Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Gréve général en Guadeloupe

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30655

Gréve général en Guadeloupe

Message par Schattenjäger le Mar 24 Fév - 9:41

Elie Domota est chef de file du LKP, le collectif Ensemble contre la surexploitation, à l’origine de la grève générale en Guadeloupe. Le LKP regroupe 49 syndicats et associations issus de toutes les composantes de la société guadeloupéenne. Entretien.



Continuez-vous à appeler au durcissement du mouvement ?

Oui, car nous n’avons pas le choix. Yves Jégo [le secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, ndlr] dit que tout est réglé mais il nous a trompés et le gouvernement ne respecte ni sa parole ni ses engagements. La seule chose qui nous intéresse, c’est la signature de notre préaccord passé avec l’Etat et les patrons le 8 février, qui prévoit une hausse de 200 euros pour les bas salaires. Mais puisque personne ne nous écoute, nous sommes condamnés à être dans la rue.

Absentes jusqu’à présent, les violences vont-elles changer la nature du conflit ?

Depuis quatre semaines, l’Etat fait venir des charters de gendarmes pour casser du nègre. Je reste ouvert au dialogue, mais aujourd’hui, il a choisi la répression et les Guadeloupéens vont résister. Ils sont en position de légitime défense. Jusqu’à présent, nous avions contenu la colère des jeunes. Maintenant que des syndicalistes et des militants ont été frappés insultés avec des propos racistes, nul ne peut dire ce qui va se passer.

Avez-vous des contacts avec Paris ?

Non. Ni avec Sarkozy, ni avec Fillon, ni avec Jégo ou leurs conseillers. Le seul contact que j’ai avec l’Etat, c’est avec les gendarmes.

Récapitulatif de 30 jours de lutte :

19 janvier : les gérants des stations d’essence ferment pour protester contre la concurrence de nouvelles stations, entrainant une pénurie.

20 janvier : Grève générale à l’appel du collectif contre l’exploitation outrancière (LKP) qui dépose 156 revendication sur le pouvoir d’achat.

5 février : En Martinique, des milliers de manifestants protestent contre la vie chère et appellent à une grève générale.

10 février : Le Premier ministre François Sillon, affirme que l’État ne peut se substituer aux partenaires sociaux antillais

14 février : Un collectif de la Réunion lance un appel à la grève pour le 5 mars.

La Guadeloupe, parent pauvre de la France :

* 17′400 euros, c’est le PIB par habitant en Guadeloupe, contre 297′65 euros pour la métropole.

* Le taux de chômage atteint 22,7 % dans l’archipel, contre 8,1 % en métropole. * Le taux de pauvreté des ménages est deux fois plus élevé en Guadeloupe (12,5 %) qu’en métropole (6,1 %)
avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Gréve général en Guadeloupe

Message par Mikerynos le Mar 24 Fév - 10:18

Un peu lamentable la position du gouvernement sur le coup...


___________________


avatar
Invité
Invité

Re: Gréve général en Guadeloupe

Message par Invité le Mar 24 Fév - 16:47

je croyais que suite aux "actions" (bien lentes) de jego et au discours du "st sarko" les 200 euros (approximativement) vont être négociables entre salariés et patrons 😕

bon ben si c'est des conneries, je les comprends et je comprends qu'ils soient dans les rues
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30655

Intenses luttes de classe en Guadeloupe

Message par Schattenjäger le Sam 28 Fév - 20:09

Le 20 janvier 2009, le LKP, le mouvement contre l’exploitation outrancière, (en créole, le Liyannaj Kont pwofitasyon), déclenchait une grève générale en Guadeloupe. Le LKP est un collectif groupant 49 organisations syndicales et associations politiques et culturelles. Son porte parole, Elie Domota, est le secrétaire générale du syndicat majoritaire de la Guadeloupe, l’UGTG (Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens). Ce collectif a été créé en décembre 2008 à l’occasion des premiers mouvements de protestations contre la vie chère et les prix de l’essence en Guadeloupe. Depuis, d’autres collectifs ont vu le jour en Martinique (le collectif du 5 février), à Saint-Martin (Collectif du 11 février) et à la Réunion, avec des revendications similaires à celles du LKP.




Le 13 février 2009, le LKP publie un communiqué dans lequel il rappelle les raisons de son mouvement et ses deux revendications : augmenter les salaires des travailleurs guadeloupéens de 200 euros et arrêter la pwofitasyon, l’exploitation outrancière.

