Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Akhenaton, Jésus et similitude…

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30562

Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par Schattenjäger le Ven 20 Fév - 11:17

Lien interessant :
http://dark-ride.org/?p=564
avatar
Passiflore
VIP
VIP

Nombre de messages : 1074

Re: Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par Passiflore le Ven 20 Fév - 18:48

Si on suit la généalogie Jésus serait un descendant de David qui serait un descendant de Moïse… Le syndrome de Marfan est héréditaire, y aurait-il un lien entre Jésus (dans l’hypothèse où le suaire serait authentique) et Akhenaton ? Et donc un lien entre la religion d’Aton, le judaïsme et le Christianisme ?
C'est la question que d'autres se sont posée...
Quoiqu'il en soit, les preuves archéologiques l'attestent, les Hébreux ne sont pas les inventeurs du monothéisme. On pouvait le croire avant, mais plus aujourd'hui.
Moïse a vécu en Egypte, et dans l'entourage de Pharaon. Il bénéficiait d'une certaine instruction, et il lui était facile de savoir certaines choses relatives à la religion égyptienne.
avatar
alpacks
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 2730

Re: Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par alpacks le Sam 21 Fév - 20:50

jésus pour moi a surement existé ...

mais dans le même cadre que depuis la fin de l'homme préhistorique, quand il s'est interessé a ses morts, les a enterré avec un homme qui s'occupe spirituellement du contexte avec un chapeau avec des cornes et une peau de bête en cape sur le dos ...

jésus est pour moi juste un de ses hommes qui a réussi a attirer l'attention sur lui ... le reste en a fait un prophète
avatar
Passiflore
VIP
VIP

Nombre de messages : 1074

Re: Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par Passiflore le Dim 22 Fév - 15:14

D'autres traditions parlent de la venue d'un homme comparable à Jésus...
avatar
Invité
Invité

Re: Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par Invité le Dim 22 Fév - 18:43

au pire un "philosophe" ou un homme avec une certaine aura (vu qu'il remettait en question certaines politiques de l'époque)

jésus c'était notre besancenot à nous
avatar
alpacks
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 2730

Re: Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par alpacks le Lun 23 Fév - 0:21

oui voila, je pense le fait qu'on prophétisé jésus, au point d'en faire l'homme fils et envoyé de dieu, mais pas dieu en lui même (je trouve qu'il y a d'ailleurs trop de confusion dans le christianisme entre jésus et l'entité dieu elle même ... ils en jouent même)

peu très certainement s'expliquer par un personne charismatique incroyable !

et puis après tout, ne disait il pas simplement des choses qui ne peuvent que plaire aux personnes les plus humble de l'époque, car c'était un vrai petit communiste "rézousse" ou "djizeusse"


il partage le pain et le vin, prone amour et respect ! n'était ce pas simplement des valeurs qui manquaient cruellement a cette époque romaine en palestine ou juifs et romains cohabitaient sous une administration romaine et une échelle sociale romaine !

on sait bien que rome bien que le 2 ème grand empire de l'histoire antique qui avait des ouvertures démoncratiques, n'en était pas moins une civilisation très aristocratiques envers ses citoyens et peuples dominés ...

ce que veut dire que nous sommes a une époque ou la vie était dure, d'un coté une opulence de l'aristocratie romaine, de l'autre une majorité de gens qui vivaient dans des conditions plutôt difficile ...

en clair, ce faire l'allier des pauvres, opprimés, crevant de faim ect était déja un puissant charisme

bien que de toute façon il y a tout autre chose aussi qui complête le personnage ...

en cela oui tu as raison de le comparer a notre petit besancenot, dont la popularité par exemple en france est très sous estimé ... mais c'est pas pour autant que les gens voteront pour lui !

les gens en europe sont comme ça, les idées de partagent, d'appuie social envers les gens, taper un peu sur les riches et exploitant ils adorent ! mais dès qu'il est question du vote et d'en faire le système politique les gens ont peur

ils ont peur car il y a une image qui ne sort pas de leur tête :

quand les plus riches maigrissent, les plus pauvres crèvent






pour moi jésus est surtout une sorte de marxiste d'avant garde dont les propos ne pouvaient que plaire a ceux qui ne mangeaient pas a leur faim tout les jours ...
avatar
pierrephilosophe
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 39

JESUS, MYTHE OU REALITE ?

Message par pierrephilosophe le Mar 24 Fév - 15:07

affraid


Essayons de situer Jésus-Christ parmi les réalités de son époque et de son temps.






