Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

DRAME DANS LE COSMOS : UNE PLANÈTE HABITÉE DISPARAÎT…

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

DRAME DANS LE COSMOS : UNE PLANÈTE HABITÉE DISPARAÎT…

Message par Macha le Ven 18 Juil - 18:12



C’était l’exemple idéal de « cousine de la Terre », son nom avait été cité des dizaines de milliers de fois, dans les publications scientifiques, dans les articles de vulgarisation, dans toutes les langues, dans le monde entier… Le découvreur de cette fameuse exoplanète, l’Américain Steven Vogt, avait même publiquement déclaré, non pas qu’elle était « habitable », mais qu’elle était « habitée ». Oui, vous avez bien lu. Et pour parachever ses divagations avec éclat, Steven Vogt avait baptisé « sa » planète habitée Zarmina, le nom de son épouse, la pauvre… Le SETI Institut, qui recherche de la vie extraterrestre intelligente, avait même pointé son réseau de radiotélescopes vers la luxuriante Zarmina, pour y détecter d’éventuels signaux. On comprendra plus loin pourquoi, aucun signal n’avait été reçu… Sur Wikipedia, on pouvait même lire « Ainsi, Gliese 581 g est, à la date de sa possible détection, l’exoplanète présentant la plus forte probabilité d’abriter des formes de vie ». J’avais déjà, au moment de l’emballement médiatique survenu lors de l’annonce de la découverte de cette exoplanète, Gliese 581 g, expliqué ici même que la concurrence entre équipes européennes et américaines dans le cadre de la recherche des exoplanètes amenait à une surenchère qui risquait à terme de desservir l’astronomie en particulier et la science en général. En annonçant, à grands renforts de représentations d’artistes montrant nuages, lacs et océans, la découverte de planètes pouvant abriter la vie chaque mois ou presque, quand ces planètes n’étaient en réalité et au mieux que des points aléatoires sur des courbes, les astronomes allaient finir par lasser le grand public et les pourvoyeurs de fonds, l’humour à répétition n’ayant qu’une efficacité limitée.

Nous y sommes. Car la planète « habitée » de Steven Vogt, Gliese 581 g, alias Zarmina, n’existe pas. Pas plus d’ailleurs que Gliese 581 d, dont une myriade d’articles interrogeaient l’habitabilité, relativement à l’habitabilité de sa proche compagne. L’habitabilité de la planète g était-elle supérieure ? Inférieure ? Ah, et puis ajoutons qu’une troisième planète du système, Gliese 581 f n’existe pas non plus, mais c’est moins grave : la pauvrette n’était pas habitable.Que c’est-il passé, alors, dans le système de Gliese 581, qui comptait, voici quelques jours encore, six planètes, dont une habitée et une autre habitable ? La civilisation extraterrestre de Gliese 581 g a t-elle déclaré la guerre à la civilisation de la planète Gliese 581 d ? Que nenni… Non, c’est juste qu’une nouvelle analyse de l’ensemble des orbites du système, plus des observations de l’étoile naine rouge Gliese 581 ont fini par convaincre l’astronome Paul Robertson et ses collègues, qui ont analysé l’ensemble des données accumulées sur les candidates exoplanètes de Gliese 581 que ces trois planètes étaient des artefacts, liés, entre autres, à l’activité magnétique de l’étoile…

Ces planètes n’existent pas. L’important n’est d’ailleurs pas là, dans cette réfutation. La science fonctionne comme cela, de découvertes en découvertes, parfois contestées, ou infirmées. Ce qui est inadmissible, c’est la dérive dans le discours – qu’il soit initié par les chercheurs eux-mêmes, dans le cas de Vogt, ou par les services de communications des institutions de recherche – que la découverte d’une « planète sœur de la Terre » satellise quelques jours au top des connections de la toile. Divaguer, comme hélas c’est de plus en plus souvent le cas, sur le type d’habitabilité de telle ou telle planète, en fonction de sa distance à son étoile, de sa masse, de son diamètre – toutes valeurs le plus souvent approchées, entre parenthèses – en fonction de l’éventuelle composition chimique de son éventuelle atmosphère, de la température éventuelle de cette éventuelle atmosphère, et du taux éventuel de salinité de son éventuel océan, est quelque peu osé, présomptueux, quand on évoque, encore une fois, des points sur une courbe, laquelle émerge le plus souvent des données de façon statistique, et non univoque.

