Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Deux guerres en vrac

Partagez

hocine
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1169

Deux guerres en vrac

Message par hocine le Lun 26 Déc - 17:06


Deux  guerres en vrac


Très jeune, j’étais d’une curiosité de « savoir » de tout ce qui se passe dans la vie de notre monde, le déclic commença, en1949, à l’âge 6 ans, ( une disparition d’un champion du monde de boxe ,cette année de 1949 ) et c’est  partir de là , que ça à commencer pour moi ,de savoir et connaitre tout ce qu’il se passait dans le monde .
 
La guerre civile d’Espagne.
 
Il y avait là dans les années 50, Tonio et plusieurs de ses compatriotes, qui sont arrivés là, dans le pays, après la fin de la guerre civile, c’était des espagnols, rescapés républicains après leur défaite de la guerre civile d’Espagne des années 36 / 39, ici, dans le pays, on les appeler les réfugiés espagnols, jeune, j’ai appris à parler la langue espagnol avec leurs enfants, qui sont devenus  mes copains, à cette époque là.
 
Ma jeune curiosité m’a poussée de chercher à comprendre la raison , de leur guerre civile de ces anciens républicains espagnols contre le général Franco, et de leur défaite dans cette guerre, le voisinage aidant et la curiosité d’un jeune adolescent ,qui savait posé des questions , et surtout qui est proche de la réalité des choses , ils m’acceptèrent chez eux, leurs garçons , mes copains jouaient au ballon dans les terrains vagues, et moi, j’étais chaque fois avec leurs parents, ou nous discutons ,ils me racontèrent leur guerre, leurs misères, leurs  souffrances, les retournements de situations, je me rappelais d’une anecdote, ou des « combattants » de l’une partie munis des sacoches avec outils « des pinces »  , ils n’hésitent pas ,à arracher les dents en or des soldats  qu’ils ont abattu , d’autres ,ont leur sectionne  les doigts , qui sont munis de bagues ou alliances en or qui ne se retire pas facilement ,c’est ce qu’ils me disaient  à cette époque là ,des années 50 .
 
 
 
 
Deuxième guerre mondiale
 
Je suis né vers la fin de la deuxième guerre mondiale, et dans les années 50, j’avais une forte nature de curiosité de l’histoire, et de tout ce qui nous entoure, de tout  qui a « façonné »  ce monde.
 
L’histoire de la deuxième guerre mondiale, c’était avec les anciens qui étaient toujours  « jeunes » dans les années 50, ou j’étais  attentive à leurs souvenirs, et sur leur histoire de cette deuxième guerre mondiale, mon père était appelé sous les drapeaux pendant cette guerre, d’autres proches de ma famille étaient aussi dans cette guerre.
 
En 1942, les américains débarquaient en Afrique du nord, (l’opération Torch), sous le commandement du général Eisenhower, une bataille contre les troupes de Vichy sous le commandement de l’amiral Darlan, les américains ont pris le dessus , et ils restèrent là , plus de deux ans , la vie ces temps là ,c’était le marché noir , c’était le ticket de rationnement , la débrouille ,tout était bon pour se faire un peu ou beaucoup d’argent ,ou  pour se procurer la nourriture pour la revendre , trafiquer c’était presque tout le monde qui participe ,même avec les soldats u.s. ,des chargements de coca cola ,qu’Eisenhower à envoyer pour la première fois hors des Etats Unis , pour ses troupes dans ce pays à cette époque là ,  des rations de nourriture ,chocolats et même ces véhicules jeeps « restèrent » là au pays ,tout cela changer de mains ,ils faisaient parties de la « débrouille » ,ces temps là .
 
Une histoire en 1957 ,  avait « bizarrement » un lien avec la deuxième guerre mondiale .
 
En 1957, jeune, presque 14 ans , j’étais admis comme apprenti, chez l’établissement E. Tofolli, rue Sainte Claire Deville ,j’étais détaché avec un ouvrier  ,qui travailler  dans l’entretien ,un jour le patron Toffoli ,qui était là   ,nous invita moi et l’autre ouvrier ,de l’accompagner dans sa voiture ,il alla ce jour là ,vers une ancienne et grande habitation à quelques kms de l’usine .
 