La réponse de l’Etat a été, comme toujours, de jouer la carte du pourrissement du mouvement et le recours à la violence policière. Grâce à la mobilisation populaire, le mouvement de contestation n’a cessé de prendre de l’ampleur à juger par la manifestation du 9 février à Pointe à Pitre qui avait rassemblé plus de 100 000 guadeloupéens, c’est-à-dire environ le quart des habitants de l’île qui en compte 500 000.

Les mass medias de la métropole spécialisées dans la désinformation et l’intoxication des masses ont cherché et cherchent toujours à ne pas parler ou de parler le moins possible du mouvement revendicatif guadeloupéen. Lors de l’annonce de son plan de soutien à l’économie, Sarkozy n’a même pas mentionné la situation sociale en Guadeloupe. Et si par miracle elles en parlent, c’est pour dénaturer un mouvement social revendicatif en le réduisant à une lutte entre des indigènes noirs contre des colons blancs. Alors que le sigle LKP en dit long sur l’objectif principal du collectif qui est la lutte contre l’exploitation coloniale outrancière en Guadeloupe. D’abord, les médias français n’ont pas voulu trop parler d’un mouvement social qui dure et qui ne faiblit pas plus d’un mois après son déclenchement. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater ce manque d’intérêt pour la la question sociale et politique en Guadeloupe quand on sait que les mass medias aussi bien en métropole que dans l’île sont à la solde du grand capital et qu’elles traînent les pieds s’agissant des grévistes guadeloupéens. Alors qu’elles étaient présentes au chantier Lénine de Gdansk dès les premières heures des grèves de l’été polonais de 1980. Rappelons qu’en juin-juillet 1980, les grands médias des pays capitalistes avaient débarqué en masse dans une Pologne communiste pour désinformer et intoxiquer les opinions publiques occidentales. Outre Europe Libre et la BBC, Radio France Internationale couvrait minute par minute les grèves de Solidarnosc en accordant la part de lion aux ouvriers grévistes polonais. Radio France Internationale donnait l’impression d’être la radio du MKS de Gdansk ou du KOR de Jacek Kuron. Lors des deux révolutions Rose en Géorgie et Orange en Ukraine, les médias des Etats capitalistes couvraient minute par minute l’évolution des cours des événements dans ces ex-républiques soviétiques. Sur le mouvement social et la grève générale en Guadeloupe, les métropolitains ont été maintenus dans l’ignorance totale. En ce moment la marotte des médias de la métropole est le procès des Khmers rouges au Cambodge. Il a fallu que le LKP passe à la vitesse supérieure, c’est-à-dire ériger des barrages pour qu’enfin les habitants de la métropole commencent à mesurer l’ampleur de la mobilisation populaire en Guadeloupe. Il va sans dire que sans la résistance et la ténacité des exploités guadeloupéens, on aurait peut être entendu vaguement de grèves dans cette « colonie départementalisée » qu’est la Guadeloupe.

LES REVENDICATIONS DE CLASSE DU MOUVEMENT LKP

Si l’on cherche à comprendre les raisons du déclenchement du mouvement LKP, on découvre aussitôt que c’est une guerre de classe dirigée par la classe exploitée indigène contre une classe exploiteuse coloniale. Cette guerre de classe est symbolisée par le nom du mouvement LKP, un sigle devenu désormais célèbre et qui en dit long sur les motivations et les objectifs des initiateurs et des leaders du collectif. Le Liyannaj Kont Powfitasyon, ou LKP signifie en créole, Mouvement contre l’exploitation outrancière. Cette guerre de classes s’exprime également dans les slogans scandés lors des manifestations : la Guadeloupe est à nous(La gwadloup sé tan nou), la Guadeloupe n’est pas à eux(yo péké fé sa yo), ils ne feront pas ce qu’ils veulent dans notre pays(yo péké fé sa yo vlé au péyi à nou). Ces slogans sont directement dirigés contre les exploiteurs blancs de l’ïle, les békés, ces descendants des premiers colons. Les ennemis du mouvement LKP sont nommément désignés, les grands capitalistes : les Hayot, les Despointes, les Aubry, les Loret, les Barbotteau, les Vivies, les Metayer, le groupe Reynoir, les Ciments Lafarges, la Sara, les banques etc. D’ailleurs, en ligne de mire du mouvement LKP, il n’y a pas que le patronat et la bourgeoisie békés mais aussi l’Etat français qui n’est pas neutre et qui est accusé de powfitasyon en apportant son soutien au patronat par des moyens importants (exonération de charges, exonération de taxes, subventions diverses (voir communique du LKP du 13/02/2009, LKP ka déklaré : Plus que jamais la lutte continue ). Pour contrer le mouvement mené par le collectif LKP, le patronat a créé son propre mouvement « le Mouvement des Entrepreneurs Guadeloupéens(MEG). C’est à quoi nous assistons actuellement en Guadeloupe, c’est incontestablement une véritable lutte de classes et non pas une guerre de races et de couleurs comme le laisse la propagande officielle.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30655

