Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Au sujet de l’Affaire Betty et Barney Hill…

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Au sujet de l’Affaire Betty et Barney Hill…

Message par Robot U&P le Jeu 13 Fév - 19:00

Au sujet de l’Affaire Betty et Barney Hill…

Ce billet est destiné à être une sorte de préambule à un petit travail personnel qui fera d’ici peu l’objet d’une autre publication spécifique. Cette dernière aura pour but de présenter ce que j’estime être de curieux points de correspondances, entre certains détails de l’affaire du célèbre couple, et des éléments tirés de la SF (et d’un film bien spécifique en particulier). Mais avant de présenter ce petit dossier, en cours de rédaction, il m’est apparu nécessaire de pouvoir initier, via les commentaires, un éventuel débat au sujet d’aspects, apparemment contradictoires *, qui pourtant forment le fond de l’affaire Barney et Betty Hill.



Par exemple nul ne pourrait nier la présence d’éléments oniriques contenus dans certains détails évoqués par l’un ou l’autre membres du couple.  Il suffit de lire les réflexions et attitude de l’humanoïde « Chef » vis-à-vis de Betty pour en être conscient : elles sont tout à fait concordantes avec le schéma d’une attitude, réactions et pensées typiquement humaines (impatience, rire, confusion, etc..)

D’un autre côté il existe des éléments physiques troublants qui laissent entrevoir la possibilité  d’une rencontre physique (quelle qu’en  soit la nature réelle et sans en préjuger plus avant).
Il y a avant tout, l’observation relatée d’un « engin » apparemment habité par des « formes humaines » et situé, d’après le couple, à moins de 100 mètres d’eux, observé à la jumelle par Barney. N’oublions pas que toute cette phase impliquant une RR2 (voir une RR3) a été parfaitement mémorisée par les deux témoins et qu’elle n’est pas comprise dans le période d’amnésie qui sera, plus tard, à l’origine du traitement hypnotique du Docteur Simon.
Il y a aussi le bout supérieur des chaussures de Barney, égratigné et correspondant au fait qu’il puisse avoir réellement été traîné par quelqu’un de plus petit et à bout de bras, sur une certaine distance (détail « scénaristique » qui sera corroboré plus tard, lors des séances d’hypnose).



Il y a encore la rémanence magnétique sur la voiture au niveau de curieuses taches brillantes parfaitement rondes qui détonnaient sur le reste, poussiéreux, de la carrosserie. Et il y a enfin la lanière de la paire de jumelles,  brisée suite à un mouvement de panique de Barney lors de l’observation initiale…

Dans cette étrange affaire, devenue un classique précurseur des récits plus récents d’abductions ufologiques, on est également mis en demeure de s’interroger sur la valeur intrinsèque de récits contés sous hypnose régressive. A ce sujet, il faut préciser qu’ici le statut du docteur Benjamin Simon écarte d’emblé l’amateurisme souvent constaté dans le milieu ufologique (surtout par la suite, au sujets d’affaires d’enlèvements supposés).
Certains pseudo-sceptiques ont beau jeu de signaler l’influence (même inconsciente) d’hypnotiseurs dilettantes lors de ce genre de pratique. Ceux-ci peuvent amener l’hypnotisé à entrer dans une sorte de jeu, où il tentera de “faire plaisir” à celui qui l’interroge en abondant dans son sens.

Pour autant, dans cette affaire spécifique et fondatrice, outre qu’il s’agissait d’un praticien largement reconnu par ses pairs de l’époque, les questions posées par le docteur Benjamin Simon vont souvent tout à fait à l’inverse de ce qu’un « bon sceptique » est en droit d’attendre.
A de multiples reprises en effet, le docteur tente, par ses questions posées sous hypnose, de ramener ses clients sur le « droit chemin de la rationalité ». On ne peut donc qu’être étonné de l’insistance du couple à maintenir sa version pleine d’étrangeté, alors que tous deux auraient dû être soumis à l’influence suggestive (réelle ou supposée) du praticien.
On peut être, à ce sujet, tout aussi consterné du manque de réaction(s) de la part des pseudo-sceptiques : dans plusieurs affaires ils sont (à juste titre lorsque c’est le cas !) choqués par des questions « orientées » en faveur d’une rencontre E.T. et/ou exotique.
Mais dans celui-ci rien ne semble les perturber, alors que la suggestion au « rappel à l’ordre rationnel » de la part du docteur Simon est flagrante. Le “pire” (ou le plus parlant ?) étant ici, que malgré les « appels du pied rationaliste » du praticien, les membres du couple, alors sous hypnose, n’ont pas cédé aux suggestions du docteur.