Nous
serons frappés de constater combien on a souvent "arrangé" les
événements qui ne sont basés sur aucun texte sûr. Jésus est né à Gamala
et non à Bethléem, 6 à 8 ans avant notre ère, du temps du roi Hérode.
Celui-ci devint roi des Juifs en 37 avant notre ère, sous le contrôle
de Rome. Il mourut en l'an 4 de notre ère.







Ce
n’est que plus tard que les Ecritures parleront de Bethléem qui
signifie "la maison du pain" ce qui expliqué l'Eucharistie. Les
Evangiles disent que n'ayant pu trouver de place à l'auberge, Marie a
accouché dans une étable et placé son enfant dans une crèche. Ceci est
bien invraisemblable dans ce pays d'Orient où l'hospitalité est une loi
sacrée respectée même par les plus pauvres. Ne faut-il pas voir plutôt
le mystère de la Nativité comme un événement cosmique qui ne peut être
vu que par les yeux du Ciel.







Dans
la nuit de Noël, à minuit, c'est le signe du Cancer qui, à cette
époque, culmine au firmament, accompagné des signes voisins du Lion et
de la Vierge. Dans ce signe de la Vierge brille la constellation du
Bouvier (le boeuf de la Nativité). Et dans le signe du Cancer brille la
constellation des deux Anes dont les deux étoiles, Gamma et Delta,
représentent les deux ânes, celui qui a porté la Vierge et celui qui,
plus tard, portera le Christ vers Jérusalem. Cette constellation que
les anciens appelaient "phatno", mot qui signifie crèche. A minuit, "le
petit Jésus, Dieu Solaire, y sera déposé", Il y a deux versions pour
parler de Marie : "la femme" enveloppe le Soleil mais n'est pas
enveloppée, ou bien, la femme est "enveloppée" par le Soleil, La femme
symbolise le Peuple de Dieu. Elle enfante l'âge messianique qui a donné
naissance au peuple messianique et aux messies. C'est la Mère
Universelle qui enfante dans la douleur, qui est en butte aux
persécutions de Satan. Elle et toute sa descendance. On peut supposer
qu'elle représente aussi Marie mais elle n'est pas exclusivement la
mère personnelle du Christ. Le signe du Lion évoque Juda, fils de Juda,
fondateur de la tribu dont est issu Joseph.







On
va voir comment le mythe de Jésus-Christ cache un homme guerrier, chef
de bande qui finit tragiquement. Le mythe a été plaqué, greffé et
mélangé sur l'histoire de cet homme de guerre de descendance davidique.
Celui-ci voulait délivrer Israël du joug romain et jeter hors de son
palais Hérode l'usurpateur et ses sbires.







A ce moment, la Palestine était sous le joug de Ponce Pilate, procurateur d'Hérode le Grand qui menait une vie dissolue.






Sur
une hauteur bordant le lac de Kinereth vivait une famille descendant de
David dont le chef Juda le Gaulonite voulait reprendre à Hérode,
l'usurpateur son trône et jeter les romains hors du pays. Sa femme,
Marie Salomé, lui avait donné deux filles et sept fils appelés dans
l'Apocalypse "les 7 tonnerres" ! L'aîné étant successeur de son père a
été "oint" selon la loi religieuse qui prescrivait que tous les
premiers nés devaient être consacrés à Dieu, devaient rester
célibataires et porter les cheveux longs. Son nom religieux était
Nazir. On l'appelait le "Naziréen" dont les chrétiens ont fait Nazareth.







Or,
la ville de Nazareth n'existait pas. La véritable ville était Gamala,
forteresse bâtie sur un piton rocheux. C'est là que se situe le «mont
de la précipitation ».







Christ
veut dire oint, en grec Christos. En Israël, il y a eu des quantités de
"oints" nommés Christ, des prophètes, des Messies, des rois. De plus,
en hébreu ou araméen, Jésus se prononce "Jeshouah" qui signifie "le
sauveur". Il advint qu'en combattant contre Hérode, Juda le Gaulonite
fut abattu entre le temple et l'autel (Voir Matthieu qui le mentionne
sous le nom de Zacharie qui signifie le Verseau…. à développer)







Juda
bar Juda, le Christ oint, veut reprendre la lutte là où son père a
échoué. Il a 21 ans à ce moment là et entraîne dans la lutte ses six
frères qui se feront tous tuer. Quant à lui, il était très aimé de la
foule qui voyait on lui un être pur et mystique qui la délivrerait du
joug romain. Du fait de sa pureté, il s’est fait une réputation de
Messie.







