Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

les lignes de nazca, nouvel élement ?

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4579

les lignes de nazca, nouvel élement ?

Message par Robot U&P le Mer 6 Aoû - 17:13

Ancienne version de U&P :

je vous propose de réagir suite à l'article réalisé par waka et moi même pour la revue top secret.
tout vos réactions sont bonne à savoir








Dernière édition par Robot U&P le Mer 6 Aoû - 17:19, édité 2 fois
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4579

Re: les lignes de nazca, nouvel élement ?

Message par Robot U&P le Mer 6 Aoû - 17:18



Rick Springfield
Modérateur
Messages postés : 3917
Joie extatique !



Ce qui est maintenant pratiquement établis c'est que certaines antiques civilisations savaient voler (enfin personne ou presque n'en parle étrange...), et d'après ce qu'on a retrouvé dans de tombes près de nazca c'est des croquis et dessins montrant ainsi que des hommes a l'époque avaient appris à maîtrisé le vol dans les airs, après ces découvertes montrait une maîtrise du vol primaire, seulement voila ça pouvait très bien être la partie immerger de l'iceberg ça rien ne peux prouver le contraire surtout pour une civilisation capable de chefs d’œuvre pareil (si c'est elle bien sur qui en est à l'origine).
Tout est en tout cas réunis du coté de Nazca pour qu’il y a des siècles de cela une civilisation est su maîtriser la capacité de voler, ainsi pouvant grâce a ça être à l'origine peut être de certains prodiges, dont certains scientifiques actuels bien pensant nieraient sans aucun doute une telle possibilité.


avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4579

Re: les lignes de nazca, nouvel élement ?

Message par Robot U&P le Mer 6 Aoû - 17:22



WaKa
Messages postés : 534
"géo trouvetout"


Salut à tous et merci de tout coeur pour vos encouragements,

j'en profite également pour remercier publiquement notre cher et dévoué Schatten qui a bossé dur pour donner vie a cet article,
et aussi notre partenaire Pro TOP SECRET qui contribue à diffuser l'info en donnant un nouveau souffle a cette quete , si seulement un scientifique éclairé et ouvert pouvait y préter une oreille attentive, ou même un prof de d'Astronomie qui pourrait proposer a ses etudiants un excellent TP sur la recherche de pulsars, cela reste avant tout formateur mais çà peut aussi depasser toute nos espérances.

c'est pourquoi je replace ci-dessous l’article Wm.Robert Johnston que j'avais traduis sur le site de Rama, qui peut servir de support pour cette recherche.


Ceci est la traduction de l’article Wm.Robert Johnston, c’est l’étude la plus complète concernant la carte pulsar de Pioneer 10 que nous avons trouvé sur le web, il n’y a aucun but lucratif ni volonté d’usurper l’identité de son auteur, les idées développées dans ce forum n’engage pas l’auteur, cet article est posté ici en Français pour permettre aux non anglophones d’en prendre connaissance et pouvoir débattre des aspects scientifiques qui y sont traités.
Le document en version originale est consultable à cette adresse:

http://www.johnstonsarchive.net/astro/pulsarmap.html


Citation:
Lire la carte pulsar de Pioneer/Voyager

Par Wm.Robert Johnston
Mise à jour le 11 mars 2003

Cette intéressante question m’est venue récemment : quels pulsars sont utilisés dans la carte enregistrée dans voyager ? Répondre à cette question s’est transformé en un intéressant exercice d’interprétation de cette carte, ce que je démontre ici.

Au cours la planification des missions de Pioneer 10 et 11 dans la banlieue du système solaire, un groupe d’astronome proposa d’inclure un message au cas ou une civilisation extraterrestre découvrirait la sonde. Ces deux sondes seraient les deux premiers objets fait par la main de l’homme à quitter le système solaire. Bien que la probabilité que de tel êtres découvrent cette sonde soit extrêmement faible (si tant soit peu qu’ils existent), un message a été inclut a l’extérieure de chaque sonde avant leur lancement en 1972 et 1973.