Ils ont maintenu « mordicus » leur version pleine d’étrangeté.

Rappelons que tous deux furent interrogés séparément, que les récits individuels se recoupaient sur plus d’un point, tout en différant assez sur d’autres pour pouvoir évacuer l’hypothèse du rêve partagé, et ce logiquement puisque Barney et Betty déclarèrent avoir été séparés pendant un moment.

Voici ce qu’écrivait, le Docteur B. Simon en préambule au livre de Fuller et au sujet de l’hypnose :

“Bien que j’aie limité ma participation active à ce livre à une supervision des déclarations médicales, j’ai le sentiment qu’il me faut pourtant préciser certains points concernant l’hypnose, et ce, à cause des idées fausses qui circulent dans le public à son sujet. En effet, l’hypnose est souvent considérée comme un arcane charismatique et celui qui la pratique se voit volontiers revêtu de la robe de Merlin. L’hypnose est une procédure très utile en psychiatrie; elle aide à concentrer 1’attention sur certains points particuliers au cours de la procédure thérapeutique. Dans des cas comme celui des Hill, elle peut constituer la clé de la porte fermée — la période amnésique. Sous hypnose, des événements dissimulés par l’amnésie peuvent être ramenés à la surface beaucoup plus rapidement que dans le cadre d’une procédure psychothérapeutique normale. Néanmoins, peu de chose se produisent sous — ou par — hypnose qui ne se seraient produites autrement. Le charisme de l’hypnose a engendré la conviction que celle-ci constitue la voie magique et royale vers la VERITE. En un certain sens, ce n’est pas faux ; mais, il importe de comprendre que l’hypnose est un chemin vers la vérité telle que perçue et comprise par le patient. La vérité c’est ce qu’il croit être vrai et ceci peut s’avérer concorder ou non avec la vérité.”

L’hypnose régressive, tant décriée par certains à cause de son utilisation par des bateleurs de music hall (et autres amateurs ufologiques peu scrupuleux envers des témoins potentiels), a déjà permis l’avancée d’enquêtes policières. Ce fut par exemple le cas au sujet de la vague d’incendies à Seattle, en 1992 où un témoin mis sous hypnose fut capable de se remémorer les trois premiers caractères de la plaque d’un suspect présent sur les lieux d’un des incendies. Il put également, lors d’une autre séance sous hypnose régressive, assisté par un dessinateur professionnel, établir le portrait robot de ce même suspect, qui se révèlera in fine être le coupable.

Il est également tendancieux d’affirmer, comme certains le font avec véhémence, que Barney ait pu “construire” son récit en détail à partir de discussions avec son épouse. D’après certains, ce serait cette dernière qui lui aurait raconté ses rêves de rencontre avec un ovni.

Un extrait de l’ouvrage de Fuller précise ce point particulier. Il explique, par la voix de Barney, que ce dernier n’a pris connaissance des rêves de son épouse que lors d’une conversation entre elle et une tierce personne.

DOCTEUR : Mais quelqu’un vous en a parlé avant. Qui?
BARNEY : Betty.
DOCTEUR : Et, en quels termes ?
BARNEY : Elle a dit qu’elle avait fait un rêve dans lequel elle était emmenée dans un O.V.N.I. Et, que dans son rêve, j’étais, moi aussi, emmené dans cet O.V.N.I.
DOCTEUR : Comment vous a-t-elle raconté cela ?
BARNEY : En général, quand nous avions de la visite. Et, je lui ai dit que ce n’était qu’un rêve et qu’il n’y avait pas lieu de s’en faire. Elle m’a raconté ses rêves en détail. Elle avait, disait-elle, été conduite à bord d’un O.V.N.I. et avait parlé avec les membres de l’équipage. Et ceux-ci lui avaient dit de tout oublier. Elle leur a répondu qu’elle n’oublierait pas. Et, je lui ai dit que ce n’était que des rêves et que je ne pouvais croire à leur réalité. Mais, elle prétendait que ce n’était pas vrai. Qu’elle était convaincue qu’il y avait un lien entre ses rêves et ce qui s’était passé, en réalité. Parce qu’elle n’avait jamais rêvé d’O.V.N.I., auparavant. Et, elle racontait qu’ils avaient introduit quelque chose dans son nombril. En fait, ce n’est pas à moi qu’elle racontait cela mais, j’ai écouté lorsqu’elle en a parlé à Walter Webb, alors qu’elle lui racontait notre vision de l’O.V.N.I.
Et, c’est comme ça que j’ai eu connaissance de ses rêves. Mais, elle ne m’en a jamais parlé directement.