Re: Gréve général en Guadeloupe

Message par Schattenjäger le Sam 28 Fév - 20:09

MOUVEMENT LKP : UN NOUVEL ART DE REVENDIQUER

Le mouvement LKP se distingue du syndicalisme de la métropole par un certain nombre de caractères spécifiques. D’abord le LKP est un collectif groupant 49 syndicats et associations représentant tous les secteurs de la société guadeloupéenne. Alors que le syndicalisme métropolitain défend des intérêts sectoriels et bassement matériels. Il ne songe jamais à remettre en cause les rapports sociaux capitalistes en se contentant des miettes que le patronat veuille bien lâcher.

Autre caractère du mouvement LKP est la durée. La grève déclenchée le 20 janvier par le LKP ne faiblit pas contrairement aux espoirs déçus du pouvoir colonial de la métropole qui misait dès le début sur la lassitude et le pourrissement du mouvement. Depuis plus d’un mois, et malgré tous les stratagèmes utilisés pour briser l’élan unitaire du mouvement, le LKP tient bon et il s’est même vu réconforter par le soutien des dizaines de milliers de manifestants qui ont défilé le samedi 21 février à Paris et en Province.

Un autre caractère du mouvement LKP réside dans l’inséparabilité de la lutte de classes « économique » de la lutte de classes « politique ». En effet, les revendications du mouvement LKP ne sont pas seulement économiques mais aussi politiques. Alors que celles du syndicalisme métropolitain restent confinées dans le domaine purement économique. L’erreur fatale du syndicalisme métropolitain et du syndicalisme en général consiste à séparer l’action syndicale de l’action politique, ce qui représente un vrai régal pour la bourgeoisie et la classe capitaliste dominante. Car, en séparant l’action syndicale de l’action politique, la bourgeoisie et la classe capitaliste parviennent à dominer facilement ses adversaires de classes en les divisant en une kyrielle de chapelles et d’églises qui se neutralisent mutuellement. De toute évidence, l’ennemi du mouvement ouvrier métropolitain n’est pas seulement la bourgeoisie mais les syndicats ouvriers eux-mêmes qui sont la cause de la dégénérescence du mouvement ouvrier dans les Etats capitalistes. Les syndicats sont devenus des « partenaires sociaux », c’est-à-dire les co-gérants des rapports sociaux capitalistes. C’est ce maquignonnage syndical qui a miné la combativité du mouvement ouvrier et atrophié sa force face à la bourgeoise et à la classe capitaliste. Les bureaucraties syndicales pensent défendre les intérêts des ouvriers avec du bla bla et des hurlements pendant les défilés de la Bastille à la République. Comment est-il possible de séparer l’action syndicale de l’action politique, le parti politique du syndicat alors qu’en réalité la lutte de classe commence déjà à la porte de l’usine ou à celle du bureau ? Dès lors que la lutte de classe s’origine dans la production même, on ne peut se contenter de dire que la lutte de classes « économique » s’arrête là où commence la lutte de classes « politique ». La lutte pour un avantage ou un droit économique est déjà en soi une action politique même si la conscience des implications politiques demeure vague ou partielle. Inversement, tout objectif politique implique un avantage économique plus ou moins conscient. C’est cette coexistence et cette co-action de l’économique et du politique que le mouvement guadeloupéen a très bien perçu et réalisé sur le terrain en liant ses revendications économiques, les 200 euros à la remise en cause des rapports sociaux capitalistes qui sont à l’origine de la surexploitation outrancière.

