Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par Macha le Mar 23 Déc - 11:55

J'ai beaucoup aimé l'interview. Une jounaliste russe a interrogé deux personnalités, française et anglaise. On y parle de le Bretagne, des mégalithes et des hommes qui les ont érigé.




C’est le jour qu’on attend. C’est le jour qui reste un sujet de nombreuses discussions. On regarde avidement la mer et le ciel – qu’est-ce que le temps hivernal nous prépare. On reste connecté sur les prévisions météo. Puisque c’est le seul jour où on peut vérifier toutes les calculs théoriques… sur les centaines de mégalithes, plantés à travers la Bretagne.


Si la mer est calme et le ciel dégagé, on verra percer le premier rayon de soleil au-dessus des eaux transparentes et pénétrer par l’allée couverte d’un grand dolmen Table du Marchand… tout prêt d’un Grand Menhir brisé de Locmariaquer, en Bretagne. C’est là que la magie s’opère : le soleil n’éclaire qu’une moitié d’une pierre au fond de cette chambre close enseveli sous des tonnes de terre sèche. Juste la moitié, comme coupée au couteau. Et puis, l’obscurité revient pour le reste de l’année.

Nous avons demandé de raconter l’histoire de la région à Madeleine Juberay, directrice de l’Office du Tourisme de Plouharnel.

Madeleine Juberay. Nous sommes quelque part, tout à fait à l’ouest de l’Europe, en Bretagne. Dans la partie très spécifique de la Bretagne. Nous sommes dans le Morbihan, entourés de la mer. Nous avons en Atlantique une petite mer fermée qui a donné le nom à ce Département, c’est le Golfe du Morbihan. De l’autre côté, très loin, nous avons des rives des Etats-Unis. C’est un beau chemin pour venir depuis votre pays. Que se passe-t-il? Qu’y a-t-il de particulier chez nous? Dans le Morbihan, il y a un patrimoine absolument monumental et extrêmement ancien. Nous allons parler ce matin des vestiges mégalithiques qui constituent la première architecture humaine connue à ce jour. Nous avons des milliers de monuments épars sur un large territoire, sur plusieurs kilomètres, que franchit même ce petit mer – le Golfe du Morbihan. Certains de ces menhirs sont sous l’eau.

Même s’ils sont très vieux, en vérité, cela fait très peu de temps qu’on s’y intéresse véritablement. Il faut remonter dans les années 1750, pour que l’on prenne en compte ces monuments, qu’on commence à se poser des questions. A l’époque, il a beaucoup de questions sur la datation. On se dit que ça soit des vestiges laissés par les romains ou par les celtes. On n’a aucune certitude. Pendant un certain temps on a laissé perdurer les pensées que ça soit nos amis les gaulois qui ont plantés ces menhirs dans la terre bretonne.

Il faut attendre la deuxième moitié du XVIII siècle, pour que les archéologues anglais vont s’y intéresser et viennent ici pour inventorier, observer, prendre les notes… Un archéologue plouharnelais, qui a élu domicile où nous sommes actuellement, qui s’appelle Félix Gaillard, un personnage clé et qui va faire énormément pour sauvegarder le patrimoine mégalithique. Puis, viennent d’autres personnages, comme Zacharie Le Rouzic qui est à l’origine de la création d’un musée de la préhistoire de Carnac.

Alors, on inventoriait et on commençait à se poser des questions: pourquoi autant de monuments différents? C’est un sujet, sur lequel on revient très longuement. Puis: quelle destination? Quelle finalité? On va faire un lien assez vite avec des rites cultuels, avec une notion de spiritualité, dimension sacrée de ces rites, notamment liés au funéraire. D’autres idées vont émerger. Felix Gaillard va faire un lien entre ces monuments et les orientations de la levée et du coucher du soleil et avec les moments clés de l’année – avec le solstice d’été et le solstice d’hiver.

