Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Découverte archéologique majeure d’une culture amérindienne méconnue

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Découverte archéologique majeure d’une culture amérindienne méconnue

Message par Apollyôn le Lun 5 Aoû - 11:57

Les fouilles dans un cimetière vieux de plus de mille ans ont mis au jour les tombes de puissants guerriers parés d’or. Cette découverte, l’une des plus fructueuses réalisées en Amérique depuis plusieurs décennies, offre un aperçu d’une culture méconnue.

Dans un champ d’herbes hautes brûlées par le soleil, au centre du Panama, l’or semblait jaillir du sol ; l’archéologue Julia Mayo avait attendu ce moment si longtemps… Mais, ce jour-là, elle était complètement bouleversée.



Déterminée à exhumer de nouveaux vestiges de la culture ancienne qu’elle étudiait depuis son doctorat, Julia Mayo avait réalisé, en 2005, avec son équipe, ses premiers relevés géophysiques sur un site appelé El Cano. Ces derniers lui avaient permis d’identifier un cercle de sépultures tombées depuis longtemps dans l’oubli.

En 2010, l’équipe y a creusé une fosse de près de 5 m et découvert la dépouille d’un chef de guerre couvert d’or – deux plastrons bosselés, quatre brassards, un bracelet de clochettes, une ceinture de perles creuses en or aussi grosses que des olives, plus de 2 000 minuscules sphères disposées comme si elles étaient jadis cousues sur une écharpe cérémonielle et des centaines de perles tubulaires dessinant un motif en zigzag sur l’un des mollets du dignitaire.

À elles seule, cette trouvaille aurait pu être celle de toute une vie, mais ce n’était qu’un début. Julia Mayo venait de tomber sur un vrai filon. L’équipe est revenue l’an dernier pendant la saison sèche et a mis au jour une deuxième sépulture, aussi riche que la première.

Arborant deux disques en or sur la poitrine, deux sur le dos, quatre brassards et une émeraude translucide, le défunt était assurément un autre chef important. Près de lui gisait un bébé, paré d’or de la même façon – probablement son fils.

Les deux corps reposaient sur une couche de squelettes humains entremêlés, sans doute des esclaves ou des captifs de guerre sacrifiés. Des tests au carbone 14 ont permis de dater les sépultures d’environ 900 apr. J.-C. – époque où la civilisation maya, à quelque 1 290 km au nord-ouest, commençait à péricliter.

Julia avait à peine eu le temps de classer ses nouvelles découvertes que son équipe mettait au jour d’autres objets en or. Miroitant depuis la paroi de la fosse, ces derniers marquaient les extrémités de quatre autres tombes.

Examinant le site, elle n’en croyait pas ses yeux. « J’étais à la fois fascinée et inquiète, se souvient-elle. Les pluies avaient déjà commencé et une course contre la montre était engagée pour récupérer l’ensemble du trésor avant que la rivière voisine n’inonde le site. »

Par ailleurs, elle savait que des pillards ne manqueraient pas d’affluer si la nouvelle des découvertes parvenait à leurs oreilles.

Ce n’était pas la première mine d’or archéologique découverte au panama. À moins de 3 km de l’endroit où Julia travaille, les fouilles de Sitio Conte – du nom des propriétaires du site – ont révélé l’une des plus spectaculaires collections d’objets ouvragés du continent américain.



Ce filon a été mis au jour au début des années 1900, quand une rivière enflée par les pluies coupa à travers un pré où broutait du bétail. Plastrons en or, pendentifs et autres objets précieux jaillissaient pêle-mêle des tombes, avant de dévaler en cascade au bord de la rivière.

Attirées par la nouvelle de la découverte de cet ancien cimetière, des équipes de Harvard, puis de l’université de Pennsylvanie, firent l’une après l’autre le voyage de New York à Panama, gagnant Sitio Conte à cheval, en char à bœufs et en pirogue.

En quatre saisons de fouille, les équipes ont ouvert plus de quatre-vingt-dix tombes, dont un grand nombre renfermaient plusieurs corps parés d’or, ainsi que des objets réalisés par des artisans prodigieusement doués : céramiques aux motifs complexes, os de baleine, sculptés et rehaussés d’or, colliers de dents de requin, ornements en agate et serpentine polies.
la suite : http://www.nationalgeographic.fr/4615-el-canon-la-derniere-grande-decouverte-archeologique-dune-culture-amerindienne-meconnue/


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 9:51