Pour les sondes Voyager 1 et 2, qui sont des sondes ‘intra’ système solaire lancé en 1977, mais également destinées à quitter le système solaire , une message plus long a été incorporé dans un enregistrement qui contenait des sons et des images numériques de la Terre. Le couvercle de cet enregistrement contenait le message modifié de la sonde Pioneer.

Les quatre messages comportaient une carte pulsar. Cette carte a été conçue par Frank Drake pour indiquer la position de la terre par rapport à 14 pulsars. Les pulsars sont des étoiles à neutron en rotation rapide qui émettent un faisceau radio. La période précise de la pulsation radio fourni un marqueur précis observable en ondes radios depuis une grande portion de la galaxie.

Une brève recherche pour trouver la liste lisible et accessible des pulsars utilisés pour la carte échoua, j’ai décidé alors d’expérimenter moi-même en interprétant la carte. Si la carte peut être réellement interprétée pour montrer notre localisation, il serait donc possible d’identifier les pulsars de la carte. Cela servirait au moins à tester quelques éléments (seulement quelques) impliqués dans son potentiel d’interprétation.

La carte identifie la distance et la direction de 14 pulsars par rapport à la direction et la distance du centre galactique, et le --plus important--leur période. Les périodes sont exprimées en notations binaires qui sont les multiples de la période de transition hyper précise de l’hydrogène (7.04024183647 x 10-10 sec). Cette transition apparaît dans les atomes d’hydrogène et implique un changement dans les spins relatifs du proton et de l’électron, il en résulte une radiation en fréquence radio d’une longueur d’onde de 21.1 cm qui est observée dans le gaz interstellaire.


Les données du tableau 1 sont dérivées du diagramme situé p.58 du livre ‘Murmurs of Earth’ de Sagan et Ali (qui décrit le message enregistré de voyager) (En listant les pulsars sur la carte dans le sens des aiguilles d’une montre depuis la ligne jusqu’au centre galactique). (A noter : quelques mesures peuvent être imprécises à cause de la qualité du diagramme.) La période du pulsar est donnée en unités de transition de l’hydrogène (en binaire et en base 10) et convertie en secondes. Les informations de directions et distances indiquées sur le diagramme sont moins précises. En particulier la distance de la plupart des pulsars et très mal déterminée, même aujourd’hui.


Tableau 1: Données de la carte pulsar Pioneer/Voyager

http://pic.aceboard.net/img/81032/1245/1135951209.jpg

Citation:
Comme première tentative, les périodes dérivées on été comparées à la liste des pulsars connus en juin 1975. En utilisant cet échantillon de 147 pulsars on réduirait énormément les possibilités car il contiendrait au moins les 14 pulsars utilisés pour créer cette carte de 1970.
La liste utilisée fut celle de Taylor et Manchester "Observed properties of 147 pulsars," (1975), The Astronomical Journal, (80:794-806). Une correspondance fut trouvée pour la totalité des 14 pulsars, les données figurent dans le tableau 2 ci-dessous. Le tableau inclut la différence (en part par millions) entre la période de la carte et les présumées correspondances dans la liste Taylor et Manchester, notez que la plupart sont très bon.


Tableau 2: Pulsars identifiés d’après la base de donnée de 1975

http://pic.aceboard.net/img/81032/1245/1135951318.jpg

Citation:
Finalement une liste moderne fut utilisée pour vérifier que les pulsars puissent être identifiés sans ambiguïté. En utilisant le catalogue ATNF (2002) qui liste 1480 pulsars nous avons obtenu le tableau 3. Les coordonnées célestes (RA et DEC) et les coordonnées galactiques (l et b) sont données plus loin avec la période, P dot (le taux de diminution de la période), l’ ‘epoch’(temps de la période de mesure), et la distance.


Tableau 3: Même Pulsars d’après la base de donnée de 2002

http://pic.aceboard.net/img/81032/1245/1135951347.jpg

Citation:
Tous les 14 pulsars pourraient être distingués des autres, bien que pas uniquement par la période seule dans un ou deux cas. Dans ces cas la direction a déterminé le bon choix. Le tableau 4 compare l’information de distance et de direction dérivé de la carte pulsar par rapport aux données du catalogue ATNF.