Il ouvrit le cadenas de la chaine du grillage et nous avons pénétré dans cette habitation, qui elle me semblait abandonnée depuis très longtemps, l’immense jardin  n’était que broussaille, nous suivîmes le vieux patron avec un trousseau de clé dans sa main, nous nous dirigeons vers la grande porte de cette habitation, qui elle me paraissait abandonner depuis des années, nous avons monté quelques marches d’escaliers , et il essaya d’ouvrir cette grande porte, mais surement la porte avec le temps ,elle est devenue réticente à s’ouvrir ,elle ne veut pas s’ouvrir ,ou bien c’est le patron , qui et il n’arrive pas de placer la bonne clé sur la porte , il s’embrouille avec le trousseau de plusieurs clé pour placer la bonne , l’autre ouvrier était prés de lui , je profitais de cet instant pour contempler ce grand espace broussailleux , mais quelque chose  attira mon attention, elles a l’aspect de deux têtes de taureaux qui étaient là, au milieu de la broussaille , leurs têtes avec cornes, et de loin, ça ne me dis rien de bon  , ils étaient là immobile  , et j’avais l’impression que ça nous fixez ,je n’est pas fini de les surveillez au milieu de cette broussaille ,un violent coup de pied nerveux du patron donné à la porte m’a fait sursauter ,
 
Cette porte ne veut pas céder à s’ouvrir, une idée me passa par la tête ,une vieille poutre pourra faire l’affaire ,nous l’utiliserons comme un coup de bélier ,et nous forcerons cette porte à s’ouvrir ,le vieux patron accepta le plan pour un coup de bélier , nous descendions les quelques marches de l’escaliers , pour y aller chercher cette poutre au bord de la broussaille, pour régler le compte de cette porte ,j’ai profité d’attirer l’attention de mon collègue de travail , je lui dit :
 
-          As-tu remarqué, ces deux choses qui me semble deux têtes de taureaux cornus qui nous fixent, depuis quelques moments ?
 
Mon collègue marqua un temps, pour guider son regard vers l’endroit que je lui est indiqué
 
-          ça doit être quelque chose qui est cachée là, mais quoi ?
 
Nous avons chargé la poutre sur nos épaules, et nous allions avec volonté de régler le sort de cette porte rebelle, qui elle ne voulait pas s’ouvrir, nous étions prêt pour la charge pour montrer au patron de quel bois on se chauffe, nous attendions son ordre pour l’assaut, mon compagnon  de travail un gitan plus âgé que moi s’est mis vers le bout avant de la poutre bélier pour la guider vers la porte et moi à l’arrière.
 
Nous étions là à quelques mètres face la porte, et nous attendions l’ordre de  foncer, le patron qui n’a pas fini de se démêler avec son trousseau de clé, il leva sa main, c’était le signal du commandant, nous foncions aveuglement contre la porte, mais un cri « arrêter !arrêter !!! » C’était trop tard, nous avons pris de la vitesse avec cette lourde poutre, mais avec un dernier reflexe mon compagnon le gitan qui tenait la poutre au devant, il l’a fit dévier vers le mur, c’était un boum ! Et des fissures sur le mur, et nous, choqué par le choc et par le poids de la poutre qui nous a jeté à terre, la levée de main du patron c’était, de nous dire arrêter, il s’était trompé de trousseau de clé, il a oublié le vraie clé de la porte.
 
Tout est redevenu calme, de là, nous nous tournons, vers cette espace broussailleux, le vieux patron nous expliqua, qu’il avait l’intention de faire une extension de sa société, il nous le montra avec ses mains, ou il plantera sa nouvelle usine, la maison à la porte réticente, ça sera les bureaux de cette futur usine, profitons d’une pause, je lui posais une question :
 
-          Monsieur Toffoli, vous élever ici des taureaux ?
 
(J’avais pensé à cela, que s’il y a des taureaux de combat dans cette espace de cette grande habitation, ils doivent lui appartenir, et il doit être par là, un amateur de corrida, et il fournit des taureaux pour l’arène de la ville.)
 
Le vieux patron me regarda d’un air étonné,
 
-          Ou vois tu des taureaux ou !? Je n’est pas parlé d’un projet d’élevage de taureaux ou de vaches !!
 
