Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Découverte d'une sépulture princière à Tarquinia

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Découverte d'une sépulture princière à Tarquinia

Message par Apollyôn le Mer 25 Sep - 19:38

Le corps décharné d'un prince étrusque, peut-être un parent de Tarquinius Priscus, le légendaire cinquième roi de Rome, qui régna entre 616 et 579 avant notre ère, a été ramené au jour au cours d'une découverte qui promet de révéler de nouvelles perspectives sur l'une des plus fascinantes civilisations du monde antique (Paye ton intro ampoulée).

La découverte a eu lieu à Tarquinia, ancienne capitale étrusque, au nord de Rome, renommée pour sa nécropole vieille de 26 siècles merveilleusement préservée.

'C'est une découverte unique ! Il est particulièrement rare de découvrir une sépulture princière étrusque inviolée. Cela ouvre de nouveaux champs d'études sur les Etrusques" se réjouit Alessandro Mandolesi, de l'Université d eTurin. Mandolesi est à la tête de la fouille en collaboration avec la Surintendance archéologique de l'Etrurie méridionale.

Civilisation étrange et encore mal connue, qui a apprit aux Gaulois à faire du vin, aux Romains à bâtir des routes et ont introduit l'écriture en Europe de l'ouest, les Etrusques ont commencés à s'épnouir vers 900BCE et dominèrent l'Italie pendant cinq siècles.
Connus pour leur art, leur agriculture, leur travaux d’orfèvrerie, ils déclinèrent durant le cinquième siècle alors que les romains montaient en puissance. Finalement les étrusques furent absorbés par les romains.
Leur énigmatique langue, qui n'appartient pas à la famille des langages indo-européens, a disparue avec eux (en effet, ils ne laissèrent pas de textes documentant leur société), de fait les Etrusques ont longtemps été considérés comme une des grandes énigmes du monde antique.
La plus grande partie de ce que l'on sait à leur sujet provient de l'étude de leurs tombeaux.

Hermétiquement scellée par une dalle de pierre, la sépulture rupestre semblait prometteur dès avant son ouverture. Plusieurs objets, jarres, vases, et même une râpe, furent découvert devant la porte, indiquant la tenue d'une pratique funéraire liée à une personnalité importante.

Quand la lourde dalle de pierre fut retirée, Mandolesi et son équipe restèrent sans voix. Dans la petite chambre voûtée reposait, sur un lit de pierre, le squelette d'un guerrier, une lance contre le flanc, des fibules sur la poitrine signalait qu'il fut jadis drapé d'un manteau.

A ses pieds se trouvait un grand bassin de bronze, ainsi qu'une assiette contenant encore des restes de nourriture. Sur la droite de la chambre funéraire, déposé sur un autre lit de pierre, un vase contient peut-être les restes incinérés d'un second défunt.
Décorée de bandes rouges, la partie haute des murs est poinçonnée par plusieurs clous , une aryballe (vase à parfum) est encore suspendue à l'un d'entre eux. Des offrandes funéraires reposent au sol, dont un grand vase corinthien et ornements précieux.


Vue du site, le grand tumulus à gauche porte le nom de "Tombeau de la Reine"


La dalle de fermeture du tombeau


Premier aperçu de la chambre funéraire


Le corps du guerrier


Le bassin de bronze et l'assiette. Des restes de nourriture sont visibles dans l'assiette (qui ressemble à un bol, je suis d'accord).


Le second lit de pierre et le vase cinéraire


L'aryballe suspendu


Mobilier funéraire en vrac au sol
source : http://news.discovery.com/history/archaeology/estruscan-prince-skeleton-rome-130920.htm
Trad : Apollyôn


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Découverte d'une sépulture princière à Tarquinia

Message par Apollyôn le Mar 5 Nov - 10:45

Le prince guerrier étrusque était en fait une princesse
En Italie le mois dernier, les chercheurs ont mis au jour une tombe complètement étanche qui contenait les restes d'un prince étrusque avec une lance et les cendres de sa défunte épouse.

L'analyse des ossements vient de montrer que le prince n'en est pas un: il s'agit en fait d'une princesse.
De plus, les cendres appartenaient à un homme plutôt qu'à une femme, ce qui signifie que la princesse a probablement été enterrée avec les restes de son défunt mari.

Cette femme étrusque avait probablement entre 35 et 40 ans lorsqu'elle est morte.

Bien qu'Alessandro Mandolesi, qui a dirigé l'expédition, avait émis l'hypothèse que la lance placée entre les deux corps ait pu être un "symbole d'union," d'autres sont en désaccord...

Judith Weingarten de la British School at Athens a noté que la lance a été enterré avec la femme et non pas entre la femme et l'homme. Cela porte à croire que, en fait, la femme était une guerrière.

Les historiens savent peu de choses sur la civilisation étrusque, qui a été absorbée par les Romains vers 400 avant JC. Ils n'ont pas laissé de documents historiques, ce qui signifie que leurs tombes sont les seules sources d'informations.

Cela pourrait signifier qu'une femme guerrière pouvait ne pas être exceptionnel dans cette culture.

La tombe elle-même remonte au début du VIe ​​siècle avant J.-C. A l'intérieur se trouvent deux lits funéraires sculptés dans la roche. L'un d'eux contient un squelette portant une lance. Sur un autre se trouvent les vestiges partiellement incinérés d'un autre squelette avec plusieurs bijoux et une boîte plaquée en bronze.

Bien que les archéologues ont d'abord émis l'hypothèse que ce squelette partiellement incinéré était une femme, il s'avère maintenant être celui d'un homme.

Les découvertes récentes montrent avec quelle facilité les préjugés anciens et modernes peuvent colorer l'interprétation des tombes antiques.

"Jusqu'à très récemment, et malheureusement encore dans certains pays, la détermination du sexe repose sur les biens trouvés dans les tombes", a déclaré Weingarten, "et cela, à son tour, repose presque entièrement sur nos idées préconçues. Les bijoux en sont une illustration très claire: nous les associons aux femmes, et pourtant cela est un non-sens dans une grande partie du monde antique. Les hommes aimaient aussi ce qui brille".
source : http://l-archeologie.blogspot.fr/2013/10/le-prince-guerrier-etrusque-etait-en.html#.Uni2cXAXKSp


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 28 Mai - 3:18