain sera spécifique, puisque il y aura
interaction entre le groupe « mère » et l’ensemble des groupes de
médichloriens, d’origines diverses, peuplant toutes les autres cellules de
notre corps.

L’infinité des médichloriens représente la masse manquante de
l’Univers.

Notre univers est constitué d’une trinité : Forme, Conscience
(les médichloriens) et Energie. Le tout, en expansion informationnelle perpétuelle :
la somme des vécus amassés par les médichloriens augmente de façon
exponentielle.

Le temps pour ces entités n’existe pas,
ils fonctionnent dans «l’événementiel». Elles constituent une vaste conscience intemporelle.
C’est en quelque sorte l’hyperlien qui uni le créé.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30655

Re: Réincarnation, néologisme parallèle à la metenpsychose

Message par Schattenjäger le Sam 31 Oct - 1:55

Star wars
avatar
Gaiya
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1005

Re: Réincarnation, néologisme parallèle à la metenpsychose

Message par Gaiya le Mar 3 Nov - 18:44

Très intéressant j'aimerais avoir plus d'infos pourrais tu me dire de qui est cette théorie stp? Merci. Very Happy

Contenu sponsorisé

Re: Réincarnation, néologisme parallèle à la metenpsychose

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 17:08