Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

VISITEUR


Free counters!

PUB


La Nasa va tester demain le plus grand parachute du monde

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

La Nasa va tester demain le plus grand parachute du monde

Message par Macha le Mer 3 Juin - 14:50

La Nasa va tester demain le plus grand parachute du monde

L'agence spatiale américaine va effectuer dans la stratosphère terrestre un test grandeur nature d'un dispositif permettant de ralentir de lourds vaisseaux spatiaux durant leur descente vers la planète Mars.



OVNI. C'est un test impressionnant qui va avoir lieu jeudi 4 juin 2015, au dessus de l'océan Pacifique. L'agence spatiale américaine va en effet faire décoller un volumineux attelage depuis une base de l'US Navy située à  Kauai, à Hawaï. Un imposant ballon météorologique (140 m de long) de haute altitude va emporter dans les airs une sorte de grosse soucoupe volante pourvue d'un réacteur, et pesant plus de 3 tonnes. Sa mission : tester un dispositif permettant de ralentir de gros vaisseaux avant leur atterrissage sur la planète Mars. Une fois atteinte une altitude de 37 kilomètres, le ballon va larguer cet OVNI qui va, quelques secondes plus tard, mettre ses moteurs à feu. Son puissant réacteur va alors lui faire effectuer un bond jusqu'à une altitude de 55 kilomètres. La limite supérieure de la stratosphère.
La soucoupe volante, baptisée LDSD (Low Density Supersonic Decelerator) va alors entamer une vertigineuse chute libre et accélérer jusqu'à atteindre des vitesses de descente comparables à celles qu'atteignent les vaisseaux (sondes spatiales, rovers...) lors de leur entrée dans l'atmosphère de la planète Mars, c'est-à-dire plus de trois fois celle du son (plus de 4000 km/h). Toute la difficulté pour le dispositif, sera de survivre à sa traversée de l'atmosphère et d'effectuer un amerrissage tout en douceur dans le Pacifique. Pour ce faire, deux dispositifs vont être successivement déployés. Le premier consiste en une sorte d'airbag géant en kevlar baptisé "Supersonic Inflatable Aerodynamic Decelerator" (SIAD). Lorsqu'ils se déclenchent, ces ballons augmentent brutalement le diamètre de la soucoupe volante, la faisant ainsi passer de 4,7 à 6 ou 8 mètres (il y a deux versions de l'airbag).



En augmentant brutalement la surface en contact avec l'atmosphère, et donc la trainée, ces ballons sont censés ralentir la vitesse de chute de mach 3,5 à mach 2. Puis, le gigantesque parachute sera déployé de manière à ralentir la vitesse de descente à des vitesses inférieures à celle du son. Puis, ce sera au tour d'un gigantesque parachute de prendre le relai. Avec son diamètre de 30,5 mètres de toile renforcée au kevlar, ce parachute assure une trainée de 530.000 newtons, chiffre la Nasa sur son site. Ce qui est censé permettre de ralentir la vitesse de descente à des vitesses inférieures à celles du son. Une mission des plus délicates car ce parachute subit, au moment de son déploiement à des vitesses supersoniques, un impact d'une puissance considérable. D'ailleurs, lors d'un précédent test de cet équipement, le 28 juin 2014, le parachute avait été littéralement déchiqueté au moment de son déploiement.

Le parachute a donc été retravaillé de manière à pouvoir supporter de telles forces. Un dispositif similaire (mais à une échelle deux fois plus petite) avait été déployé pour poser le robot Curiosity sur Mars. Avec cette version plus imposante, la Nasa espère pouvoir déposer intactes sur le sol de la planète Rouge des charges deux fois plus massives (3 tonnes au lieu de 1,5 actuellement) et ce, depuis une altitude plus élevée (2 à 3 kilomètres de plus). Cette descente contrôlée depuis une altitude plus importante présente également, selon la Nasa, un autre avantage : améliorer la précision de l'atterrissage. En effet utiliser les forces de frottement plutôt que la poussée mécanique des moteurs permet d'économiser le carburant pour la phase finale d'approche, ce qui permet de faire passer l'incertitude quant à la zone d'atterrissage de plus ou moins 10 km à plus ou moins 3 km. Prévu initialement ce mercredi 3 juin, le test a été reporté d'un jour. il aura donc lieu le jeudi 4 juin à partir de 19 H 30. Deux nouveaux tests sont dores et déjà prévus l'été prochain ainsi qu'en 2016.

Article complet ici

    La date/heure actuelle est Lun 26 Juin - 5:43