Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La Violence, une histoire sociale – France, XVIe-XVIIIe siècles

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30416

La Violence, une histoire sociale – France, XVIe-XVIIIe siècles

Message par Schattenjäger le Jeu 3 Oct - 9:46

La Violence, une histoire sociale – France, XVIe-XVIIIe siècles





Présentation de l’éditeur :

Des hommes qui vengent leur père, leur frère ou leur sour, des maris qui tuent en flagrant délit d’adultère, des pères qui mutilent l’enfant menaçant l’honneur de la famille. À partir des lettres de rémission, une source méconnue, bruissante des affrontements de violence et de sang qui traversent et perturbent les relations interpersonnelles, ce livre porte sur l’homicide vécu au quotidien, du siècle de la Renaissance à celui des Lumières : il en définit les composantes, il en esquisse l’évolution et ambitionne de proposer une explication globale en offrant un modèle de compréhension et d’intelligibilité de la société de l’époque moderne. L’évolution n’a pas été linéaire : la violence s’exacerbe au XVIe siècle, notamment dans le cas du duel, puis décline, jusqu’à atteindre un point bas dès le début du XIXe siècle.

À la théorie du procès de civilisation, chère au sociologue Norbert Elias, maints aspects des affrontements du siècle de la Renaissance et des guerres de Religion ne se conforment pas. Aussi, la première originalité de cet ouvrage est-elle d’emprunter son paradigme explicatif à Émile Durkheim : la violence diminue parce que déclinent les causes qui y portent, c’est-à-dire l’attachement à des groupes, et d’abord aux groupes de parenté, ainsi qu’aux communautés confessionnelles au temps de la déchirure religieuse et des « guerriers de Dieu ». Ce livre permet de comprendre le poids des devoirs issus des liens du sang, encore très forts au XVIe siècle : à la fois une solidarité impérieuse et une obligation intransigeante de défense de son honneur, un honneur conçu comme collectif et absolu.

L’attention accordée aux femmes est toujours très forte : épouses, sours et filles occupent, au cour de ces conflits de violence, une position centrale. Une autre originalité de l’ouvrage est de calculer des taux d’homicide : taux très élevés dans le cas du duel, puis déjà bas dans la société rurale du XVIIIe siècle. Il montre enfin l’affaiblissement des liens de parenté, corrélé au resserrement du lien conjugal, ainsi que la relativisation et l’individualisation de l’honneur, portées par le désir de plus en plus impérieux d’un épanouissement individuel. L’aspiration au bonheur serait-elle le meilleur remède à la violence ?
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Dim 22 Oct - 23:06