Luc,
l'Evangéliste, met dans la bouche de Jésus les paroles suivantes :
"Quant à mes ennemis, qui n'ont pas voulu que je régnasse, sur eux,
amenez-les ici, et faites les mourir en ma présence"(XIX-27) •







"Celui qui n'est pas avec moi est contre moi" (2X1-23)






"Que celui qui n'a point d'épée vende sa robe et en achète une" (SXII-36J.






"Seigneur frapperons nous de l'épée ? " (XXII-49).






Ces
paroles s'expliquent dans la bouche du chef de guerre Juda bar Juda, le
"oint", le"Christ", mais pas dans celle du doux Jésus des Chrétiens.







La
rencontre de Juda bar Juda avec Jean-Baptiste l'essénien dans le
désert, avait suscité en lui un grand élan spirituel qui l’avait
confirmé dans la nécessité de sa mission. C'est sur l’histoire réelle
de ce Juda Christ que s'est édifié l'admirable mythe permettant la
naissance d'une religion nouvelle se reliant aux anciennes et à la
tradition initiatique.







A
ce moment là le peuple de Palestine était partagé en deux clans : les
modérés qui auraient attendu sans combat la fin de Rome ; laquelle
serait arrivée certainement; et d'autre part les fanatiques, anciens
partisans de Juda le gaulonite qui voulaient abattre Rome. A la mort de
Jésus, les fanatiques partisans du Messie Jésus avaient volé son corps
et l'avaient enseveli à Macheron, et, trois siècles plus tard, Julien,
le neveu de l'empereur Constantin, ira le déterrer pour prouver la
fraude.







On
cite la date de 788 ou 789 (calendrier de Rome) qui correspond à 35/36
de l'ère Chrétienne pour la crucifixion, Date confirmée par Irénée, le
mercredi 14 nisan, 11ème jour de la lune, à la 6ème heure, soit midi.







La
fixation du jour de la mort le vendredi et celui de la résurrection, le
dimanche est purement ésotérique. Ce n'est plus de l'histoire, mais
seulement un mythe.







Jean-Baptiste,
le Maître, est un véritable homme de Dieu. Sa notoriété correspond à la
notoriété politique de Juda bar Juda dont on fera le Christ plus tard.
On mé1angera la vie religieuse de Jean et celle politique de Juda, et
on bâtira le mythe chrétien sur cet amalgame. Comme on mélangera aussi
Jean Baptiste et Jésus qui sont les deux aspects d'un même personnage,
le vieil homme et l'homme nouveau. Tout cela a été remanié au cours des
âges. On se perd devant tant d’écrits souvent contradictoires et de si
faible valeur historique.







Juda
Christ voulait redonner à la Palestine une vigueur nouvelle sans
Hérode. Il choisit la Pâque juive pour tenter un coup de force
définitif. Il marche sur Jérusalem avec ses disciples. Une certaine
foule voit en lui le sauveur d'un joug, d'un esclavage, Mais il n'est
admis ni par Hérode, ni par les romains, ni par les maîtres du Temple,
Ils le traitent tous d'exalté. Les combats ne sont pas longs et l'on
s'empare de Juda bar Juda. Devant ces résultats beaucoup de partisans
prennent peur, l'abandonnent, particulièrement Pierre qui le reniera
"avant le chant du coq". Plus tard, le rôle de pierre prendra une
grande importance sur le plan politique. C'est au cours du procès de
Juda Christ que, par dérision, on l'a affublé de l'étiquette "INRI",
Jésus le Nasir, le roi des Juifs, Après sa crucifixion, le Christ
n'existera plus dans le mythe que par ses apparitions. On bâtira plus
tard les Evangiles, et on construira une religion nouvelle sur cet
ensemble. Magnifique religion qui donnera des Saints, mais hélas aussi
des inquisiteurs et des bûchers.







Au
troisième siècle, la religion catholique apostolique et romaine se
structure et devient religion d'Etat. Le révolutionnaire est camouflé
pour ne mettre en lumière que Jean-Baptiste, Jean l'évangéliste, et on
finit par les confondre. On confond aussi le Jésus christ avec Jean
l'évangéliste. Les maîtres tailleurs de pierres ont représenté le
"Christ" en gloire entouré des quatre évangélistes dont chacun, sauf
Jean, tient un livre. Le livre de Jean est dans les mains du Christ. Ce
qui pourrait faire supposer que Jean et le Christ ne forment qu'un.







