Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Les masques de Chine et rites magiques Nuo

Partagez
avatar
Invité
Invité

Les masques de Chine et rites magiques Nuo

Message par Invité le Sam 7 Mar - 14:34

Les masques de Chine et le rituel d'exorcisme Nuo (devenu masque pour le théâtre)



Les masques chinois ont différentes connotations ... utilisés d'abord pour la chasse, puis dans les rituels religieux puis exorcismes, et pour le théâtre, ils sont dorénavant des objets d'arts et des objets de collections.

les 2 principaux articles :
http://www.akrobats.com/htm/masqu.htm
http://lovendrin.kazeo.com/?page=article&ida=589601
divers :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nuo
http://www.chine-informations.com/actualite/exposition-masques-de-chine-rites-magiques-de-nuo_5907.html
http://yoshino.wordpress.com/2007/05/28/masques-de-chine-rites-magiques-de-nuo-ou-lexorcisme-chinois-au-musee-jacquemart-andre/
avatar
Invité
Invité

Re: Les masques de Chine et rites magiques Nuo

Message par Invité le Sam 7 Mar - 14:38

histoire brève du masque en Chine

http://www.akrobats.com/htm/masqu.htm


Histoire Brève du Masque en Chine


Comme un symbole de l'intérieur de l'homme, le Masque représente un phénomène culturel important en Chine comme à l'étranger.
Grâce à sa connotation et à ses différents modèles artistiques originaux, le Masque continue à jouer un rote important au niveau psychologique, folklorique, culturel et artistique pour te peuple chinois.
Le Masque prend son origine dans le déguisement des chasseurs à l'époque paléolithique. Pour faciliter la chasse, on se déguisait en représentant le gibier pour mieux s'en approcher. Avec l'idée de l'Animisme, on croyait que le gibier avait aussi une âme qui restait immortelle malgré la mort corporelle et qu'il reconnaissait les tueurs pour se venger ensuite. On cachait donc son visage derrière le masque pour éviter d'être vu par le gibier. A cette époque, le masque s'est vu attribuer d'une force magique et il est devenu populaire parmi les chasseurs.

L'apparition du Masque dans l'ethnie des chasseurs n'est pas un phénomène occasionnel ou exceptionnel c'est en fait un phénomène culturel basé sur la chasse primitive qui s'est d'ailleurs beaucoup développé sous la poussée de fa religion primitive pour former un art originel du Masque.

Dans l'antiquité, le Masque existait dans beaucoup d'ethnies en Chine. If avait une existence mystérieuse extraordinaire, du côté de représentation divine et il était également considéré comme le support du divin. Le Masque s'employait comme le moyen de rendre l'homme pareil à un spectre, il était donc indispensable dans tes rites religieux nécessitant la présence d'une divinité.
Le Masque servait comme instrument de communication avec les dieux il était alors réservé au sacrifice. Le Masque représente, selon le cas, les dieux, les fantômes, les animaux et les hommes. Vers l'époque paléolithique, le Masque était doté d'abord de fonctions pratiques comme
déguisement lors de la chasse. Vers l'époque néolithique, avec l'apparition des idées de dieu et de fantôme, le Masque devint populaire dans la société, il servait à flatter les dieux et les fantômes, Avec le développement de la société et la connaissance approfondie du monde, la fonction de flatterie des dieux et des fantômes s'atténua, alors que sa fonction de divertissement s'accentua, cela depuis les dynasties des Tang et des Song jusqu'à l'établissement de République Populaire de Chine.

Depuis son apparition à la fin du 13ème siècle, le Masque tibétain a aujourd'hui une histoire de 600 à 700 ans, qui se répartit en plusieurs modèles et dans différentes régions. Le Masque tibétain est influencé par l'art de Nuo à différents niveaux. Le Masque tibétain est divisé normalement en deux catégories : Masque religieux et Masque folklorique. Les masques religieux occupent une place prépondérante, ils regroupent tous les masques concernant le sacrifice religieux ayant une signification Bouddhiste. Ces masques sont fabriqués selon les figures des différents bouddhas, ils sont donc nommés « dieux de protection de bouddhisme » ou « Dieux de gardien ». Les masques tibétains prennent leur origine dans la culture de magie primitive, qui présente également un transfert de croyance folklorique vers la culture religieuse.

