Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Vénézuela : 10 ans de chavisme, et ça marche !

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30416

Vénézuela : 10 ans de chavisme, et ça marche !

Message par Schattenjäger le Mer 18 Fév - 12:27



Le bilan de la politique bolivarienne instaurée depuis 10 ans au Venezuela est satisfaisant à en rougir. L’heure est à la continuation qui effraie l’opposition désemparée. Peu de chance pour que ça ne continue pas de fonctionner, et pour longtemps.

Le 13 janvier dernier, Hugo Chavez, président de la République bolivarienne du Venezuela, s’est adressé à la nation lors d’un discours prononcé du Palais fédéral législatif afin de faire état du bilan de sa politique depuis 10 ans, et d’annoncer ses intentions pour les mois et années à venir.

Ce bilan relève, bien entendu, de l’application scrupuleuse d’une gestion et d’une orientation politiques en adéquation avec les principes d’un socialisme du XXIe siècle revendiqué dans le pays, mais également grâce à la Constitution mise en place durant cette dernière décennie, qui a rendu possible un tel projet national.

C’est effectivement en 1999, lors de l’arrivée de Chavez au pouvoir, que pour la première fois dans l’histoire du Venezuela le nouveau texte de la Constitution, élaboré par une assemblée constituante, est soumi et approuvé à presque 72% par référendum populaire. Durant tout le XIXe siècle et jusqu’à cette date, les différentes Constitutions amendées et réformées qui se sont suivies n’avaient jamais fait l’objet de consultation démocratique. Avec l’appui des partis politiques en place, défendant leur hégémonie politique et économique sur le pays, seul le Président s’appropriait jusqu’alors le pouvoir d’amender la Constitution. Le destin de la nation ainsi exclu de toute volonté et décision populaires, promus uniquement à une libéralisation sans contraintes et un maintien des relations de classes où tout ce qui pouvait être contradictoire à cette tendance était considéré comme menaçant et défavorable.

L’heure du bilan à lire ici
http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article5099

👽
avatar
alpacks
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 2730

Re: Vénézuela : 10 ans de chavisme, et ça marche !

Message par alpacks le Mer 18 Fév - 14:32

he bien, des chiffres qu'occulte volontairement dans les médias d'infos classiques sur le net pourtant orientés a gauche c'est ça le pire !

je cite :

Depuis cette première révolution législative impulsée par Chavez, associée à la mobilisation de la population vénézuélienne par sa participation et son éveil, ainsi qu’aux avancées sociales décrétées et menées par le gouvernement, les résultats sont là.

Sur la période 1998-2007, les progrès sont vertigineux.

Les indicateurs sociaux – premiers baromètres d’une société – annoncent un « indice de développement humain » (IDH) à 0,8836, en hausse de 27,7 %. Cet indice évalue, de 0 à 1, le niveau de bien-être individuel et collectif, calculé sur la base d’un rapport quantifiant santé, éducation et niveau de vie. Le coefficient de Gini – qui mesure, de 0 à 1, le degré d’inégalité de la distribution des revenus dans la société – a été réduit de 13,7 %, atteignant 0,4200, avec une perspective annoncée à 0,4099 à fin 2008. Indice le plus bas de toute l’histoire du Venezuela et le plus bas de tout le continent latino-américain.

La dépense sociale dans le budget de l’Etat s’envole de 28,5 % avec des répercutions performantes.

Le seuil de pauvreté est passé de 48,7 % à 33,4 %, soit une baisse de 31,4 %. La compagnie pétrolière d’Etat, PDVSA, – nationalisée en 2007 – a ainsi financé à hauteur de 13 millions de dollars des programmes de missions sociales. Le salaire minimum a fait un bond de 120 à 799,5 bolivars, désormais le plus élevé d’Amérique latine. Le temps de travail a été réduit de 44 heures hebdomadaire à 36 et le taux de chômage est de 6,8 % à fin 2008. En 2005, l’Unesco a déclaré le Venezuela « territoire libre d’analphabétisme », et aujourd’hui 14 millions de vénézuéliens sont scolarisés, en rappelant que le pays compte 26 millions d’habitants dont 8 ont entre 0 et 14 ans, soit 31 % de la population. L’accès pour tous à l’université permet à 1,8 million de jeunes mais aussi d’adultes d’étudier contre 676 000, intégrés à l’époque au statut d’élite ou de classes aisées.

Les dépenses de l’Etat pour la santé sont passées de 8 % à 12,4 %. Les missions Barrio Adentro offrent l’accès aux soins et aux médicaments en toute gratuité à des millions de patients. 92 % de la population a désormais accès à l’eau potable contre 82 %. Le réseau public de supermarchés Mercal, aux produits à inflation zéro, accueille 11 millions de Vénézuéliens mensuellement et leur permet une économie de 39 % par rapport aux grandes surfaces privées.