Tableau 4: Direction pulsar et information de distance

http://pic.aceboard.net/img/81032/1245/1135951380.jpg

Citation:
L’information de direction est quelque peu utile, mais celle de la distance ne l’est pas.

La nature précise de la période des pulsars peut être largement étendue grâce au taux de diminution de ce cette période. Si les périodes de la carte pulsar sont précises, on peut en principe déterminer la date ou ces mesures de périodes on été réalisées. Le tableau 5 montre l’estimation de la date de la carte pulsar en la comparant au catalogue ATNF.


Tableau 5: Date dérivée de la carte originale

http://pic.aceboard.net/img/81032/1245/1135951406.jpg

Citation:
Si on ne tient pas compte de la valeur discordante de PSR J1645-0317, on obtient une date origine de 1969.9 ± 1.3 ans ! Ce n’est pas un si mauvais résultat. (A noter : je ne sais pas si les données pulsars ont été mises à jour pour les cartes pulsar de Voyager). Maintenant supposons que des ETI (Extraterrestres Intelligents ?) lisent la carte et arrivent à déterminer à quels pulsars nous nous référions. Dans ce cas lire la carte n’est pas si simple : le système solaire bouge dans l’espace, et les pulsars également (généralement avec une vitesse spatiale plus grande que les étoiles classiques) ; pour le changement de période d’un pulsar on doit tenir compte du temps que la lumière a mis pour arriver de ce pulsar, et il peut se trouver à des dizaines voir des centaines d’années lumières. Mais si ces facteurs sont précisément pris en compte, la carte pourrait permettre de trouver la position du système solaire avec une précision d’au moins dix années lumières.

Bien sur mon travail de lecture est beaucoup moins intimidant par rapport à celui qu’auraient à fournir les ETI qui trouveraient cette carte. Voici juste un échantillon des problèmes d’interprétation qui n’entraient pas en compte dans mon analyse.

* Correctement conclure que la carte décrit des périodes de pulsar, des directions etc…

* Correctement interpréter l’unité de la base de temps

* Avoir un échantillon considérable de pulsars connus.

* Tenir compte du mouvement des pulsars dans l’espace

* Tenir compte de la vitesse de la lumière pour retrouver les périodes initiales des pulsars

* Réaliser cela en dépit des informations de distances qui sont peu fiables.


Epilogue : Apres avoir complété cette page, j’ai reçu une réponse de la Planetary Society qui me référait un article de 1972 de Carl Sagan, Linda Salzman Sagan, et Frank Drake, qui avaient identifié les pulsars. L’article contenait un tableau avec un autre type d’identification des pulsars, les données sont fournies ci-dessous (note : j’avais des données lues sur une reproduction de mauvaise qualité, c’est pourquoi il y avait peut être des erreurs dans mes tableaux). La dernière colonne donne une identification des pulsars d’après un article de B.Y Mills parut en 1970, il nous donne quelques indications de ce système de catalogage non standardisé.


Tableau 6: Listes des pulsars d’après C.Sagan, L.S.Sagan, et F.Drake

http://pic.aceboard.net/img/81032/1245/1135951433.jpg

Citation:
Quelques citations intéressantes de l’article de Sagan et Ali:

- Un intervalle de seulement 3 semaines s’est écoulé entre l’idée d’inclure un message sur Pioneer 10, d’avoir l’accord de la NASA, concevoir le message, et donner l’ébauche pour gravure.

Cela s’est produit avant l’assemblement final de Pioneer 10.

- Le grand nombre de décimales est la clef qui indique que ces nombres sont des intervalles de temps et pas des distances ou tout autre quantité… Il n’y a pas d’autres quantités concevables relatives à des objets cosmiques distants auxquelles nous aurions eu besoin d’associer 10 décimales.

En fait, la position angulaire peut aussi être déterminée par dix chiffres significatifs.

