Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

Tolhuin, Agentine le 20 Mai 2017.

Partagez
avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Tolhuin, Agentine le 20 Mai 2017.

Message par Mikerynos le Jeu 8 Juin - 16:03

Tolhuin, Agentine le 20 Mai 2017.
Disparition de bovins



Pour celui, qui comme moi qui s’intéresse aux mutilations de bétails, la disparition de troupeau peut être également un sujet complémentaire, bien qu’ici aucune mutilation ne soit rapportée, certains faits restent intrigants…

Les faits se sont déroulés à « La Estrella » qui est située à 22 kilomètres au Sud de Tolhuin, une ville d'Argentine située dans la province argentine de Terre de Feu, en Patagonie, dans une exploitation de 21 900 hectares appartenant à Jorge Sevillano.
Nous sommes ici sur une île. Ce cas me rappel la disparition de cinq vaches de race Herefords dans l’Ohio le 6 novembre 2006 dans des circonstances mystérieuses, et bien sur la vague de mutilation de bovins qui a sévit dans ce pays en 2002… Un phénomène qui est également très présent aux USA et qui continu de façon sporadique dans ces deux pays.

Bien que la disparition de troupeau entier ne soit pas une nouveauté, nous avons quelques cas récents avec ceux de 300 moutons et de 120 bovins le 27 Juillet 2016 dans le comté Lincolnshire au Royaume-Uni, et de nouveau dans le même comté, le 8 Juin 2015, avec 600 moutons qui avaient disparu sur l’exploitation de Jason Steeper… Un troupeau de 500 vaches a aussi mystérieusement disparu (360 selon certaines sources) de leur enclos, le 25 Août 2016 dans la région de Canterbury, en Nouvelle-Zélande. Il faut bien avouer que la police a fait « chou blanc » sur ces disparitions de masse.

Ler fait qui nous intéresse ici a été repris par de nombreux médias argentins, et par un article du journal « Le Parisien »… Ce que ne dit l’article, c’est qu’un autre éleveur, propriétaire d'un ranch dans la même région, qui ne désire pas porter plainte, a constaté la disparition de 1000 de ses brebis.

300 bêtes se sont volatilisées d'une exploitation en Terre de Feu. La police enquête.

Au bout du monde, où la Terre de Feu argentine s'effiloche à l'approche de l'Antarctique, où le vent lynche jour et nuit les steppes pelées, les habitants de l'archipel austral suivent depuis une semaine l'enquête d'un vol hors du commun : près de trois cents vaches ont été subtilisées à un couple d'exploitants. La valeur du butin pèse aussi lourd que ces bovins d'une demi-tonne chacun, l'ensemble des 297 rousses de race anglaise est estimé à 330 000 €. Le pays entier s'est passionné pour le mystère des vaches disparues.


« Nous sommes énervés et tristes », souffle Silvia Martinez, 47 ans, qui a repris l'exploitation familiale il y a quatre ans avec son conjoint, Jorge, 49 ans. « L'été, on emmène nos vaches à pied, à travers les ruisseaux et les bois vers une zone reculée, à 20 km de notre ferme», raconte Silvia. Un bouvier veille constamment sur l'immense zone où paissent les vaches, qui s'atteint en six heures à dos de cheval depuis la ferme. C'est à l'arrivée de l'automne argentin que le couple découvre l'absence de nombreuses têtes. «On a fait le compte et il en manquait la moitié, déplore l'exploitante. Il y avait des vaches qui allaient mettre bas, d'autres qui restaient auprès de leur veau »

Comment les voleurs ont-ils pu exfiltrer un tribut si encombrant ? « On exclut un vol par transport parce qu'un véhicule ne peut contenir que 60 bêtes. Et puis on réalise des contrôles routiers tout le temps », estime Carlos Manetti, commissaire général en charge de l'enquête. La police montée cavale à travers la région. Un hélicoptère a effectué un vol de reconnaissance. Des traces de sabots sur la terre humide, des ossements de bêtes abattues ou une fosse improvisée... aucun signe n'a pour l'instant été retrouvé. Toutes les vaches de la région ont été inspectées, à la recherche de la puce d'identification flanquée à l'oreille ou du nom de l'exploitation marquée au fer sur la croupe.

« C'est une situation extraordinaire, en général ce sont deux à cinq bêtes qui sont enlevées et on finit par les retrouver, rapporte le commissaire. On n'a pas encore cerné la filière, mais elle existe. Les vaches n'ont pu disparaître mystérieusement » Dans ce pays de carnivores, la viande bovine représente un juteux marché noir. «Les bœufs sont abattus illégalement ou directement sur le lieu du vol», explique Carlos Manetti. Seulement, les gargantuesques quantités de viande que représenterait le butin passeraient difficilement inaperçues à Tolhuin, le village le plus proche, 8 000 âmes. Le bouvier, âgé d'une soixantaine d'années, a été écouté par la police et continue de travailler pour le couple floué qui « ne soupçonne pas son personnel » et compte sur la finauderie des voleurs pour retrouver son bétail vivant. « Ils peuvent les utiliser comme reproductrices, espère Silvia, nos vaches arrivent à donner jusqu'à onze veaux chacune »
___________________________________
Source : Article du du journal « Le Parisien » du 28 Mai 2017.


___________________



    La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû - 23:28