-          Mais là bas, il y a quelques choses dans les broussailles, on dirait  des animaux qui sont là
 
Le gitan :
 
-          Oui, il me semble qu’il y a quelque chose qui est caché là.
 
Le vieux patron
 
-          mais aller voir ce que c’est, au lieu de me raconter des histoires !
 
Mon compagnon le  gitan, décidé et qui était prêt à tout , d’y aller voir cela de tout prêt , je le suivi d’une courte distance ,bien sur ,je n’étais  qu’un apprenti ,et je n’avais que 14 ans ,et ce n’est pas à moi de prendre les devants ,et d’y aller une deux une deux courageusement  ou faire le hardi vers une aventure , qui elle ne me dit rien de bon , et puis , s’ils sont des taureaux de combat , j’avais peur , s’ils vivaient là solitaires , et a la vue des étrangers , ils vont  s’énerver  , et ils prendront ça pour une provocation  et nous risquerons une charge dangereuse de ces puissants animaux .
 
Nous nous approchons à travers cette brousse avec précaution, rien ne bouge de ce coté là vers ou nous dirigions, et à quelques mètres ,nous avons marqué une pose, c’est que nous étions surpris, oui, ce n’était pas des taureaux  de combat qui étaient là, c’était deux énormes motos, elles étaient  l’une accolée à l’autre, debout, c’était deux motos appartenant à la police de l’armée américaine de la deuxième guerre mondiale ,peintes à la couleur verte olive , sur les pares chocs avants de leurs énormes roues ,c’est écrit avec la couleur blanche «  Military Police » , c’était de lourdes motos de cette époque de guerre , la vue de loin d’une partie de ces motos avec leurs guidons ,je les avais pris ,pour des taureaux qui nous fixés de loin .
 
Ces motos ont été surement « piquées » à l’armée u.s. pendant la deuxième guerre mondiale, et elles étaient cachées là, oubliées et perdu dans cette broussaille.
 
Le gitan, mon compagnon de travail, autorisé par le patron, il avait pris ces deux motos, il les avait chargé dans une camionnette, il a retapé l’une de ces deux motos, et il passa me prendre chaque fois de mon domicile avec la moto de la deuxième guerre mondiale , avec un bruit formidable, pour regagner  l’usine.
 
 Je l’ai vu un jour remorqué  avec sa moto, la voiture de son frère tombée en panne.
avatar
charlie
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 2146

Re: Deux guerres en vrac

Message par charlie le Lun 26 Déc - 17:29

tu as des talents indéniables de conteur, Hocine!

hocine
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1169

Re: Deux guerres en vrac

Message par hocine le Jeu 29 Déc - 19:26

Pearl Harboor
 
Cette affaire ,elle avait fait partie de la deuxième guerre mondiale.
 
S’il n’y avait pas là, cette ile du pacifique, il me semble, qu’il n’y aurait pas eu de guerre entre les américains et les japonais
 
Les japonais ne pourront y aller même avec leurs porte avions, de s’attaquer directement au territoire américain à cette époque là, y aller attaquer et retourner à leurs bases, ça sera une calamité pour le Japon, une approche d’une armada japonaise vers les cotes américaines, elle sera repérer et localiser à des centaines voir à de millier de kms avant qu’une force sera lancer  contre le territoire américain, elle subira une déroute, pourquoi ?
 
L’inconvénient, le grand éloignement entre ces deux pays, l’Amérique et le Japon, l’acheminement du matériel de l’armada, ravitaillement, la durée de la traversée de l’océan pacifique qui pourra durer des semaines, un éventuel mauvais temps de l’océan, tempête, ouragan et puis stratégiquement à cette époque là, aucune armée ne sera en « forme » après un déplacement à de milliers de km là, pour faire une guerre loin de ses bases et y retourner sans subir des pertes ,et de poursuites de l’autre partie.
 
Je pense que c’était le même cas du coté américains, ils ont fait tomber les iles japonaises l’une après les autres, pour en faire des bases militaires approchées et bases de ravitaillement, pour leurs troupes, on ne peut y aller directement attaquer le pays, si on n’a pas de solides bases rapprochées.
 
