Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

L’énigme du crash du vol Korean Airlines 007

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30075

L’énigme du crash du vol Korean Airlines 007

Message par Schattenjäger le Ven 3 Mar - 12:34

L’énigme du crash du vol Korean Airlines 007



Le 1er septembre 1983, un boeing 747 de la Korean Airlines est abattu par un chasseur SU-15 de l’armée soviétique au large de l’île de Sakhaline, entraînant dans la mort les 269 passagers et membres d’équipage. Tout le monde pointe du doigt l’Union soviétique et des drapeaux de l’URSS sont brûlés sur les places de Séoul. Cet acte risque de sérieusement compromettre les relations est-ouest et on redoute des représailles de la part des Etats-Unis. Pourtant de nombreuses zones d’ombres et des informations erronées entourent ce tragique incident.

Le vol Korean Airlines 007

Le Boeing 747 décolle de l’aéroport de New York pour se rendre à Séoul via Anchorage en Alaska, où il est ravitaillé en carburant. Au départ d’Anchorage, le commandant de bord Chun-Byung-In, un pilote expérimenté et strict, doit suivre une route appelée « Roméo 20 » qui longe les côtes soviétiques à environ 300km de celles-ci sur les eaux internationales. Cette voie est parsemée de points de repères pour éviter une éventuelle déviance et un risque d’approcher de trop près les côtes soviétiques. Ces points de repères sont introduits dans un système appelé « INS » à bord de l’appareil, qui clignote pendant deux minutes lorsque l’avion s’éloigne de la trajectoire prévue. Le système « INS » est fiable au kilomètre près.

L’avion décolle d’Anchorage et s’écarte du premier point de repère à 70km au nord, pourtant Chun communique qu’il a dépassé le point et qu’il suit la trajectoire prévue. Puis le commandant n’avertit pas son passage au deuxième point (ce qui est en soi une sérieuse entorse aux procédures aériennes) et s’écarte toujours plus de la voie initiale. Il se situe à 270km à l’ouest et risque de pénétrer dans l’espace aérien soviétique au dessus de la péninsule du Kamtchaka. Ce qui ne manque pas bien entendu. Heureusement pour lui, les soviétiques n’ont pas eu le temps de mettre en place un plan d’interception, puisque le vol Korean Airlines retrouve l’espace aérien international après avoir survolé la péninsule. Mais ce n’est que partie remise, car il s’éloigne toujours plus de la trajectoire et risque de retrouver l’espace aérien soviétique en passant sur l’île de Sakhaline.



Le problème est que cet endroit est une zone bourrée d’emplacements militaires stratégiques, avec notamment des sous-marins de la classe « Typhons » et une batterie de radars. Les soviétiques sont en alerte et ne se laisseront pas violer une seconde fois leur espace aérien. Malheureusement l’avion file tout droit vers le danger et commence à survoler l’Ile de Sakhaline. Deux chasseurs prennent en filature le boeing de la Korean Airlines 007 et tente d’entrer en contact avec l’intrus sur la fréquence internationale, mais aucune réponse. Ils envoient alors des obus traçants qui ne font pas plus d’effet. L’avion fait alors une double boucle. Une première à l’ouest, puis une deuxième à l’est. A 18h24, Vassili Kazmin, pilote d’un SU-15 reçoit l’ordre d’abattre la cible en envoyant un missile air-air qui frappe le boeing sur une aile. L’avion, suite à la dépressurisation, entame une descente en boucle et sort des écrans radar à 18h29 en passant au-dessous de 5’000 pieds. Il s’écrase en mer à la limite des eaux territoriales soviétiques.

Lire la suite - https://www.journalduparanormal.com/enigme-crash-vol-korean-airlines-007/

anoy
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1365

Re: L’énigme du crash du vol Korean Airlines 007

Message par anoy le Ven 3 Mar - 16:34

Je pense que les pilotes se fient trop à leurs calculateurs et ne pilotent plus vraiment leurs appareils .  Ce n'est pas pas de leur faute , c'est la procédure ! Mais quand vos instruments vous indiquent des données qui sont fausses , vous n'avez pas à l'esprit que les indications sont erronées ... et bien souvent , ils mettent trop longtemps à réagir ...
Ce n'est que mon avis .
avatar
charlie
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 1878

Re: L’énigme du crash du vol Korean Airlines 007

Message par charlie le Ven 3 Mar - 17:26

Bref c'est la pas la faute aux soviétiques mais aux instruments, bien..
L'ukraine a montré que descendre des  transporteurs civils ne les gênaient pas du tout!
Oui, je sais, soit disant rebelle qui ont appris en 5  mn comment s'occuper d'une batterie de bulks..

anoy
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1365

Re: L’énigme du crash du vol Korean Airlines 007

Message par anoy le Ven 3 Mar - 18:06

@charlie , je ne parle que de la trajectoire de l'avion ... pas le fait qu'il est été abattu par la "chasse" russe ! 
D' ailleurs , il y en a eu d'autres !
avatar
ethane
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 562

Re: L’énigme du crash du vol Korean Airlines 007

Message par ethane le Lun 12 Juin - 21:03

A cette époque, les pilotes avaient encore le dessus sur l'aéronef, ils pouvaient, à leur convenance, désactiver n'importe quel computer ou alarme en descendant couper des "fusibles" dans le coeur électrique sans laisser de traces (ou du moins, l'on pouvait faire un "reset" de toute action "éxotique" une fois l'avion posé)! La moindre déviation déclenchait klaxons et voyants multiples mais les pilotes gardaient la main sur la machine (magouille citée si-dessus incluse)...
Maintenant, c'est l'inverse, les mecs se laissent "bercer" tranquils jusqu'au prochain hotel (c'est un peu ça la nouvelle génération de cochers qui suivent, yeux fermés la nouvelle génération d'avions)!!!

Pour dire que l'erreur, l'inattention voire le "jemenfoutisme" (ben oui c'est juste une lumière orange qui se met à clignoter pour la énième fois depuis le décollage pour des trucs futiles, tant que c'est pas la rouge avec une voie grave qui te crie "Warning,Warning", on fait confiance au tagazou, tout va bien), est beaucoup plus probable aujourd'hui qu'à cette époque ou la profession s'accordait à penser que le Cdt de bord, bien qu'expérimenté, aurait plus suivit sa (ou pas la sienne) curiosité plutôt que son plan de vol.  scratch


___________________


La science, c'est ce que le père enseigne à son fils. La technologie, c'est ce que le fils enseigne à son père.

    La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû - 23:23