Petit à petit les choses commencent à prendre forme. Une vraie immersion et les révélations scientifiques. À un moment donné il s’y passe beaucoup de choses. Beaucoup de gens viennent ici. C’est tant mieux, parce que la présence de ces archéologues et, notamment, de Felix Gaillard, va faire que certains monuments vont être préservés de la destruction.

A ces années-là, on construit aussi des grands monuments ici, tels que le phare de Belle-Ile-en-Mer, qui est construit en partie avec les pierres des monuments mégalithiques. La même chose pour les maisons, etc.

L’homme est paresseux de nature. Pourquoi ne pas utiliser la matière première à disposition? On le voit très bien: dans certains villages, vous avez un monument majeur – c’est le cas de notre commune – où on va immédiatement utiliser une partie pour construire sa maison. On n’a pas l’idée, à cet instant, de l’importance, ni de l’envergure (parce qu’il faut raisonner sur l’espace très grand, voir l’ensemble, de cohésion au niveau du territoire)

La Voix de la Russie. Il est intéressant de voir les chemins sinueux de la pensée humaine… On voit quelque chose en permanence, et on ne le voit pas, tout en la regardant… L’histoire de la culture ressemble beaucoup à celle d’aujourd’hui… les époques se ressemblent.

Madeleine Juberay. Je crois qu’ils vivaient vraiment dans cet environnement, sans se poser plus de questions. Ils sont nés parmi ces vestiges mégalithiques. Ici, il n’existe aucun jardin sans qu’une pierre n’ait pas été venue d’un monument mégalithique. Qu’elle soit debout, qu’elle soit couchée ou qu’elle soit cachée. A une certaine époque, il était difficile de construire à proximité, dans les vestiges mégalithiques.

Tout ce territoire s’est littéralement fait sculpter. C’est un travail de sculpture de paysage. Vivant dans cet environnement, ils l’ont intégré d’une manière naturelle, quasi-naturelle. Notamment, toutes ces grandes entreprises qui vont en partie détruire les monuments, viennent chercher sur place la matière première, sans que qui que ça soit ne s’élève contre.

Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est de reconstituer ce puzzle entre les premiers éclairages, des premiers archéologues, tous ces travaux et ceux de Howard Crowhurst. Il va prendre la parole assez longuement sur ce qu’on sait aujourd’hui, sur les hypothèses qu’on peut emmètre.

LVdlR. A travers plusieurs époques les hommes de science, mais aussi les enthousiastes locaux et étrangers essayent de percer le mystère des mégalithes morbihannais. Tel est également le cas de Howard Crowhurst, un anglais installé depuis vingt ans en France, intarissable sur le sujet.

Howard Crowhurst. Certaines pierres même étaient ramenées en Allemagne pour les étudier. Surtout les pierres gravées du Petit Mont – elles ne sont plus ici et on ne sait pas ou elles sont. Il y avait une pierre avec deux pieds gravés dessus, c’est le seul exemple de gravure d’une partie du corps humain. Il est fort possible que ces deux pieds donnaient la mesure. On pensait peut-être que cette pierre était une clé d’entrée pour comprendre – quelle mesure avait été utilisée.

Madeleine disait tout à l’heure que l’homme est paresseux. Je m’interroge… ce sont les hommes qui ont construits ces monuments, et il ne fallait pas être paresseux pour accomplir ce travail! D’autant plus que certaines pierres étaient transportées à des distances importantes. Si je prenais le cas ici, dans le Morbihan: les plus anciens, les plus gros monuments sont faits avec la pierre qui s’appelle « orthogneiss ». Cette pierre se trouve près de Vannes, elle n’existe pas sure sur les zones où on retrouve les pierres dressées.

Je pends le cas d’un Grand Menhir de Locmariaquer, le plus gros menhir jamais fabriqué au monde, une pierre qui fait presque 300 tonnes, qui était entièrement sculptée (ce n’est pas une pierre brute, elle a été taillée). Cette pierre est en orthogneiss, elle est déposée sur la Presqu’ile de Locmariaquer où il n’en a pas. Le Menhir a été amené ici, ces 300 tonnes. Il faut dire qu’il n’y a aujourd’hui aucune explication scientifique – comment cette pierre a été transportée.

