Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

09 Octobre 1953 - Soucoupe sur la Manche ?

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

09 Octobre 1953 - Soucoupe sur la Manche ?

Message par Robot U&P le Mar 17 Déc - 11:13

09 Octobre 1953 - Soucoupe sur la Manche ?





Son contenu est intéressant à plus d’un titre, et en particulier parce que ce rapport de 2 pilotes (plus le steward) ne figure pas dans l’ouvrage “Objet Volants Non Identifiés” de Bernard Thouanel et qui contient un chapitre entier dédié aux rencontres en plein ciel.

Alors ici, après lecture, ballon de type “Skyhook” ou bien véritable objet “exotique” ?

*******
Soucoupe volante sur la Manche - “Un objet solide fait de métal poli

Deux pilotes expérimentés de la compagnie « British European Airways » ont signalé à l’aéroport de Londres que sur un vol récent à Paris, ils ont observé pendant 30 minutes un objet mystérieux dans le ciel qui aurait pu être une soucoupe volante” “.



Le Capitaine Peter Fletcher, de Putney, a été pilote pendant 18 ans, d’abord pour la RAF et, depuis ses débuts, avec la BEA, le premier officier R L Lemon, de Iver, est devenu  pilote dans la RAF, il y a de cela 14 ans. Tous les deux sont donc des observateurs et pilotes entraînés et qualifiés.

Chacun décrit l’incident technique de manière dépassionnée. Aucun n’a le moindre doute sur le fait d’avoir vu un “aéronef inhabituel”.

Ils sont d’accord sur le fait (mais sans pouvoir le prouver) qu’ils n’ont pas été abusés par un effet de lumière.

Voici leur histoire, factuelle et sans fard. Elle est contée par le Capitaine Fletcher :

Notre vol a quitté Londres dans la matinée du 9 Octobre. Il y avait une certaine quantité de nuages ​​bas et du brouillard, mais quand nous sommes montés, nous nous sommes retrouvés dans une atmosphère tout à fait limpide. Le ciel était d’un bleu intense. Il n’y avait pas un seul nuage. Le soleil brillait. C’était un de ces rares jours où l’on pouvait voir un avion jusqu’à 50 ou 60 miles de notre position. Il était si clair que lorsque nous étions sur la Manche, nous pouvions voir les avions sur l’aéroport d’Orly, à 100 miles de là, et si nous avions été plus haut, nous aurions pu voir les Alpes.

J’avais signalé notre position quand nous étions au-dessus de Seaford, Sussex. Nous étions en route pour Paris,sur une trajectoire d’environ 150 degrés. Le radar de Londres me signale qu’un avion me rattrape sur ma gauche. Cet avion, un Constellation vole quelque 50 noeuds plus vite que nous, il nous dépasse et quelques minutes plus tard, atteint son altitude de croisière à 13 500 pieds et se retrouve dans une position située immédiatement en avant et au dessus de moi.

A ce stade, la position relative de mon aéronef, par rapport au Constellation et le soleil, était telle que la lumière du soleil se reflète à moi depuis la surface supérieure de l’aile (extrados) de l’avion, ce qui la rend très visible et nette en même temps également que l’ombre sombre de la partie inférieure (extrados).

Première observation - Ceci est important en vue d’observations ultérieures.

C’est alors que j’ai remarqué la “soucoupe volante”.

Il y avait apparemment un autre aéronef au-dessus du Constellation et un peu sur la gauche, et il semblait pareillement réfléchir le soleil. En gardant à l’esprit que tous les avions de ligne qui volent en Europe sont de taille linéaire similaire, soit une envergure entre 100 à 150 pieds, je situais cette autre avion à une altitude d’environ 20.000 pieds, et il était à la même distance de moi au Constellation , ou probablement encore à 20 miles plus loin.

Après avoir repéré les deux avions - et je n’avais aucune raison à ce moment de penser que l’autre objet n’était pas un avion - il est devenu évident qu’il y avait une différence subtile entre les deux.

Je me dois d’entrer dans des considérations un peu « techniques » maintenant.

Mon avion et le Constellation étaient précisément sur la même trajectoire. Celle-ci, et son altitude de palier vis-à-vis de moi, sont restés exactement les mêmes, mais comme il volait à une vitesse supérieure, sa position relative par rapport à moi a graduellement changé.
De légères irrégularités se produisaient sur les bords de fuite du Constellation, et donc l’intensité de la lumière réfléchie à partir de la surface supérieure variait. Même lorsque le Constellation prenait  30 miles d’avance sur moi, les irrégularités du fuselage, des moteurs et de la queue pouvaient encore être distinguées, « brisant » la réflexion de la surface de l’aile supérieure.

Mais c’était  tout à fait différent avec notre “soucoupe volante”.