Comme l’explique à juste titre la sociologue et l’observatrice de l’évolution de ce conflit, Patricia Braflan-Trobo, l’enjeu de la lutte entre le MEG(le syndicat patronal) et le LKP n’est pas seulement économique, c’est-à-dire les 200 euros réclamés par les grévistes mais aussi politique, car ces derniers vont au-delà de la simple revendication économique en demandant aussi l’abolition les rapports sociaux capitalistes et un système de domination capitaliste et coloniale qui dure depuis 1635 et qui profite (d’où le terme profitasyon en créole) à une caste de blancs créoles et de békés. Les grévistes guadeloupéens vont donc au-delà des 200 euros, car ils remettent en cause aussi les rapports sociaux capitalistes et la manière de distribuer les richesses produites par une population indigène qu’elle soit d’origine africaine ou indienne. Par cette mobilisation sans précédent, les habitants de l’île ont clairement fait savoir qu’ils ne veulent plus de la charité publique ou des allocations dites « braguettes ». Ce qu’ils veulent au fond, ce n’est ni plus ni moins que leur droit de s’approprier les richesses qu’ils ont contribué à produire eux-mêmes au fil des générations. Derrière les 200 euros, qui est certes une revendication économique, il y a indéniablement un objectif politique clairement exprimé, celui d’en finir avec un système capitaliste dont est victime la population guadeloupéenne. Cet objectif politique a d’ailleurs été clairement affirmé par les principaux animateurs du LKP, Elie Domota, Félix Flemin, Jean Marie Nomertin qui considèrent que leur collectif est le produit d’une situation économique et sociale de type colonial et que la plateforme de leur organisation est autre chose qu’un anticolonialisme primaire. Le mouvement LKP cherche certes à dénoncer les « powfitasyons » générées par le système capitaliste colonialiste mais il propose aussi un projet politique visant à instaurer un nouveau mode de consommation et le retour aux valeurs humaines de solidarité et de fraternité entre les hommes.

AVENIR DU MOUVEMENT LKP

Après un mois de grève générale et de mobilisation populaire, le mouvement LKP commence à inquiéter sérieusement le pouvoir et l’Etat capitaliste en métropole. L’envoi sur place de plus d’escadrons de gendarmes, de fonctionnaires de police judiciaire et d’effectifs appartenant aux services des renseignements est le signe que l’Etat colonial se prépare à l’affrontement et à la répression du mouvement LKP. Si l’on essaie de comprendre ce qui a pu se passer en Guadeloupe depuis plus d’un mois, on se rend compte que le mouvement LKP ressemble par bien des aspects au mouvement de mai 68. En réussissant à mobiliser comme un seul homme tous les secteurs de la société guadeloupéenne, le LKP a déjoué la stratégie de la classe dominante, celle qui consiste à sectoriser l’espace social selon le principe bien connu, diviser pour régner. Pour qu’une classe sociale domine la ou les autres classes sociales, il faut remplir deux conditions : a) inculquer aux classes dominées l’idée de la naturalité du monde dans lequel elles vivent, b) diviser l’espace social en une kyrielle de secteurs autonomes, cloisonnés et séparés les uns des autres. En inculquant aux classes dominées sa propre vision du monde, la classe dominante cherche à faire participer celles-ci à la gestion de leur propre domination. Le signe que cette opération de lavage de cerveaux a bien réussi, c’est le moment où les classes dominées commencent à voir le monde dans lequel elles vivent comme allant de soi, tant que les choses sont pour elles ceci et pas autrement. Tant que dure la domination, l’horizon des classes dominées est limité, les objets ordinaires ne les questionnent pas et elles ne prennent même pas la peine de se demander si ce monde là, celui des classes dominées, n’est pas plutôt un monde construit et taillé sur mesure pour servir les desseins d’une classe dominante.

La deuxième condition pour qu’une classe domine les autres classes est la sectorisation de l’espace social. À vari dire, aucun pouvoir ne peut s’imposer sans la division de l’espace social en une myriade de secteurs autonomes et cloisonnés. Il faut absolument tout faire pour maintenir aussi longtemps que possible la sectorisation et le cloisonnement de l’espace social, car le plus grand danger qui guette tout pouvoir est celui du désenclavement, du décloisonnement et de la désectorisation. Ce sont ce désenclavement et cette désectorisation qui donnent lieu à des mobilisations multisectorielles et donc à des révoltes et des révolutions. Toutes les grandes révolutions dans l’histoire ont commencé par le processus de désectorisation et de désenclavement de l’espace social. Pour faire face aux mobilisations multisectorielles, le pouvoir doit tout faire, car cela va de sa propre survie, pour re-sectoriser l’espace social en brisant les canaux trans-sectoriels et en limitant au maximum la fluidité entre plusieurs secteurs communicants. Pour contrecarrer une révolte ou une révolution, le pouvoir doit manœuvrer pour essayer d’enfermer à nouveau les hommes dans leurs anciennes logiques sectorielles et donc sectaires. Cette mission est confiée habituellement aux partis politiques traditionnels et aux syndicats ouvriers appelés à jouer ce rôle de re-sectorisation et de cloisonnement de l’espace social.