Un archéologue français Jean-Pierre Mohen a travaillé toute sa vie sur l’étude de la façon de transporter ces pierres. Il a monté à Bougon, près du Poitier, un site où on peut voir toutes les différentes hypothèses et des maquettes. Récemment, cet archéologue a dit qu’il n’y a aucune hypothèse sérieuse qui puisse expliquer comment ces pierres ont été portées. C’est très intéressant, parce que cela veut dire que malgré notre intelligence, nos technologies et notre savoir, nous ne savons pas comment cela été fait.

Il faut le dire, parce qu’on ne se l’avoue pas facilement… A partir du moment qu’on l’avoue, on peut se dire que ces bâtisseurs étaient plus intelligents que nous, qu’ils savaient quelque chose que nous ne savons pas, même on n’est pas en mesure de l’expliquer.

La Voix de la Russie. A quelques jours du Noël, fête chrétienne et fête de l’espérance, on ne peut pas ne pas croire aux légendes d’antan.

Les mégalithes, n’étaient-t-ils pas dressés par les géants?

On dit aussi – même on sait par cette expérience maintenant - qu’il y a une coïncidence avec les moments cardinaux de l’année, le solstice, par exemple… Mais on ne peut qu’imaginer ce que cela représentait pour les bâtisseurs de ces pierres. On ne sait pas, on n’est sûr de rien.

Et cette incertitude se transforme en expérience personnelle, où on peut rentrer dans une chambre close, obscure et humide d’un dolmen. On peut vivre, éprouver par sa propre vie cette vie imaginaire d’antan… de toucher l’au-delà de l’histoire humaine.

Et, peut-être, faire une découverte inattendue…


Lire la suite: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/109744059/281598201/


avatar
vincent_de_tarle
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 152

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par vincent_de_tarle le Mar 23 Déc - 12:40

Pour connaitre la vraie histoire de Grand Menhir de Locmariaquer (aussi appelé Grand menhir brisé d'Er Grah).

Voyance sur objet du parapsychologue Raymond Réant (1928-1997)
-------

(...) Actuellement couché et brisé. Sur cinq morceaux, quatre restent encore sur place et mesurent, au total, vingt mètres trente, occupant un volume de cent trente-quatre mètres cubes trente. La densité de ce mégalithe étant estimée de 2,59, le poids total des quatre morceaux restant doit être d'environ 348 tonnes.

La vision psychique exécutée sur ce menhir donne les révélations suivantes :

« Le contact avec le mégalithe me transporte dans une vaste carrière, actuellement recouverte par l'Océan Atlantique, au large des côtes bretonnes.

(Vincent) : Nous sommes avant le déluge (avant - 2000 ans av. JC) et le niveau des océans était bien plus bas qu'actuellement.

Dans cette carrière travaillent une centaine d'hommes à la peau brune. Certains sont vêtus uniquement d'une jupe marron clair ou grisâtre. D'autres portent des robes rouge-marron ou bleues, avec des motifs géométriques de couleurs variées, et une ceinture de corde ou de peau. Les traits de leurs visages sont assez rudes. Yeux légèrement bridés, cheveux noirs, nez généralement arqués, narines très ouver-tes, lèvres assez charnues, la forme du visage est générale-ment arrondie.

Ces hommes, sous la directive de plusieurs prêtres de race blanche, vêtus de longues robes blanches ou bleues, travaillent dans cette carrière, où plusieurs mégalithes sont en cours d'extraction.
Je vais décrire uniquement les travaux exécutés, pour la réalisation du Menhir Men-er Groach, de Locmariaquer.

La roche est attaquée à l'aide d'outils en quartz, ne devant subir aucun "empoisonnement" métallique, durant tout le travail, fait par une équipe de douze hommes, de chaque côté d'un tracé exécuté par un prêtre... Les ouvriers rongent la pierre à l'aide de leurs outils (haches, burins de quartz)... Le prêtre trace sans cesse de nouveaux repères, pour guider les travailleurs.