Dans
les écrits de l'ancien testament et dans d'autres écrits encore plus
anciens, on lit à propos de la prière : "Donne nous notre pain
spirituel", et non notre pain quotidien.







On
lit aussi que l'Archange Michel -semblable à Dieu - rappelle la
psychostasio de la tradition égyptienne. Suivant cette tradition Michel
gravira les 9 échelons de l'échelle de la Sagesse, les 12 chiffres
accomplis, le Zodiaque. Il monte dans les sphères supérieures, cela
forme le 13ème
signe. Ce treizième signe est le sanctuaire supérieur de l'être, la
Saint Michel se place 6 jours après l'équinoxe d'automne. Or, le
chiffre 5 est le symbole du passage dans un autre monde.







Le mont Moriah représente symboliquement :






- à sa base le premier sanctuaire, Gabriel;






- à mi-pente le deuxième sanctuaire, Raphaël ;






- au sommet l’homme cosmique. Et dans le "char", on place :






- Gabriel à gauche ;






- Raphaël derrière pour le soutenir;






- Uriel - science de l'initiation - devant pour le guider ;






- Michel à droite, à la place d'honneur.






Les
fêtes religieuses judéo chrétiennes nous conduisent à réfléchir au
cosmos, à l'univers, à l'homme cosmique qui symbolise notre devenir. La question est
posée. Qui est le plus grand ? Jean-Baptiste ou son cousin Jésus ? En
réalité, c'est Jean le Maître spirituel et, Jésus est l'aspect mystique
du même personnage. C'est l'ésotérisme et l’exotérisme de la religion
chrétienne.







L'église
ésotérique appartient à Jean l'éphésien, aux johannites, aux bâtisseurs
de cathédrales, aux compagnons, etc. et à Barrabas qui signifie "Fils
du Père Eternel" ; qui, contrairement à la légende, était un guerrier.







Par leur mort, à cause de leur supplice, Barrabas et le Christ seront libérés, même si ce Christ est Juda bar Juda,






Le
Christ mythique ne peut Être que le Fils unique de Dieu le Père, et
Jésus Christ Juda Bar Juda, le chef de bande, peut lui être assimilé.







Pour
l'Eglise, le personnage du Christ est le premier membre de la Trinité,
Jean Baptiste, Maître essénien, Fils de Dieu, est le deuxième membre de
la Trinité, et l'Esprit de Dieu est le troisième membre. Ils forment le
Corpus, l'Animus et le Spiritus de l'ensemble de la religion chrétienne.







Ces données marquent le point de départ de la chrétienté, mythe du destin de 1'homme.
:farao:

a+ pierrephilosophe.
avatar
Invité
Invité

Re: Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par Invité le Mar 24 Fév - 16:29

source : http://lamassenie.over-blog.com/article-14240893.html

(merci de citer les sources Wink )
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8082

Re: Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par casseron le Mar 24 Fév - 16:34

relisons cet
extrait d'un livre qui se trouve au bout de la Bible, le livre de l'Apocalypse:
"Et il y eut une guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent
contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas
les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut
précipité, le grand dragon, l'antique serpent, appelé le
diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité
sur la terre,
et ses anges furent précipités avec lui"

(Apoc. 12,7-9).

Ou comment "le culte" du cosmos" s'est incarné tout de travers dans la religion judéo-chrétienne à laquelle plus personne ne comprend rien.
avatar
pierrephilosophe
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 39

Re: Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par pierrephilosophe le Mer 25 Fév - 8:44

OUPS !!! Embarassed
désolé j'ai oublié les lien.merci de l'avoir signaler.
à lire aussi comme moi en ce moment : http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/khaitzine-richard/de-la-parole-voilee-a-la-parole-perdue-franc-maconnerie-et-alchimie,1614885.aspx
a+ pierre philosophe. study
avatar
Passiflore
VIP
VIP

Nombre de messages : 1074

Re: Akhenaton, Jésus et similitude…

Message par Passiflore le Jeu 26 Fév - 17:37

Ou comment "le culte du cosmos" s'est incarné tout de travers dans la religion judéo-chrétienne à laquelle plus personne ne comprend rien.
C'est bien vrai :!:
Il a dû se passer d'autres choses, rapportées dans les anciens écrits (autres que bibliques), et dont la véritable signification doit être aux antipodes de la théologie chrétienne.
Et gageons que le divin n'a rien à voir là-dedans :!:
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 22 Nov - 10:12