- Avec 14 périodes, qui sont précises jusqu'au 9ème chiffre de leur équivalent décimal, une société qui a des enregistrements précis du comportement passé des pulsars devrait être en mesure de retrouver une époque de lancement autour de 1971. Si dans les enregistrements passés les ‘glitches’ (discontinuité dans la période) ne sont pas conservés ou ne sont pas reproductibles par les lois de la physique, il devrait être possible de retrouver une époque proche du siècle ou du millénaire le plus proche…Si au moins un [des deux pulsars les plus proches de la terre peuvent être identifié] est correctement identifié, il peut permettre de déterminer la position de notre système solaire dans la galaxie à approximativement 20 parsecs (soit environ 65.2 années lumières), de ce fait cela détermine notre position dans un groupe approximatif de 1000 étoiles.

Ceci ne change rien au fait que le temps de voyage de la lumière doit être pris en compte. Si cela est le cas (et, comme spécifié au dessus, si la discontinuité dans la période des pulsars n’est pas un problème), le lieu peu être déterminé au moins à quelques années lumières prés ce qui revient à n’identifier pratiquement que le soleil.

References:
• ATNF, "ATNF Pulsar Catalog," March 2002, on line at Australia Telescope National Facility [http://www.atnf.csiro.au/research/pulsar/catalogue/psr_export.dat].
• B. Y. Mills, "Pulsar distances, spiral structure and the interstellar medium," 1970, in The Spiral Structure of Our Galaxy, ed. by Becker and Contopoulos, International Astronomical Union, pp. 178-181.
• C. Sagan, F. D. Drake, A. Druyan, T. Ferris, J. Lomberg, and L. S. Sagan, Murmurs of Earth: The Voyager Interstellar Record, 1978, Ballantine Books (New York, NY).
• C. Sagan, L. S. Sagan, and F. D. Drake, "Message from Earth," 25 Feb. 1972, Science (175:881-884).
• J. H. Taylor and R. N. Manchester, "Observed properties of 147 pulsars," Oct. 1975, The Astronomical Journal (80:794-806).
© 2003 by Wm. Robert Johnston

avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4579

Re: les lignes de nazca, nouvel élement ?

Message par Robot U&P le Mer 6 Aoû - 17:26



WaKa
Messages postés : 534
"géo trouvetout"



salut,

je relance egalement des elements important devellopés ici
http://nousnesommespasseuls.xooit.com/t3122-Coordonn%E9e-d%27une-autre-planete-%3F.htm?start=45 qui peuvent servir dans l'interprétation



Citation :
Le grand nombre de décimales est la clef qui indique que ces nombres sont des intervalles de temps et pas des distances ou tout autre quantité… Il n’y a pas d’autres quantités concevables relatives à des objets cosmiques distants auxquelles nous aurions eu besoin d’associer 10 décimales.



une piste tres sérieuse pour l'interprétation et la recherche d'une constante étalon qui servirait à trouver la période des pulsars.

Le site de nazca contient au moins une spirale parfaitement réalisée.



Cette courbe se nomme spirale d'archimede et avec la dévellopante de cercle et la quadratrice d'Abdank-Abakanowizc, elle fait partie des courbes mystérieuse que l'on nomme QUADRATRICES, elles permettent de résoudre le problème de la quadrature du cercle: si on les trace à l'avance on peut ensuite construire à la regle et au compas longeur Pi(3.14...) qui est une constante universellement connue depuis l'antiquité.

Citation:
Dans l'un des cas (la quadrature) il s'agit de représenter par une longueur, dans l'autre cas (la rectification), il s'agit de représenter π par une longueur. La spirale d'Archimède permet de réaliser la seconde construction


http://fr.wikipedia.org/wiki/Spirale_d'Archim%C3%A8de
http://www.sciences.univ-nantes.fr/physique/perso/cortial/bibliohtml/dvcrcl_j.html
http://www.mathcurve.com/courbes2d/archimede/archimede.shtml
http://serge.mehl.free.fr/chrono/Archimede.html




Ainsi grace a cette spirale on peut faire correspondre Pi en une longeur et ainsi obtenir une valeur étalon trés précise car Pi est le nombre irrationnel dont on connait le plus grand nombre de décimales pour le moment on est à plus de mille milliards!!!! ca va beaucoup plus loin que les 9 chiffres aprés la virgule de la transition de l'hydrogène!