Il est remarquable de constater qu'aucun travailleur ne bavarde (!); chacun d'entre eux se comporte comme un être isolé. Le travail est ingrat. Nombreux sont les hommes blessés par des éclats de pierre, particulièrement aux yeux. Les blessés qui ne peuvent plus travailler sont parqués dans un coin de la carrière, avant d'être emmenés dans un engin volant, vers une destination inconnue.

Le temps a passé et le monolithe ne tient plus que par une mince paroi qui se soude encore au sol. La rupture est imminente... Les travailleurs placent du sable dans la cavité, en dessous du mégalithe, de façon à ce que l'on ne voie que le mégalithe et la mince paroi qui le retient... Les travailleurs sortent à présent de la fosse... Le prêtre souffle dans un petit instrument qui ne produit aucun son... Le monolithe « frissonne »... La mince paroi se brise, faisant ainsi descendre le futur menhir, sur son lit de sable.

Une sorte de pain d'une vingtaine de centimètres de long, sur environ cinq de diamètre, est donné à chaque homme, ainsi qu'un petit pot d'eau (?)... Je ne sais pas très bien s'il s'agit d'eau, le liquide est incolore.
Il est tard, voici venir le crépuscule... Les travailleurs se recouvrent de sable et entrent dans un profond sommeil. Les prêtres partent dans un engin volant.

Plusieurs heures ont pa, et le soleil point à l'horizon... Tout est calme, la température est fraîche, mais il ne fait pas froid. Le soleil commence maintenant à chauffer, et les travailleurs ouvrent les yeux, et restent couverts de sable... Aucune communication entre eux, ils ne se parlent pas. Un engin volant se pose sur le sol... Une douzaine de prêtres en descendent... Puis un second appareil atterrit... Une vingtaine de nouveaux travailleurs en descendent. Sept prêtres se dirigent vers le mégalithe qui est l'objet de l'étude...

Le mégalithe est couché sussér une couche de sable... Les prêtres entourent le monument, en gardant entre eux un intervalle régulier, puis ils murmurent des prières, en appli-quant chacun un long bâton sur le menhir... Ils prononcent des mots inintelligibles, en plaçant chacun leur index de la main droite sous le mégalithe, puis au-dessus du mégalithe, durant environ une quarantaine de secondes... Ils replacent leur index de la main droite sous le monument, qui se soulève très facilement, sans efforts... Les sept prêtres avancent en déplaçant cette volumineuse masse de pierre, pour la poser sur une plateforme en pierre recouverte de plaques marron-noir.


Quelques heures plus tard, une sorte de fusée, dont le dessous est plat, vient se placer à quelques mètres au-dessus du mégalithe, projette un rayonnement sur ce dernier, qui se soulève, et vient se coller sur la fusée, qui l'emporte sur le lieu actuel, où elle le dépose en position couchée, puis disparaît.

La région a été déboisée, et le trou devant recevoir le mégalithe a été creusé avec des outils manuels (sortes de piolets et pelles).

Sept prêtres sont sur les lieux, ils s'approchent du mégalithe, posent le bout de leurs bâtons sur sa tête, en murmurant des prières... Ensuite ils remplacent leurs bâtons par leur index de la main droite, pendant environ quarante secondes, puis manipulent ce lourd et volumineux monument, comme s'il ne pesait que quelques grammes... Le menhir est présenté, juste au-dessus du trou qui doit le tenir en place; puis, par des gestes lents, les prêtres le font glisser dans ce trou qui l'enserre comme une gaine. Ensuite, le menhir est orienté, suivant sa forme cristalline, à l'aide d'une boussole.

Par la suite, les "prêtres" coiffent le menhir d'un gros disque de pierre rouge,

(Vincent) : Ci-contre, une des nombreuses statues de l'île de Pâques, (dans le pacifique).


sur lequel est placé, en son centre, un superbe cristal transparent (incolore), à six facettes, haut d'environ cin-quante centimètres et d'environ douze centimètres de large. L'ensemble coiffé par une pyramide à six facettes, en matière incolore.