Revenant à Pearl Harbour
 
Il y avait dans cette affaire, des choses qui elles n’étaient pas claires, en effet, alors que les relations entre les deux pays se détérioraient, proche d’une guerre, pourquoi n’a-t-on pas émis un état d’alerte du plus haut niveau ces jours là dans cette ile ? Le matin du bombardement de l’ile, il me semble que les soldats, n’étaient pas prés de leurs postes de combat, il n’y avait point d’avions de reconnaissance pour détecter toute approche d’une armada japonaise à des centaines de km de là, voir à de milliers de km de cette ile ,pour donner l’alerte à tout mouvement suspect qui s’approche de l’ile , pourquoi, les navires de guerres étaient là , les uns à coté des autres dans un étroit chenal ,ou il leur est difficile de s’échapper d’une attaque aérienne ? Alors qu’ils devaient êtres « dispersés » aux larges, meme en formation de combat, prêt pour contrer toute attaque aérienne japonaise, pourquoi les avions de combat de l’ile étaient là, mais détruit au sol ?
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8082

Re: Deux guerres en vrac

Message par casseron le Jeu 29 Déc - 19:30

Pourquoi ? Pourquoi ? Parce que la guerre c'est avant tout du business !

anoy
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1410

Re: Deux guerres en vrac

Message par anoy le Jeu 29 Déc - 20:10

Les raisons de l'entrée en guerre du Japon contre les USA ne sont pas simples ! Même si le but était , de ne plus dépendre des USA sur le Pacifique et de rendre la "grandeur" à un empire asiatique ...
Je n'arrive pas à comprendre ce qu'ils ont fait ... égratigner un colosse (USA) et juste retarder sa riposte ..! Comment une  île (japon) , déjà en guerre en Asie pouvait espérer gagner dans un conflit contre les USA , si loin et difficile à atteindre ? N'avaient-ils pas d'autres solutions ? J'ai des doutes !!!

hocine
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1169

Re: Deux guerres en vrac

Message par hocine le Jeu 29 Déc - 22:30

@casseron a écrit:Pourquoi ? Pourquoi ? Parce que la guerre c'est avant tout du business !


Mais oui, dans toutes les guerres, ont fait des affaires, il faut bien vendre des armes, on ne va pas les stocker, des responsables actionnaires dans les usines d’armement, les banquiers, il « faudra »  bien qu’ils fructifient les affaires, mais ce n’est pas suffisant , pour cela il faudra quelque chose, qui est essentiel à tout cela , sinon les affaires ne peuvent démarrer, et bien je crois que pour les affaires démarre bien , c’est de tout faire pour avoir une opinion favorable du peuple , cela voulez dire ,  qu’elle  accepte la guerre .(affaire le Lusitania première guerre mondiale)

hocine
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1169

Re: Deux guerres en vrac

Message par hocine le Ven 30 Déc - 10:49

@anoy a écrit:Les raisons de l'entrée en guerre du Japon contre les USA ne sont pas simples ! Même si le but était , de ne plus dépendre des USA sur le Pacifique et de rendre la "grandeur" à un empire asiatique ...
Je n'arrive pas à comprendre ce qu'ils ont fait ... égratigner un colosse (USA) et juste retarder sa riposte ..! Comment une  île (japon) , déjà en guerre en Asie pouvait espérer gagner dans un conflit contre les USA , si loin et difficile à atteindre ? N'avaient-ils pas d'autres solutions ? J'ai des doutes !!!


L’armée japonaise était divisé entre ceux qu’on appelle les « faucons », partisans de la guerre et les autres, les « colombes » qui cherchaient à éviter la guerre, l’affaire aurait du rester là, mais une mauvaise idée d’y aller mettre des navires de guerre, avions et armements à Pearl Harbour pas loin du Japon, ça à donner raison aux « faucons » de convaincre l’empereur japonais d’attaquer Pearl Harbour, ils sont tombés dans le piège  ,un maréchal japonais Yamamoto qui était contre cette guerre déclara « J’ai peur que nous ayons réveillé un géant endormi ».

hocine
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1169

Re: Deux guerres en vrac

Message par hocine le Sam 31 Déc - 21:45

Une affaire similaire à cette affaire de Pearl Harbour , ( La guerre hispano américaine à propos de Cuba ) dans la rade de la Havane le 15 février 1898 , c’était l’étincelle qui a provoquée la guerre .
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 22 Nov - 15:58