La lutte contre la fraude fiscale des classes dominantes a permis de multiplier par 13 le montant des impôts perçus.

Cette liste non-exhaustive décrit une émancipation humaine sans précédent en un temps record. Fruit d’efforts intenses et constants répartis entre peuple et élus, et toujours dans la maîtrise parallèle d’une agressivité permanente et sournoise de l’opposition toujours prête à démonter ou enrayer la machine.

Chavez, dans l’ennoncé de son bilan et en exprimant sa satisfaction sur cette première partie de la révolution bolivarienne, n’oublie pas de mentionner les deux facteurs essentiels à la réussite de ce projet national qui sont la participation collective grâce à la formation du peuple et l’inclusion sociale.

L’approbation populaire de la gouvernance Chavez, sa reconduction aux élections présidentielles ainsi qu’aux référendums révocatoires sont les preuves qui défendent l’idée de prolonger cette marche socialiste jusqu’en 2013, date des prochaines élections présidentielles. Le Venezuela est aujourd’hui le pays du continent latino-américain où la démocratie est la plus aboutie, consolidée par des lois et des règles issues d’une reflexion permanente.

Les mécanismes technico-burocratiques d’antant, qui manipulaient et contrôlaient les masses, sont évacués. Les moyens mis en œuvre pour substituer le social et engendrer une alienation collective anéantis. Depuis 1999, l’inversion des valeurs est en marche par l’expression populaire et celle d’un pouvoir en place qui est là pour redistribuer les richesses et les transferer au peuple. Une transformation intégrale de la société et de l’économie de la nation est véritablement en train de se réaliser, où le noyau central de la politique du gouvernement sont les services publics. Et ça marche.


maintenant bon, voila moi je sais très bien comment chavez a été traité médiatiquement en france sur le net par nouvelobs, libé et meme aussi le monde qui depuis a corrigé un peu le tir pour se dernier ...

c'était un antichavisme clair et net !

pourtant des média de centre et gauche qui le diabolisait clairement, après bon je reconnais qu'au niveau des discours et façon de faire en communication, chavez a un coté très sarko, bien démago et plutot inculture crasse qui n'est pas positif disont pour un dirigeant de pays mais bon c'est comme ça ...

mais voila, les médias en france l'ont toujours montré tel un nouveau dictateur d'amérique du sud et ça j'ai trouvé ça très grave de leur part ! surtout ses derniers temps ou avant le référundum les articles type : chavez se verrait bien président a vie ect ...

comme si le référundum concernait l'attribution du poste a vie alors que c'est faux !

ils ont présenté les choses en particulier dans les titres comme un coup d'état vers une dictature, en nuançant après leurs propos dans l'article lui même, car la malhonnêté ne pouvait pas être absolue ...

mais par exemple dans les médias français on occulte volontier le coup d'état de 2002 que chavez a subit !


coup d'état militaire, qui exigeait le départ de chavez et manifestement orchestré par des proches de la droite vénézuelienne très intimes de haut gradés de l'armée, mais aussi évidement des soutiens + ou - franc des USA et de l'espagne voir peut être aussi de colombie c'est possible

disons l'implication étrangère n'etait que de l'appuie moral et politique, enfin "moral" ...

bref voila on nous parle a tort d'une tentative de dérive d'une dictature gauchiste tout en occultant le super respect de la démocratie de l'opposition qui a fomenté avec des généraux le coup d'état de 2002 ...

coup d'état qui d'ailleurs a fait un sacré flop !

ayant déclenché de suite des manifestations monstres en soutient a chavez, les militaires ont été contraint de reculer et chavez du coup maintenu par la rue est resté et a été après réelu a 59% !

1er mandat victoire a 51%

1ère reélection a 54%

2 ème reélection a 59%

le premier réferundum, a été refusé par le peuple car son contenu était bien plus vaste et avait trop de caractère politique ...

ce dernier a été accepté et a bien marché justement car il ne concernait plus que la question des mandats et chavez a supprimé toutes les polémiques politiques du précedent referundum !

ce qui veut clairement dire l'accord populaire vis a vis de la question !

il faut savoir aussi que chavez a mis (je suis pas sur que c'est lui, mais en tout c'est bien en place) une sorte de referundum de mi mendat ou le peuple peut éjecter le président selon le résultat !

chose qu'on risque par exemple pas de voir chez nous en france surtout avec sarko qui sait très bien qu'un tel referundum de confirmation de mi mendat lui serait une gifle total !

je suis en tout cas très surpris des résultats sociaux au vénézuela bien que si le pétrole reste a 40 dollards, chavez risque de se retrouver a court de finance bientot pour sa révolution sociale ...

pour l'instant globalement il s'en est sorti financièrement sur le dos du pétrole avec les tarifs a + de 100 dollars le baril qui lui ont permis de trouver les financements a sa politique
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 9:59