Le gros cristal de quartz émet des rayons dans toutes les directions.

(Vincent) : Et voici à quoi servaient ces menhirs, que l'on retrouvent sur presque tous les continents, y compris en Afrique subsaharienne


Un volumineux appareil, d'environ trente mètres de long, de teinte goudronneuse, arrive lentement au-dessus du menhir... à environ trente, ou quarante mètres. Cette volumineuse et sinistre masse, dépourvue de lucarne, reste environ une minute au-dessus du menhir... semble faire sa provision d'énergie, puis s'élève, d'abord verticalement, à la vitesse d'environ un mètre par seconde, puis ensuite obliquement, en allant de plus en plus vite, en direction du nord-est. »


___________________


Mon site sur les OVNI
http://vincentdetarle.free.fr/catho/ovni_croire.html


avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par Macha le Mar 23 Déc - 14:33

Mais bien sûr et c'est la marmotte qui accueille les prêtres et leur offre une tablette de chocolat !!!

Johnny Guoyot
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 8613

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par Johnny Guoyot le Mar 23 Déc - 15:06

Puisqu'il dit qu'il y était!!! Shocked


___________________


Les soucoupes volantes et les extraterrestres, c'est comme la hausse du pouvoir d'achat et la baisse des impôts, on en parle tout le temps mais on ne les voit jamais venir!
          
                                                             
 
avatar
vincent_de_tarle
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 152

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par vincent_de_tarle le Mer 24 Déc - 14:58

> et leur offre une tablette de chocolat !!!

Ces visions psychiques dans le passé sont très importantes car elles permettent d’avoir une connaissance exacte de comment vivaient nos ancêtres.
Je rappelle que R. Réant était un spécialiste de cette discipline et qu’il a beaucoup travaillé avec les milieux de l’archéologie. Moi-même j’en fais un peu et c’est toujours un certain plaisir de voir des scènes du passé car c’est un peu comme-ci on voyageait dans le temps.
---

Cette discipline de déplacer les gros rochers par une sorte de magnétisme humain a été redécouverte par l’américain Edward Leedskalnin (1887 1951).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Corail

Je pense que les vaisseaux volants des hommes des temps anciens n’ont pas de liens avec le phénomène OVNI.
---
Les lignes de Nazca (au Pérou)  étaient un vaste aéroport interplanétaire.

Voici un extraits d'un livre de Raymond Réant


(...) En juin 1974, une journaliste me remit un petit éclat de pierre noire, et me demanda ce qu'il évoquait pour moi. Je pris cette pierre entre mes mains, et entrepris une « expédition » psychopathotactique. (faculté de lire l'histoire des objets - VDT)

« Je vois un grand plateau désertique... au loin, des montagnes... à l'opposé une mer ou un Océan est proche. Des sortes de fossés très peu profonds y sont creusés. Ils forment de grandes lignes droites qui se recoupent. Sur ces lignes évoluent des fusées... Les unes descendent du ciel, les autres y remontent... Le plus surprenant est de voir ces appareils, qui n'ont pas de roues, circuler sur ces lignes. Ils volent comme portés par un matelas d'air, à une vingtaine de centimètres de hauteur.
Ces fusées ressemblent à des obus, elles n'ont ni ailerons ni appareillage extérieur. Une seule ouverture est visible, sur la face postérieure de l'appareil... Pas très loin de là s'élève une ville, une énorme construction parabolique, ainsi que d'autres constructions. Toutes sont en pierre taillée, et de dimensions gigantesques. Leur architecture est étrange. Voici qu'une fusée s'approche de moi... Elle stationne à quelques mètres, puis s'élève lentement et se dirige directement vers la montagne, dans laquelle elle s'engouffre en pénétrant sous la voûte d'un énorme bâtiment de pierre...

