Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Diable et danse

Partagez
avatar
pierrephilosophe
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 39

Diable et danse

Message par pierrephilosophe le Mer 8 Avr - 22:08


Le vendredi saint et à Pâques, six cantons interdisent encore la danse


Diabolique | Six
cantons alémaniques interdisent la danse le vendredi saint et à Pâques.
Ce sont Uri, Obwald, Schaffhouse, Bâle-Campagne et Soleure. Appenzell
Rhodes-Intérieures l'exclut même durant toute la Semaine sainte.


Alors que le canton de Lucerne a levé cet
interdit il y a un mois, le canton de Zurich le maintient en partie.
Les bruyantes manifestations de plein air (danse, sport ou projections
de cinéma) y restent proscrites durant les principaux jours fériés.
Les cantons concernés règlent le «Tanzverbot» dans la loi sur le
repos. Il ne s'agit pas d'imposer la raison chrétienne aux fidèles de
toutes les croyances mais de protéger leur droit à la tranquillité
Prohiber la danse le vendredi saint peut se comprendre car la
majorité de la population considère qu'il s'agit d'un jour de deuil
commémorant la mort du Christ. Il est plus étonnant qu'elle le soit
aussi le jour de Pâques qui voit Jésus ressusciter.
Diable et danse
Dans les pays européens, cette
interdiction frappant la danse s'enracine dans un lointain passé. Un
lien entre la danse et les forces obscures s'est fait dès la
préhistoire. Magiciens et sorciers dansaient alors le visage portant un
masque représentant un animal ou un démon.
L'effet euphorisant voire extatique de la danse est stigmatisé par
la suite. Un siècle avant l'ère chrétienne, par exemple, Cicéron
jugeait: «Il n'y a presque personne qui ne se permette de danser tant
qu'il est à jeun». Le philosophe et homme politique romain critiquait
aussi les danses dénudées.
Désir de la chair
L'Eglise chrétienne prend rapidement
conscience que la danse attise le désir de la chair. Elle condamne donc
son usage social. Au 4e siècle, Saint Augustin dénonce ces sons
séduisants qui enivrent si rapidement les sens et affablissent l'âme.
Il passe pour avoir écrit «la danse est un cercle au centre duquel se
trouve le diable lui-même.»
Au Moyen Age, jongleurs et ménestrels sont souvent considérés comme
«ministres de Satan». Vers l'an 800, Charlemagne va jusqu'à proclamer
une interdiction générale de danser. Cependant, son bon peuple fait de
la résistance et la danse reste un divertissement très apprécié à tous
les échelons de la société.
L'Eglise se résout donc à la tolérer comme un mal nécessaire. En
terres protestantes en revanche, les réformateurs se montrent plus
stricts: la danse y est proscrite toute l'année. Les contrevenants
doivent faire pénitence. Dans les cas les plus graves, ils perdent
jusqu'au salut de leur âme.
Catholiques tolérants
En Suisse, Genève discute d'une
telle interdiction en 1539 et Berne en 1573. Les régions catholiques
étant plus tolérantes dans ce domaine, les protestants vont volontiers
se trémousser dans les cantons voisins.
Des ecclésiastiques publient jusqu'au 17e siècle des pamphlets dans
lesquels ils considèrent la danse comme un élément du rite de
l'adoration du diable. La danse est aussi un indice pour reconnaître
une sorcière, en plus de l'attrait sexuel et des sortilèges.
«Rire pascal»
Jusqu'au 20e siècle, Pâques était l'unique
jour de l'année où il était permis de rire à l'église. Les prédicateurs
se devaient d'être spirituels dans les deux sens du terme. C'était la
coutume du «risus pascalis» (rire pascal) instaurée au 14e siècle mais
supprimé, comme la danse, sous l'influence du protestantisme.
Maints prêtres se permettaient alors des blagues «sur ce que les
époux faisaient sans témoin dans leur chambre», affirmait le
réformateur bâlois Johannes Ökolampad il y a 500 ans. Mais il a sans
doute exagéré l'aspect grivois des plaisanteries du clergé dans le seul
but de dénigrer ses adversaires.
BONNES FETES DE PAQUES A TOUS ET A TOUTES. a+ pierrephilosophe
avatar
Passiflore
VIP
VIP

Nombre de messages : 1074

Re: Diable et danse

Message par Passiflore le Ven 10 Avr - 17:34

C'est vrai que chez les intégristes protestants, qu'on appelle aussi puritains, si je ne m'abuse, les plaisirs sont vivement déconseillés. Il ne faut pas chanter, rire, danser, etc...
Autant cesser de vivre...

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 22 Nov - 17:22