Le Premier Officier Lemon  et moi l’avons étudié attentivement. Nous avions tout notre temps.

"Elle semblait immobile"

L’objet avait l’air de deux soucoupes peu profondes unies par leurs bords. Nous avons remarqué que sa position relative est restée complètement inchangée pendant les 30 minutes de l’observation. Il semblait immobile.

● L’intensité de la lumière réfléchie par la surface supérieure est restée absolument égale jusqu’au dix dernières minutes de l’observation quand elle a progressivement diminué à une vitesse compatible avec le changement de position du soleil.
● La surface supérieure reflétant était lisse et uniforme. L’objet était nettement plus poli que la surface d’un aéronef.

Au début, j’avais automatiquement classé «l’étranger» comme étant un vol qui avait décollé deux ou trois minutes avant nous, en direction de Nice et ayant rapporté son altitude de croisière à 19, 500 pieds. Mais en traversant la côte française à Dieppe, cet avion a signalé sa présence derrière moi. Il n’y avait aucun aéronef signalant avoir traversé la côte française, au moment de l’observation, qui aurait pu correspondre à la position du mystérieux appareil.

J’étais aussitôt intéressé par mon immuable voisin et j’ai commencé à vérifier la présence d’autres aéronefs dans le voisinage.

J’ai noté les faits suivants:

● Présence d’un faible brouillard ayant empêché les avions de quitter non seulement l’aéroport de Londres, mais dans l’ensemble ceux de la plupart du Royaume-Uni jusqu’à environ 08h40 . J’ai été le quatrième à décoller de Londres.
● Les trois précédents étaient un DC 4 vers Amsterdam, un vol vers Nice, et un DC 3 à destination de Bruxelles

● Pas d’autres avions civils en partance de Northolt conformes à l’altitude, direction, etc, du mystérieux engin.

Ceci a éliminé tous les aéronefs civils du Royaume-Uni en vol vers la France. Je suis resté avec les possibilités d’un jet de service ou un  « Comet » de la compagnie Air France.

Nous avons écarté ces dernières possibilités, parce que ni un jet ni un « Comet » ne pouvaient conserver  pendant 30 minutes une trajectoire sans montrer une certaine variation, par rapport à la position relative de nos propres avions qui volaient deux fois plus vite.
Rappelez-vous aussi que nous avons pu distinguer une variation de la position apparente du Constellation.

Pas un ballon

La chose la plus frappante pour nous deux était l’absence de fluctuation d’intensité de la lumière réfléchie.

J’avoue qu’à un moment j’ai songé qu’il pouvait s’agir d’un ballon. Mais il aurait évidemment dû être énorme, et puis l’observation a confirmé sa forme elliptique. En cela, elle avait les propriétés d’une aile d’avion, étant à peu près d’une épaisseur d’un dixième par rapport à sa longueur apparente.
Il était impossible d’estimer la taille de l’objet, parce que nous ne savions pas à quelle distance il était de nous. Le ciel était si limpide que cela aurait pu être un très grand engin situé à 100 miles.

Compte tenu de la taille d’un objet, on peut estimer sa distance. Compte tenu de la distance, on peut estimer la taille. Nous ne connaissions ni l’un ni l’autre.

Il avait l’air aussi grand que le Constellation et était plus loin de nous. Jusqu’où ? nous ne pouvions pas juger, mais nous avons estimé qu’il était situé quelque part sur le Nord de la France.

Aucun de nous n’a de doute sur une chose : nous n’avons pas été abusés par un effet de lumière. Nous n’avons aucun doute non plus sur le fait que l’objet était solide, ayant approximativement la forme d’une aile d’avion et qu’il ait été construit d’un métal similaire à celui utilisé pour la construction d’un avion, avec seulement un aspect beaucoup plus poli.

En 18 ans de vol, je n’ai jamais rien vu de tel. Si cela avait été visible pendant quelques secondes, ou même quelques minutes, je l’aurais rejeté comme une illusion ou un artefact  lumineux. Mais l’observation a duré une demi-heure. Nous avons eu le temps de l’examiner, d’estimer sa taille.

Notre officier radio l’a aussi vu et nous avons aussi demandé au steward de confirmer ce que nous voyons.

Certes, nous avons vu quelque chose de matériel dans le ciel. Nous ne pouvons dire si c’était  ou pas une “soucoupe volante”. Mais nous n’allons pas rejeter ceci comme étant mirage lié à notre imagination - pas après 30 minutes passé à se demander ce que cela pourrait être.

Si ce n’était pas un avion conventionnel -et j’ai expliqué les raisons pour lesquelles nous pensions que ce ne soit pas le cas- alors qu’est-ce que c’était ?

Votre hypothèse sera aussi bonne que la mienne, mais nous nous l’avons bien vu.

source - http://ufofu.tumblr.com/
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 20 Nov - 2:59