Des êtres descendent de la fusée... Ils ressemblent à des hommes de forte corpulence, mais leurs oreilles sont beaucoup plus longues que les nôtres, et l'arrière de leur tête présente d'étranges bosses.

Ils portent une sorte de combinaison, mais pas de casque. En descendant de la fusée, ils retirent une ventouse respiratoire qui leur emprisonne le nez et la bouche... Quelques hommes, exactement semblables à nous, circulent parmi eux. Ils sont presque nus, à l'exception d'un pagne qui forme une petite jupe très courte. A leurs poignets, des bracelets... Ils portent aussi des jambières en or... »

Un peu fatigué, je m'arrête. (cet exercice génère une cetaine fatigue - VDT) Dans l'assistance, chacun se regarde, se demande à quoi se rapporte cette « Vision ». Mais où ce caillou a-t-il pu être témoin de ces scènes insolites ? D'où vient-il ? 


C'est alors que la personne qui avait apporté cette pierre pour l'expérience donne l'explication attendue « J'ai ramassé ce caillou il y a quelques années sur le plateau de Nazca, au Pérou. »
Les spécialistes et les amateurs d'anciennes civilisations connaissent le site de Nazca. Sur ce haut plateau des Andes, à quelques kilomètres de la côte du Pacifique, on a, en effet, découvert des traces rectilignes de quelques mètres de large et de plusieurs kilomètres de long, qui s'entrecroisent à l'infini. (...)
--

Joyeux Noël à tous... et pour les septiques, profitez de ce Noël pour demander comme cadeau une "foi" un peu plus élevée.
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8148

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par casseron le Mer 24 Déc - 15:09

Ces visions psychiques dans le passé sont très importantes car elles permettent d’avoir une connaissance exacte de comment vivaient nos ancêtres.


Il faudrait peut-être nuancer une telle affirmation. Même Cayce a fait de mauvaises lectures et ça ne peut se savoir qu'à posteriori, un peu comme les prophéties de Nostradamus. Ces visions du passé ne peuvent être entièrement exactes, elles doivent nécessairement porter des erreurs qui  les discréditent pour les "non-croyants". D'autre part, il n'est pas exclu que la "source" soit mensongère, c'est assez courant.
avatar
vincent_de_tarle
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 152

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par vincent_de_tarle le Mer 24 Déc - 15:15

Oui c'est vraie qu'ils faut être très prudent avec les visions psychiques, mais c'est le recoupement de plusieurs sources (visions, légendes et histoire récentes) ... en lien avec les vestiges archéologiques, qui permettent d'en tirer des idées claires.


___________________


Mon site sur les OVNI
http://vincentdetarle.free.fr/catho/ovni_croire.html


avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8148

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par casseron le Mer 24 Déc - 15:44

Quant à Nazca, on ne peut précisément rien en tirer ! Aucune des conditions n'est réunie.
avatar
vincent_de_tarle
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 152

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par vincent_de_tarle le Mer 24 Déc - 20:50

> Aucune des conditions n'est réunie

Plus ou moins.

(...) Des êtres descendent de la fusée... Ils ressemblent à des hommes de forte corpulence, mais leurs oreilles sont beaucoup plus longues que les nôtres, et l'arrière de leur tête présente d'étranges bosses.(...)

Ci-dessous, des crânes retrouvés dans la région de Nazca.

  


___________________


Mon site sur les OVNI
http://vincentdetarle.free.fr/catho/ovni_croire.html


avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8148

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par casseron le Jeu 25 Déc - 9:22

Il exista jadis un topic sur ces crânes déformés, peut-être même sur ce forum......ou un autre. Je fais appel à la mémoire de Schatt.

Que vaut Wikistike ?

http://www.wikistrike.com/article-l-adn-des-cranes-allonges-de-paracas-revele-une-espece-humanoide-inconnue-122505984.html

Contenu sponsorisé

Re: Le solstice d’hiver – les portes dans l’au-delà

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 18 Déc - 2:23