Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Le trésor du «prince des pirates» découvert ?

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Le trésor du «prince des pirates» découvert ?

Message par Apollyôn le Lun 9 Sep - 11:37

Un trésor, un vrai, comme dans les films de flibustiers et les bouquins de Stevenson. L'explorateur sous-marin américain Barry Clifford semble avoir mis la main sur un magot inestimable enfoui dans l'épave du Whydah, le navire amiral d'un célèbre pirate échoué il y a près de trois siècles aux abords de Cape Code, sur la côte Est des Etats-Unis (Massachussets).
Selon plusieurs médias américains, Barry Clifford vient d'acquérir les preuves que pas moins de 400 000 pièces d'or, d'une valeur de plusieurs centaines d'euros chacune, dorment ainsi sous le sable, autour des restes de ce navire légendaire... qui a toujours alimenté les plus folles rumeurs.

L'histoire commence le 26 avril 1717. Le Whydah Gally, ancien navire négrier anglais capturé deux mois plus tôt par une bande de pirates, est brisé par une terrible tempête à 150 mètres au large de l'actuelle plage Marconi, sur la côte de Cape Code. A son bord, l'un des pirates les plus célèbres de l'histoire, Samuel «Black Sam» Bellamy (voire encadré), trouve la mort, ainsi que la quasi-totalité de ses 150 membres d'équipage. Deux d'entre eux survivent et répandent une rumeur qui va s'attacher pour toujours à l'épave : le navire a coulé avec près de 5 tonnes d'or, d'argent et de bijoux répartis dans quelque 200 sacs.



Un navigateur et cartographe britannique, Cyprien Southack, est chargé par la couronne de récupérer le butin, mais toutes ses tentatives resteront vaines. – L'épave est disloquée, répartie sur plusieurs centaines de mètres, dans une zone très périlleuse où de forts courants circulent entre les bancs de sables sur lesquels déferlent de puissantes vagues. Certain que le trésor est désormais enterré sous le sable, Southack abandonne et laisse à la postérité une carte de la région, mentionnant d'une croix l'endroit exacte de l'épave.

C'est en se basant sur cette véritable «carte au trésor» que l'explorateur sous-marin Barry Clifford fait la découverte de sa vie, 260 ans plus tard, enfouie sous seulement 4 mètres d'eau et moins de 2 mètres de sable de profondeur : le Whydah. Dans les années qui suivent, l'épave va recracher à la surface de l'histoire pas moins de 200000 objets de tous genres, parmi lesquels 12000 pièces d'or mais également des armes, du mobilier, de la vaisselle, et toutes sortes de découvertes qui ont permis depuis de grandes avancées dans la connaissance de la piraterie au XVIIIe siècle.

Et le trésor dans tout ça ? Rien de plus que les 12000 pièces d'or déjà découvertes, qui constituent en elles-mêmes un sacré pactole, l'une d'elle ayant été vendue aux enchères pour plus de 10 000 euros. Rien... jusqu'en avril dernier : deux mois avant sa mort, l'historien Ken Kinkor, spécialiste du Whydah, met en effet la main sur un document de l'ère coloniale mentionnant les dernières «prises» de «Black Sam» Bellamy avant sa mort. Et quelles prises ! Deux semaines avant de faire naufrage, Black Sam avait attaqué deux navires à destination de la Jamaïque, et stocké dans les cales du Whydah environ 400 000 pièces d'or d'une once chacune, soit les plus grosses circulant à l'époque.



Pour en avoir le coeur net, Barry Clifford s'est donc remis à la chasse cet été...avec des résultats probants. Armé d'un détecteur de métaux, l'un des plongeurs de son équipe a ainsi enregistré une forte présence de métal tout le long d'une fosse artificiellement creusée. Ce même plongeur a même ramené à la surface une étrange masse rocheuse, née de la réaction chimique que crée la rencontre entre l'eau de mer et certains métaux. Cette dernière semaine, révèle Associeted Press, les rayons X ont révélé la présence dans le sable de plusieurs masses en forme de pièces de monnaie, certaines de ces masses étant même empilées, comme s'ils avaient été conservés dans des sacs.

Le trésor n'est donc plus très loin pour Barry Clifford : «Maintenant, nous savons qu'il y a un supplément de 400.000 pièces là-bas quelque part». Interrogé par AP, Ed Rodley, un archéologue ayant suivi de très près le cas du Whydah, n'est ni surpris ni incrédule devant la possibilité d'une telle découverte : «C'est hallucinant le nombre de choses qui sont sorties et continuent d'être extraites de cette épave, année après année...» Et pour cause, le site est toujours aussi dangereux et peu propice aux recherches aujourd'hui qu'il ne l'était à l'époque de Southack. Les vagues continuent de casser tout autour du bateau de Clifford, qui utilise 7 ancres pour le stabiliser. Sous la surface, l'eau est trouble et les fonds mouvants. De quoi promettre encore un peu de suspense...

Le capitaine du Whydah n'était pas n'importe qui. Surnommé le «prince des Pirates», il a lui-même démarré comme chasseur d'épaves avant de devenir l'un des pirates les plus «doués», et les plus généreux de l'histoire. Il était particulièrement bienveillant envers les prisonniers. Pas moins de 53 navires ont été capturés sous son commandement, dont sa plus belle prise, le Whydah, qui causera finalement sa perte. La légende veut que le capitaine Bellamy soit mort alors qu'il allait rendre visite à sa dulcinée, basée à Cape Code.
source : http://www.leparisien.fr/international/etats-unis-l-inestimable-tresor-du-prince-des-pirates-decouvert-08-09-2013-3117485.php


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 17 Oct - 20:50