Alors exit Gliese 581 g, d, f, aujourd’hui. Quant à Kepler 186 f, la dernière impétrante au titre de « cousine de la Terre », dont le signal est extrêmement faible par rapport au bruit instrumental, et dont on ne sait rien ou presque, avant, comme l’on fait avec le même enthousiasme surréaliste que Steven Vogt, certains de ses découvreurs, de clamer « On imagine quelle couleur les plantes pourraient avoir à cause de la photosynthèse. Elles seraient probablement plus jaunes, à cause de la couleur différente de l’étoile », peut-être y a t-il d’autres caractéristiques de cet astre à chercher – comme de vérifier qu’il existe, par exemple – avant de se demander quel est le parfum de ses plantes ?

Il y a probablement quelques mille milliards de planètes dans notre seule galaxie, la Voie lactée. En suivant le principe de Copernic, qui veut que notre position soit banale dans le cosmos, les astronomes jouent avec leurs calculettes et projettent pour la Galaxie entière le nombre de planètes « habitables », comprendre des planètes où l’eau liquide pourrait exister. Résultat ? Dix, vingt, trente milliards… Bien sûr, les chercheurs, qui utilisent les données enregistrées par leurs télescopes, savent bien qu’on ignore tout de ces mondes, qu’on ne sait rien des interactions qu’ils entretiennent avec leurs étoiles, rien de leurs atmosphères, si ils en ont, et rien, surtout, des conditions d’apparition de la vie sur Terre. Celle-ci ressortit-elle du principe de Copernic ? Ou la vie est-elle un phénomène cosmique rare, rarissime ? On ne le sait pas. Les grands nombres astronomiques, avec lesquels jouent avec gourmandise les astronomes, sont parfois trompeurs… Il existe plusieurs centaines de milliards d’étoiles dans la Galaxie, dont le mode de fonctionnement, la fusion nucléaire de l’hydrogène, est infiniment plus simple que celui de la vie. Pourtant, certaines étoiles, comme les supergéantes de type O, sont rarissimes. Alors, la vie ?

Pour répondre à cette question, rétorqueront avec raison les chercheurs, il faut chercher. Et chercher ce que nous connaissons : des planètes plus ou moins semblables à la Terre. C’est l’objectif de la future génération de télescopes, comme par exemple les « ELT », pour « Extremely large telescopes ». Sauf que même ces machines de 20 à 40 mètres de diamètre et à un milliard d’euros pièce seront probablement incapables de détecter des traceurs de vie sur d’autres planètes, sauf si le principe de Copernic s’applique à la vie, que la Galaxie est un havre de vie luxuriant et que la plus proche planète habitée est vraiment très très proche de la Terre… Dans le cas contraire, les planètes seront trop lointaines, et les traceurs, si on en trouve, demeureront ambigus. Que l’on songe à la planète Mars, toute proche… Arpentée par des robots depuis trente ans, lesquels sont, jusqu’à ce jour, incapables de trancher sur la présence ou non de vie, passée ou présente, à sa surface. Que l’on songe aux satellites Europe ou Encelade, dont certains chercheurs se demandent si ils accueillent des formes de vie, formes de vie totalement inaccessibles au télescope…

La Terre, de son côté, qui est donc à ce jour la seule planète connue dans l’Univers à être non seulement habitable mais aussi habitée, a bien d’autres caractéristiques très particulières que d’être située dans la zone où l’eau peut exister à l’état liquide. Elle possède une atmosphère, un champ magnétique intense, une tectonique des plaques, un grand satellite entraînant de fortes marées sur ses masses d’eau… Combien de planètes dans la Galaxie possède ces caractéristiques très particulières ? Nous ne le savons pas, mais il est clair qu’il n’existe pas des dizaines de milliards de sœurs jumelles de la Terre dans la Voie lactée… Est ce que ces caractéristiques particulières sont nécessaires à l’apparition de la vie ? Nous ne le savons pas non plus. Est ce que la vie apparaît spontanément lorsque les conditions sont favorables ? Même réponse.

Au vu de l’océan d’inconnues que nous oppose le cosmos dans notre quête de vie ailleurs, ne serait-il pas bon, pour les astronomes, de communiquer plus prudemment leurs résultats, lorsqu’une exoplanète émerge dans le bruit électronique des capteurs de leurs télescopes ? Heureusement, de plus en plus le pensent, nous aurons l’occasion d’en reparler ici…

Serge Brunier

http://www.science-et-vie.com/2014/07/drame-cosmos-planete-habitee-disparait/
avatar
Mulder26
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 3686

Re: DRAME DANS LE COSMOS : UNE PLANÈTE HABITÉE DISPARAÎT…

Message par Mulder26 le Dim 20 Juil - 10:00

c'est dommage qu'ils se  soit  plantés , mais vu l'étendue de la galaxie , il doit bien y avoir une planète très "semblable" à la terre ... patientons .


___________________


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 1:30