De plus, je rappelle de nouveau l’existence de points de divergence cohérent avec des faits (séparation des deux protagonistes dans l’« engin ») mais très difficilement intégrable dans l’hypothèse où Barney aurait calqué son histoire sur les rêves de Betty.
Rêves qui n’intégraient évidemment pas l’expérience propre à Barney, à partir du moment ou il fut séparé de sa compagne.

Il faut également indiquer que Barney fut toujours réfractaire à l’idée d’avoir pu observer un O.V.N.I.

Il rejeta encore plus, dans un premier temps, la possibilité de son rapt et examen (supposés ou réels) dans l‘“engin”. Et pourtant il finit par se résigner à admettre l’impensable, et ce sans aucune suggestion du praticien. Comment comprendre ceci alors même qu’il affirmera plusieurs fois, sous hypnose ou pas, qu’il aurait préféré que tout ceci ne soit qu’un rêve ?

Voici encore d’autres réflexions de John G Fuller qui plaident en faveur de la réalité (sans parler de « matérialité » au sens propre) d’un évènement étrange, après qu’il eut lui-même assisté à une séance de mise en hypnose du couple :

" (…)Après la séance avec le Dr Hynek, j’écoutai et étudiai les enregistrements en détail, essayant de déterminer si le récit résistait à un examen minutieux. L’aspect le plus important du cas me paraissait être la vive résistance de Barney à l’égard de toute cette histoire d’O.V.N.I. II luttait littéralement contre l’acceptation du phénomène, tant consciemment que sous hypnose. Mais, lorsqu’il écoutait les enregistrements de sa voix, il se voyait bien contraint d’y croire, qu’il le veuille ou non. La consistance de leurs souvenirs m’impressionna également. Les variations entre Barney et Betty étaient si minimes qu’elles ne faisaient que renforcer la validité de l’ехрériеnсе. Leur témoignage n’était jamais bien ordonné. Leurs réponses à des questions insidieuses étaient immédiates et jamais calculées et leurs réactions émotionnelles en revivant les scènes étaient parfaitement convaincantes. Lorsque Barney se retrouvait apparemment confronté avec l’instrument utilisé pour examiner ses parties génitales, ou lorsqu’il essayait de fermer ses poings pour frapper ses prétendus kidnappeurs, ses émotions étaient d’une intensité telle qu’il était difficile d’imaginer qu’elles puissent correspondre au souvenir passé d’un rêve ou d’un fantasme.

Les réactions de Barney étaient trop violentes pour que je puisse croire plus longtemps en la possibilité d’un transfert de rêve. Cette théorie impliquerait que le transfert se soit passé avec un impact tel que Barney en arrive à sentir, à revivre, à refaire chaque détail des rêves. Qui plus est, Barney se souvenait de beaucoup d’éléments dont Betty ne semblait pas avoir connaissance : son examen physique, ce qu’il avait observe au moyen des jumelles, l’impact des « yeux », ses pieds heurtant le seuil de l’engin et, bien sur, sa réaction extrême au cours de la séance pour « Look ». D’autres indices, qu’on pouvait difficilement ignorer, ajoutaient à la réalité de l’expérience. D’une part, il y a le fait que le voile de l’amnésie se lève au même moment, très précisément, pour Barney et pour Betty. J’ai été dans l’impossibilité de trouver un autre cas de double amnésie dans les annales médicales avant celui des Hill. Pourtant, pour tous deux la période d’inconscience commença à l’instant où ils perçurent le bip et, tous deux durent lutter au cours de la thérapie pour vaincre une même période de souvenirs flous. “

J’arrêterais ici ce long préambule sous forme de billet unique, en espérant avoir dans un premier temps vos avis et impressions au sujet de l’affaire Hill, via vos commentaires.

* Tous les extraits ici utilisés sont tirés de l’ouvrage de John G Fuller : “le voyage interrompu”.

http://ufofu.tumblr.com/
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 20 Nov - 3:02