Ainsi comme le disait Wm. Robert Johnston la distance n'a que peut d'interet dans la lecture de la carte et le plus inportant c'est la période et quelque peu la direction!! ainsi si on peut faire correspondre la longeur de droite du schema en X portion de droite équivalente à Pi on peut donc avoir une quantité trés précise avec plus de 10 chiffres derrière la virgule!! et nous avons également la direction avec l'angle!!

Il faut creuser cela et voir ensuite en quelle unité de temps est exprimée cette fraction tres precise de Pi en tout cas en cherchant encore on trouve aussi des géoglyphes tres interressants.



Autre Hypothèse à creuser

On sait maintenant qu'il existe certains nombre comme Pi (3,14...)que l'on peut qualifier de nombres Univers, nos scientifiques "s'amusent" d'ailleurs à calculer toujours plus de decimales avec l'aide de super calculateurs, cette course vers l'infini est seulement limitée par la capacité de notre technologie à calculer toujours plus.

Ceci est une notion tres subtile qu'il convient de considerer avec attention:

Si on part du principe que Pi est un nombre Univers, cela veut dire que ses decimales s'etendent à l'Infini.

Comme nous l'expliquait les freres Bogdanov (entre autres)on peut considérer que ses decimales contiennent des milliards d'informations qui s'etendent à l'infini et qui pourraient même decrire toutes les combinaisons du possible.
Ainsi par exemple si on numérisait une symphonie de Beethoven avec un code qui utiliserait des chiffres de 0 à 9 (si on travaile en base 10 mais ce n'est pas obligatoire car tout le monde n'a pas dix doigts...) et bien quelque part dans l'immensité des decimales de Pi on retrouverait la sequence decrivant cette Symphonie reste à savoir où...

Pi est un nombre evident (voir dans mes autres explications pourquoi Pi est evident) qui potentiellement peut contenir une infinité de messages dans ses decimales.

Tout ce qu'il nous faut savoir:

- c'est la nature du code, càd le mode d'emplois pour retranscrire l'information latente codée dans les decimales(une suite de chiffres 0 à 9)en une information exploitable

-la position , càd l'endroit ou commence cette séquence dans les decimales de Pi (directemment lié à notre capacité technologique de calculer ses decimales toujours plus loin)

-Eventuellement la taille du message (mais cela n'est pas obligatoire car si on sait ou commence l'info à decoder ,on sait qu'elle est finie lorsqu'on commence à lire du charabia, on peut aussi imaginer qu'a la fin d'un message on nous donne une autre "adresse" (position) pour sauter à un autre message.

On peut ainsi commencer doucement et apprendre les signes mathématiques de base puis évoluer prgressivement vers un language plus complexe, ceci sera sans doute possible un jour à l'aide de super ordinateur beaucoup plus puissant que ceux d'aujourd'hui.

(Cette communication à travers les mathématiques n'est pas une idée nouvelle, je vous conseille d'aileurs l'excellent film CONTACT qui exploite un peu le filon)

Ceci peu paraitre tres abstrait et encore loin de nos capacités technlogiques , mais quand on y reflechi bien, cela veut dire que l'on peut communiquer à travers les mathématiques , en transmettant un minimum d'instructions car le support du message lui même est présent partout dans la trame de l'Univers(les decimales de Pi).


Ainsi à partir du moment ou on connait la valeur de chaque decimale de Pi jusqu'a plusieurs milliards derriere la virgule, qu'on a determiné un codage numérique, qu'on a l'adresse (postion) dans les decimales de Pi, on peut retrouver des informations contenues dans les virgules et même voyager de messages en messages et apprendre petit à petit en suivant un chemin qu'aurait pré etabli des être intelligents à travers ces decimales.

Ceci est bien sure théoriquement possible mais cela necessite des capacités de calcul astronomique... sommes nous prets... nos ordinateurs ont encore du chemin à parcourir , en tout cas les spécialistes du chiffrage militaire on déja du y penser, les mathéméatiques n'ont pas fini de nous étonner...

Bonnes sources d'infos
http://www.edicolaweb.net/foto0039.htm
http://f.duchene.free.fr/nazca/04.htm


Contenu sponsorisé

Re: les lignes de nazca, nouvel élement ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 21 Aoû - 2:02