Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Notes sommaires sur les monuments mégalithiques et sur le Druidisme dans l'AUDE.

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30655

Notes sommaires sur les monuments mégalithiques et sur le Druidisme dans l'AUDE.

Message par Schattenjäger le Mar 17 Fév - 11:52

La dénomination surannée de Pierres Druidiques, donnée autrefois aux monuments mégalithiques, est aujourd'hui absolument repoussée.

Ce n'est ici le lieu ni le moment de rechercher quelle race mystérieuse a pu élever ces monuments dont la masse énorme a si souvent frappé l'imagination de nos pères qu'il n'en est pour ainsi dire pas un seul qui ne soit environné de légendes encore vivaces.

Dans le département de l'Aude on connaît les dolmens de Villeneuve-les-Minervois, de Fontjoncouse, de Monze et de Massac-les-Corbières. On connaît aussi les menhirs de Malves, de Peyrolles, d'Alet, de Belcaslel, de Villar-en-Val. « Le quartier du Gros Caillou à Paris, fait observer judicieusement M. de Mortillet, rappelle un ancien menhir. On peut en dire autant des nombreux Pierrefitte qui se trouvent en France (1) ». A ce compte nous pourrions citer Peyrefille-du-Razès et Peyrefittte-sur l'Hers. Ce qui achève de rendre vraisemblable l'observation de M. de Mortillet, c'est la présence d'un menhir à Peyrolles, car le radical peiro signifie pierre, dans l'idiome languedocien. Pourquoi ne pas rappeler, à cet égard, Peyrens dans le canton de Castelnaudary, la Peyre (hameau de Belvis) et les deux Peyrîac, Peyriac-de-Mer et Peyriac-Minervois.

On donne le nom de cromlech à de petits menhirs rangés en cercle. A vingt mètres du dolmen de Villeneuve existe encore un petit cromlech. Quand les menhirs sont simplement rangés de manière à former des lignes, ils constituent l'alignement. Nous n'en connaissons pas dans l'Aude. Ce n'est certainement pas s'avancer beaucoup d'affirmer que notre département renferme de nombreux monuments mégalithiques encore inconnus , mais qu'un heureux hasard, ainsi que l'impulsion donnée par notre Société aux éludes préhistoriques, feront sans doute connaître un jour.

Ce qu'il importe de faire bien connaître, c'est que les monuments mégalithiques n'ont rien de druidique. De même les pierres éolithîques, paléolithiques ou néolithiques, souvent désignées sous le nom d'armes celtiques, n'ont rien de gaulois.

Laissant pour aujourd'hui de côté la question des armes dites celtiques, nous nous bornerons a dire quelques mots du druidisme au point de vue de notre région.
On a reconnu que les monuments mégalithiques n'avaient rien de druidique puisqu'on en avait rencontré dans des pays où le druidisme n'avait jamais pénétré. Celle constatation s'applique de tous points au département de l'Aude où le Druidisme n'a jamais été connu.

Il y a quarante ans, Henri Martin disait, dans un éclair de perspicacité supérieure, à une époque où les lumineux travaux de D'Arbois de Jubainville n'avaient pas encore jeté un peu de lueur sur cette obscure question : « Les Celtibères et les Gaulois d'Espagne ne paraissent pas avoir adopté le Druidisme »
Ce qu'Henri Marlin n'osait avancer que timidement. La science l'affirme aujourd'hui hautement.

Même dans la Gaule du Nord où le Druidisme eut le plus d'adeptes, il y avait, à l'arrivée de César, d'autres prêtres que les Druides. Tout n'était pas druidique dans la religion gauloise; le druidisme ne se confondait pas avec la religion, il s'y ajoutait.

Le druidisme n'était pas, d'ailleurs, une institution sortie. si nous pouvons nous exprimer ainsi, des entrailles de la nation gauloise. C'était une importation étrangère, venue d'Angleterre. El, en somme, tout nous montre que. même dans la Gaule occidentale où il laissa ses plus profond :s racines, le champ de son action fut singulièrement borné.

Si nous nous renfermons dans la Gallia Braccata, dans la Gaule Méridionale (2), dans ce pays qui forme une longue bande de terrain et suit les rivages méditerranéens, des Alpes aux Pyrénées, noua constaterons qu'aucun des écrivains romains ne nous parle des Druides. Ils sont cependant nombreux, les uns nous décrivant avec une exactitude lapidaire la situation géographique du pays, les autres nous racontant les détails de la conquête romaine.

Si les Gaulois du Midi. avec lesquels les Romains n'ont cessé d'être en contact depuis l'an 111 avant notre ère, (époque ou Domitius Œnobarbus conduisit les aigles romaines du Rhône a l'Aude et même à la Garonne, c'est-à-dire plus de soixante ans avant que César eut entrepris la conquête de la Gallia Comata), si les Gaulois du Midi avaient vraiment connu l'envahissante domination des Druides, confessé leurs doctrines et pratiqué leur culte (3), il serait absolument impossible qu'aucun texte ne fasse mention d'un fait aussi considérable.
D'un autre côté, il résulte du récit même de César, qu'il rencontra les Druides, pour la première fois, hors des limites de la Narbonnaise : ce qui place ce pays, ainsi que le bassin de la Garonne, hors de leur domination, même spirituelle.
Enfin les Volkes sont les seuls qui auraient pu introduire le Druidisme parmi les populations qui occupaient, avant eux, les vallées de l'Aude : mais on ne trouve nulle part les traces d'une propagande de ce genre. D'ailleurs, où les Volkes auraient-ils appris le Druidisme ? Ce n'est point dans les forêts de la Germanie, ni dans les lointaines régions qu'ils parcoururent. Aussi, avant de dire qu'ils ont initié au Druidisme les populations méridionales, il faudrait prouver qu'eux-mêmes ont reçu l'initiation.

Laissons donc au rang des légendes, et les dolmens druidiques, et l'initiation des populations gauloises du Midi la doctrine des Druides (4).


Notes
(1)- Le Préhistorique, P.585
(2) Fustel de Coulanges. Histoire des institutions politiques de l'ancienne France.
(3) Desjardins. Géographie de la Gaule Romaine. II, 515.
(4) Desjardins (loc. cit. 525). — Fustel de Coulanges (loc cit.) — Sacaze (Inscriptions antiques des Pyrénées). — Mérimée De antiquis aquarum religionibus in Gallia mcridionali. — Rambaud Histoire de la civilisation française, I, 170.)


Source:
BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ D'ÉTUDES SCIENTIFIQUES DE L’AUDE,Pages 137-140, 1892 ,TOME III,Carcassonne
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Notes sommaires sur les monuments mégalithiques et sur le Druidisme dans l'AUDE.

Message par Macha le Mar 17 Fév - 17:07

Hum ! il est clair que ce monsieur ne connaît pas tout des traditions druidiques.
Les Ligures ne sont pas Celtes effectivement mais Italiques. Ils se sont installés antérieurement aux Celtes.

Voilà quelque chose t'intéressant
http://crehangec.free.fr/peuples.htm
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30655

Re: Notes sommaires sur les monuments mégalithiques et sur le Druidisme dans l'AUDE.

Message par Schattenjäger le Mar 17 Fév - 19:09

Disons que les sources sont aussi un peu ancienne Smile
Source:
BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ D'ÉTUDES SCIENTIFIQUES DE L’AUDE,Pages 137-140, 1892 ,TOME III,Carcassonne

Contenu sponsorisé

Re: Notes sommaires sur les monuments mégalithiques et sur le Druidisme dans l'AUDE.

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 18 Déc - 0:26