Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Etranges et macabres petits secrets de Venise

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Etranges et macabres petits secrets de Venise

Message par Apollyôn le Sam 25 Jan - 13:05

Un cadavre sans tête a été repêché à Venise en mai, et depuis, tous les mythes et mystères vénitiens se raniment, à commencer par ceux qui entourent le serial killer Biasio le Boucher.

Amis cartésiens et autres terre-à-terre, passez votre chemin. La Venise mystérieuse et insolite ne s’ouvre qu’à ceux qui veulent bien fantasmer. Florilège.

En 2006, des scientifiques découvrent sur l’île de Lazaretto Nuovo, connue pour y mettre en quarantaine les pestiférés du XVIe siècle, l’étrange squelette d’une vampire présumée, âgée d’une soixantaine d’années au moment de son décès. Dans le crâne était volontairement planté une brique. Cette exorcisme post-mortem avait pour but d’empêcher les morts de mâcher les vivants. C’est gai.
Le débat fait rage dans la communauté scientifique. La défunte était-elle une cannibale mangeant des pestiférés, une réelle vampire ou bien la pierre est-elle tombée par un malheureux hasard dans la bouche ouverte du cadavre ?
Le National Geographic en a fait un reportage et l’histoire ressort de temps en temps, ravivée par la présence d’un inquiétant lion des Carpates à Cannaregio (au numéro 2386A)…

Moins légendaire mais plus glauque : les crochets de Venise.
Au pont San Canzian, point de passage très fréquenté, un ancien crochet rivé au mur est soigneusement touché par les Vénitiens qui passent par là.
Ce porte-bonheur a une origine moins flatteuse : Les prisonniers torturés et morts écartelés avaient leurs membres attachés aux quatre crochets répartis sur Venise, histoire de montrer l’exemple. Le malheur des uns fait le bonheur des autres, n’est-ce pas ?

Le palais des Doges, bel édifice décoré par rien moins que Le Tintoret, compte deux colonnes de marbre rose parmi toutes les blanches. Elles servaient de marque pour le Doge, qui s’adressait à la foule entre ces deux colonnes.
Mais elles représentaient aussi la couleur du sang des condamnés : c’était là qu’était prononcée leur sentence.
Filippo Calendario, l’architecte du Palais des Doges, a poussé la conscience professionnelle jusqu’au bout, puisqu’il fut pendu entre les colonnes pour trahison en 1355. Bref, on n’y voyait pas franchement la vie en rose.



Le palais des Doges cache aussi une salle des tortures. Pour les spectacles plus intimes. Mais attention, avec style. Point de sang versé ici, mais une corde attachée autour du cou. Corde que l’on soulève tout doucement quand les réponses du suspect ne sont pas satisfaisantes.

Autre expression qui avait un sens plus sombre à l’époque : donner l’heure.
Le gibet de pendaison était installé entre les deux colonnes de la Place San Marco (exactement entre S.Marc et S.Téodoro) face à la tour de l’horloge de la place.
Ainsi, le prisonnier pouvait voir l’heure exacte de sa mort au moment où la potence s’activait. Sympa comme attention, non ?



Venise est le berceau, dès le Moyen-Age, de la banque, des sociétés par action et des assurances. Certains diront qu’ils auraient mieux fait de se casser une jambe plutôt que d’inventer ce type de structures. Toujours est-il que l’une des plus vieilles banques du monde se trouve dans le Ghetto juif, au numéro 2912, et se nomme « Banco Rosso ».
De nombreuses boîtes aux lettres affichaient clairement que leur objet était la délation. « Dénonciations secrètes contre toute personne qui dissimule des faveurs ou des services, ou qui cherche à cacher ses vrais revenus ».
Scandaleux ? Quel est le plus choquant : assumer que la dénonciation fait – malheureusement – partie de la vie en société, ou cacher ce phénomène derrière l’anonymat de La Poste ? A méditer...



Venise a voulu éradiquer la pratique de la sodomie avec son pont des Tétons (« ponte De le Tette ») autour duquel les prostituées étaient chargées de montrer leurs seins au passant homosexuel, afin de le ramener dans le « droit chemin ».
J’en imagine plus d’un qui a dû se faire passer pour un gay afin de profiter du spectacle ! Au fait, pas la peine d’y aller maintenant, les volets sont clos !



Giovanni Dario, un brillant architecte, fût l’instigateur d’un magnifique palais… hanté.
La mise en garde est inscrite en latin sur la façade, via une phrase à double sens : « urbis genio joannes darius » est l’anagramme de « sub ruina insidiosa genero ». Cela signifie « Giovanni Dario est un architecte de talent » et « Celui qui habitera ici ira à sa perte ».
La valse des différents propriétaires de ce bâtiment est plutôt macabre puisque tous sont morts.
Mariettea, la fille de Dario, a été emmurée ; Kit Lambert (un des Who) y a fait une overdose ; d’autres occupants s’y sont suicidés, y sont morts assassinés ou ont subi une faillite personnelle.
Woody Allen a failli s’ajouter à la longue liste de ces malchanceux fortunés, mais, averti de la malédiction, il a renoncé à cet achat au dernier moment.


Ce ne sont pas les seuls mystères et maléfices que cache la Sérénissime. On y trouve aussi :
-une momie égyptienne,
-un pont des Soupirs, pour évoquer le désespoir des condamnés à mort (et pas les soupirs des amoureux),
-une stèle coranique au sein d’une église catholique (San Pietro di Casteo ayant la réputation d’avoir abrité le Saint Graal),
-des Judas cachés dans le sol des appartements pour espionner les passants par en haut,
-et bien d’autres histoires sombres sous ses masques chatoyants.

Source : http://blogs.rue89.nouvelobs.com/de-venise-san-francisco/2013/11/09/etranges-et-macabres-petits-secrets-de-venise-231588


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 2:30