Prenons deux exemples. Premier exemple, pour abattre les régimes communistes, les États capitalistes ont pratiqué la stratégie de la désectorisation conjoncturelle de l’espace social pour permettre des mobilisations multisectorielles destinées à déstabiliser et à balayer les gouvernements communistes en place. Durant l’été 1980, les États capitalistes ont tout fait pour que les mouvements de grèves qui étaient localisés à l’origine à Varsovie, la capitale polonaise, se propagent au plus vite à d’autres secteurs et à d’autres villes de la Pologne. Grâce à la désinformation et aux rumeurs, ils ont réussi leur pari en désectorisant la société polonaise, puisque les grèves s’étaient propagées des chantiers Lénine de Gdansk vers d’autres secteurs d’activités, d’autres villes et d’autres régions de la Pologne. En pratiquant la stratégie de la désectorisation de l’espace social, les Etats capitalistes ont permis des mobilisations multisectorielles et ce fut la chute du régime communiste.

Deuxième exemple. En mai 1968, l’Etat français avait tout fait pour empêcher que le mouvement de contestation ne se propage en dehors de la capitale, Paris. Les technologies et les tactiques du pouvoir de l’époque consistaient à re-sectoriser l’espace social en faisant appel à la CGT et au parti communiste pour séparer les grèves dans l’industrie et les ouvriers de chez Renault du mouvement étudiant. En réussissant à déconnecter le mouvement étudiant du mouvement ouvrier grâce aux syndicats et aux partis politiques, le pouvoir a réussi à re-sectoriser l’espace social grâce à l’intervention de la CGT et du parti communiste. La fin du mouvement de mai 68 a été la signature des accords de Grenelle, qui ont brisé l’élan des mobilisations multisectorielles qui réunissaient au départ étudiants et ouvriers. Grâce à la CGT et au parti communiste français, le capitalisme français a pu renaître de ses cendres. En signe de reconnaissance à l’action de la CGT et au parti communiste en mai 68, la bourgeoisie française aurait dû ériger à côté de la statue de son héros de Gaulle, celles de Georges Séguy et de Maurice Thorez. Il suffit d’observer qu’à chaque fois que le système capitaliste se trouvé confronté à une crise politique ou sociale, il remet en selle les partis politiques et les syndicats qui jouent le rôle de briseurs de grèves et de mouvements contestataires.

C’est ce danger de re-sectorisation qui guette actuellement le mouvement LKP depuis plus d’un mois. Il est vrai que les leaders du LKP se sont montrés jusqu’ici assez prudents et pragmatiques dans la conduite de leur mouvement. Mais ce pragmatisme et cette prudence des leaders du LKP sauront-ils suffire à maintenir à terme l’unité et la pérennité d’un mouvement que le pouvoir colonial français cherche à briser grâce aux technologies et aux tactiques de re-sectorisation de l’espace social guadeloupéen ?
avatar
Invité
Invité

Re: Gréve général en Guadeloupe

Message par Invité le Sam 7 Mar - 19:29

Petites news de la Martinique : hier une manifestation non violente pour la reprise volontaire du travail (et silencieuse) a tourné plutôt mal ...

des personnes cagoulées (arborant des drapeaux de la CGT ... donc logiquement cagoulées + identifiées avec drapeaux = manipulation et pas des personnes de la CGT) sont venus avec des batte de baseball, des barre de fer et battes cloutées, "coutelats" etc... et ont tapé sur les manifestants etc.

bref un énorme bordel, et beaucoup de 'castagne'... dont on a parlé rapidement aux informations ...

une connaissance qui est dans le coin m'explique que pour l'instant, elle reste cloitrée car elle ne doit plus sortir (pour éviter de se faire taper dessus)...
certaines des personnes cagoulées cherchent à selon certains, casser "du blanc et du bekke" u_u

vraisemblablement beaucoup de cons et de personnes qui n'ont rien a voir avec les vrais manifestants (qui veulent ou non bosser) ... voila...

Contenu sponsorisé

Re: Gréve général en Guadeloupe

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 16 Déc - 21:43