Les masques folkloriques sont en moindre quantité par rapport aux masques religieux mais ils couvrent des domaines beaucoup plus vastes comme l'opéra du Tibet, la danse le chant, le sacrifice folklorique.
Les masques folkloriques tibétains sont une cristallisation culturelle partant de la production et de la vie quotidienne.
On pourrait aussi analyser la culture de Wunuo ainsi que les facteurs restreignant le développement du Masque de Nuo. Le contenu et la présentation de la culture de Wunuo sont un phénomène antique intégrant divers facteurs naturels, sociaux traditionnels et ethniques, c'est également un reflet de la psychologie sociale sur l'art. L'apparition et le développement de la culture de Nuo sont fortement restreints par l'environnement naturel, le niveau du développement de la production, la capacité de compréhension de l'homme, la culture traditionnelle, des facteurs géographiques, la culture ethnique et l'existence sociale.
La culture de Wunuo est un choix du peuple antique qui interprète la psychologie religieuse primitive au niveau culturel. C'est un produit de l'environnement social dont la productivité restait faible, la continuation de son existence dépend en revanche de la stagnation de la productivité sociale.
En analysant la culture de Nuo, on pourrait noter les points suivants :
Premièrement, c'est l'imploration envers la nature. La plupart des dieux dans la culture de Nuo sont des incorporations des objets naturels. Les actions de flatterie, de vénération et de sacrifice sont en effet l'imploration de la nature. C'est un reflet de la contradiction entre l'homme et la nature, c'est également une action culturelle pour obtenir l'équilibre psychologique sous la pression de la nature alors que la productivité restait très faible,

Deuxièmement, c'est une action de domination sur les forces dissidentes de la nature. L'imploration inutile envers les incorporations des dieux conduit l'homme à se battre avec les forces dissidentes de la nature. On interprétait ces forces comme des fantômes laids, méchants et bizarres. En Battant les fantômes, on voudrait chasser la maladie, la mort et toute autre existence encombrant la vie humaine, pour restreindre les mauvaises forces et réaliser l'équilibre psychologique.

Troisièmement, c'est un reflet des relations humaines. Par les activités de Nuo, on pouvait préconiser des principes moraux pour une Bonne éducation.

Quatrièmement, dans les sociétés de classe, on a ajouté un contenu actuel comme l'éloge des sujets loyaux et la condamnation envers les duplicités pour maintenir les principes de la société féodale. L'apparition du Masque de Nuo a suivi les Besoins de la culture de 'Wunuo. Les nécromanciens ont inventé le Masque de Nuo pour servir d'instrument de communication et pour déployer à plein les fonctions de la culture de Wunuo. Le masque de Nuo a contribué au développement de la culture de Wunuo d'un autre côté.
avatar
Invité
Invité

Re: Les masques de Chine et rites magiques Nuo

Message par Invité le Sam 7 Mar - 14:44

Des masques exorcistes

source : http://lovendrin.kazeo.com/?page=article&ida=589601



Au musée Jacquemart-André

Des masques exorcistes

Présent du 23 juin 07

Le nuo est un rituel exorciste chinois qui remonte peut-être au néolithique. Il consiste en danses et processions de divers dieux : le dieu du tonnerre, à tête de poulet ; Tudi Gong, dieu du sol et des céréales, vieillard paterne ; Quan Yu, dieu de la guerre, et toute une ribambelle. A chacun correspond un masque, souvent grimaçant, à la mâchoire ou aux yeux parfois articulés pour plus d�effets, car les dieux doivent effrayer le démon Xiao Gui, responsable des maladies et des calamités.

