Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La Genèse transocéanique : les anciennes interprétations Polynésiennes et Mayas-Quichés (Popol Vuh)

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30416

La Genèse transocéanique : les anciennes interprétations Polynésiennes et Mayas-Quichés (Popol Vuh)

Message par Schattenjäger le Sam 11 Avr - 11:10

La Genèse transocéanique : les anciennes interprétations Polynésiennes et Mayas-Quichés (Popol Vuh)





Francisco Ximénez avait vingt-deux ans lorsqu’il débarqua en 1688 au Guatemala ; il n’était alors qu’un frère de l’ordre dominicain. Après avoir été ordonné prêtre, il voyagea beaucoup à travers tout le pays conquis par les Espagnols en apprenant très facilement les dialectes des indigènes avec lesquels il cherchait à entrer en relations.

Hernán Cortès avait ordonné à ses troupes : « Détruisez tout ce qu’il y a dans l’âme des Indiens ! » Mais Ximénèz était bon et son amitié et sa compréhension lui gagnèrent la confiance des populations. Un vieux chef de tribu l’initia même aux secrets qu’il avait jusque-là gardés jalousement et lui parla du Popol Vuh, le livre sacré des Mayas Quiché.

Wolfgang Cordan dans son « Popol Vuh - Mythos und Geschichte der Maya », décrit l’enthousiasme et la stupéfaction de Ximénèz en apprenant ce que contenait ce grand poème : « Il y avait l’histoire de la création du monde durant laquelle les dieux avaient crié : Terre ! et la Terre s’était formée. Il y avait le Déluge. Il y avait un corbeau qui indiquait que les eaux s’étaient retirées. Il y avait le passage d’une mer comme celui de la mer Rouge. Et il y avait un astre brillant que Ximénèz appela l’étoile de Jacob puisqu’elle ne pouvait être celle de Bethléem. »

La suite - http://www.inmysteriam.fr/enigmes-historiques/la-genese-transoceanique-les-anciennes-interpretations-polynesiennes-et-mayas-quiches-popol-vuh.html
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Dim 22 Oct - 14:03