Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Cannibalisme de masse au néolithique

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 31975

Cannibalisme de masse au néolithique

Message par Schattenjäger le Lun 9 Mar - 9:34



C'est une bien macabre collection que possède la ville allemande de Spire. Elle est faite de crânes, de tibias, de vertèbres et autres phalanges. Rien que de très banal pour un dépôt archéologique. Mais ces ossements ont une particularité : ils révèlent que leurs propriétaires ont été cannibalisés...
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Cannibalisme de masse au néolithique

Message par Apollyôn le Dim 17 Juil - 16:00

Pour plus d'informations sur ce site et ses cannibales : http://videos.arte.tv/fr/videos/des_cannibales_en_europe_-4029962.html (arte replay, z'avez jusqu'au samedi 23 juillet pour en profiter). Et un peu de littérature
Le site de Herxheim, situé au sud du Land allemand de Rhénanie-Palatinat, a été découvert par prospection de surface dans les années 1980, puis a fait l’objet de deux campagnes de fouille, de 1996 à 1999 et de 2005 à 2008.
Son étude est actuellement assurée par une équipe internationale et pluridisciplinaire rassemblée autour d’un projet d’étude financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft, qui implique, pour la France, des chercheurs des universités de Bordeaux (UMR 5199, « De la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie – Laboratoire d’anthropologie des populations du passé ») et de Strasbourg (UMR 7044, « Étude des civilisations de l'Antiquité : de la Préhistoire à Byzance »).
Les structures mises au jour à Herxheim proviennent d’un village occupé entre 5300 et 4950 avant notre ère. La principale d’entre elles est une enceinte trapéziforme qui enclot une surface d’environ 5 hectares, composée de deux « pseudofossés » – car résultant en réalité de recoupements multiples entre un grand nombre de fosses – à vocation probablement cérémonielle.
Au Rubané final, ces fosses deviennent les réceptacles de dépôts spectaculaires composés pour l’essentiel de restes humains, généralement sous la forme de fragments osseux dont le nombre peut aller jusqu’à plusieurs milliers. Un soin particulier a été réservé aux crânes retrouvés le plus souvent sous forme de calottes taillées et intentionnellement rassemblées.
Les restes humains découverts jusqu'à présent proviennent d'environ 400 à 450 individus. Sachant que la partie fouillée ne représente qu'une moitié de l'enceinte, il convient probablement de considérer que ce phénomène a impliqué près d’un millier de personnes.
Les dépôts contiennent également, en proportions variables, des éléments de faune sélectionnés, des outils en pierre et en os, de rares objets de parure et surtout de la céramique. Cette dernière possède deux caractéristiques essentielles :
1/ une homogénéité chronologique qui permet d’évaluer la durée de l’épisode à dépôts humains à moins d’un demi-siècle ;
2/ une pluralité des styles qui atteste l’existence de contacts entre plusieurs régions dont certaines éloignées de plusieurs centaines de kilomètres (jusqu’à 400-450 kms). À cela s’ajoute le fait que ces vases d’origine externe figurent parmi les pièces les plus remarquables des différentes traditions céramiques représentées.
Les restes humains ont récemment fait l’objet d’une première étude détaillée qui a conduit à de nouvelles hypothèses (Antiquity, 83 (2009) : 968–982). Ils portent d’abondantes modifications d’origine anthropique, qui correspondent d’une part à des traces de découpe des cadavres, d’autre part à des modifications liées à la fracturation de leurs os.
Leur analyse précise et celle des anomalies de représentation des différentes parties du squelette permettent de démontrer des pratiques de cannibalisme, en prouvant que le traitement des corps humains présente des analogies avec les pratiques bouchères observées sur les restes d’animaux contemporains et indique une exploitation fonctionnelle correspondant à l’extraction de nourriture.
Pour expliquer ces dépôts – qui témoignent de pratiques extrêmement codifiées et ritualisées –, la consommation d’un tel nombre de personnes, la qualité et la diversité de provenance des céramiques qui les accompagnent, deux hypothèses sont actuellement privilégiées : il pourrait s’agir de raids suivis de cérémonies dans lesquelles le cannibalisme – probablement de nature sacrificielle – aurait pris une part importante ou, à l’inverse, de gens, venant parfois de très loin, se rendant volontairement à Herxheim pour participer à de telles cérémonies.
Quoi qu’il en soit, le site apparaît comme un centre politique et/ou cultuel au rayonnement « international » sans équivalent dans le reste du Néolithique ancien européen ; de plus, les derniers travaux sur Herxheim apportent un nouvel argument de poids selon lequel une crise profonde, se traduisant par tout un éventail de comportements violents, parfois extrêmement ritualisés, a secoué l’Europe centrale à la fin du Rubané.



___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 20 Oct - 5:05