En bronze à l�origine, les masques ont été ensuite réalisés en bois. Ce matériau fragile résiste mieux au temps lorsqu�il est peint, couvert de plâtre, etc. : les masques présentés au musée Jacquemart-André, issus pour la plupart de collections particulières, ont eu cette chance d�ainsi traverser quelques siècles (les plus anciens datant du XVIIe).
Plus brutale que le Temps, la Révolution culturelle a détruit un bon nombre de ces masques populaires, et seuls ceux qui ont été cachés ont pu échapper au nettoyage maoïste.


Les comparer aux masques africains ou aux �uvres d�art religieuses occidentales est outré car ils sont inférieurs sur le plan artistique. Tout au plus peut-on les rapprocher des masques des sociétés secrètes africaines qui étaient supposées rendre la justice : objets purement utilitaires, dont l�aspect épouvantable est un obstacle à la beauté. La religion chrétienne a réservé les faciès terrifiants aux images du diable, ceux qui doivent l�écarter en sont au contraire exempts.

Le film de l�ethnologue Jacques Pimpaneau, spécialiste du nuo, qui l�étudie dans les régions où il subsiste le plus, au sud du Yang Tsé, sont plus intéressants. L�expulsion du petit démon permet de se faire une idée de l�expédition militaire céleste qu�exprime le rituel. Une danse simulant un combat a lieu, à la fin de laquelle le démon est mis à mort.

Le nuo a subi au cours du temps des influences diverses. Le taoïsme, religion de l�abandon à la nature, s�est aisément accommodé de ces dieux du sol, du tonnerre, etc. Le bouddhisme a ajouté des personnages tels que la bodhisattva Guanyin, le moine, et a développé une forme théâtrale avec des personnages typiques comme le juge, le moine, l�étudiant et le serviteur.
Sous les Ming (XIVe �XVIIe), le culte des héros s�est substitué à l�exaltation de la nature : le personnage de Mlle Xian Feng remonte à cette époque. Cette aimable demoiselle combattit les brigands et convertit son frère. Les masques de Mlle Phénix-immortel (puisque telle est la signification de son nom ; l�animal est représenté sur sa coiffure � photo) sont gracieux et paisibles. Cette nouvelle distribution de personnages amenait à raconter des histoires. A côté du nuo religieux originel existent donc le nuoxi, théâtre d�exorcisme, et un théâtre de représentations édifiantes issu du nuo.


Voici la trame d�une pièce. Maître Giang vivait un grand amour avec sa femme Pang San Chun. Cela excita la jalousie de Qiu Gupo, la commère du village, qui calomnia la fidèle et bien-aimée épouse auprès de sa belle-mère, procédé infaillible pour provoquer la séparation de Maître Giang et sa femme, qui ne tarda pas à se produire. Cependant leur fille An An, qui était partie étudier à la capitale, revint au village après avoir réussi ses examens. Elle dénonça les agissements de Qiu Gupo et ses parents se réconcilièrent. Voilà une péripétie assez fade, surtout par rapport aux intrigues de Desperate Housewives.

Plus amusante que tout cela, une dépêche Reuters du 11 juin : « Un tribunal chinois a condamné à des peines de prison deux responsables qui ont laissé un entrepreneur aveugle superviser la construction d�un pont qui s�est effondré alors qu�il était en chantier» � ledit entrepreneur ayant en outre modifié lui-même les plans de l�ouvrage. La HALDE a-t-elle un comptoir en Chine ? Elle devrait défendre ces responsables qui ont si bravement accepté ce maître d��uvre « non-voyant ». Imaginez M. Schweitzer affublé d�un masque nuo, claquant de sa mâchoire en bois, partant en guerre contre le méchant démon de la discrimination � il siège rue Saint-Georges, après tout. Ça donnerait du relief à cette institution en mal de causes ; et un vague air ethnique et métissé du meilleur effet.

Samuel

Masques de Chine, rite magique du Nuo,

jusqu�au 26 août 2007, Musée Jacquemart-André
illustration : Mlle Xian Feng, collection privée


note ! sur le lien : masque très différent des précédent, à regarder -mais apparemment lien pas exportable?-
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Dim 19 Nov - 14:52