Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Invité 4 L’ergot de seigle

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Invité 4 L’ergot de seigle

Message par Macha le Dim 4 Aoû - 20:24

L’été est enfin arrivé, avec ses longues soirées autour d’un feu de camp et ses marshmallows qui grillent paisiblement pendant qu’on se raconte des histoires qui font peur. Vous allez nous demander le rapport avec l’argot de seigle, et nous vous répondrons qu’il est le dénominateur commun de beaucoup d’histoires de sorcellerie.

Une fois n’est pas coutume, nous n’avons pas basé nos recherches sur les écrits de plusieurs historiens mais sur la trouvaille d’une sociologue, Linnda Caporael, qui s’est intéressée au célèbre cas des Sorcières de Salem


Les Sorcières de Salem – rappels

Oublions tout de suite la pièce de théâtre d’Arthur Miller et focalisons-nous sur les faits réels. Nous sommes en janvier 1692 à Salem VillageMassachusetts, où vivent paisiblement des colons bien croyants.
Des jeunes filles, dont Elisabeth Parris et Abigail Williams, sont subitement atteintes d’étranges symptômes : douleurs, convulsions, délires… bref, tout ce qu’il faut à l’époque pour penser à un envoûtement. La chasse aux sorcières est lancée, les malades accusent à tout va : plus de 150 personnes sont inculpées de sorcellerie et 18 d’entre elles (dont six hommes) sont condamnées à mort.

Notons le triste cas de Giles Corey, un accusé refusant de plaider coupable et de se défendre. Son mutisme le condamne à la peine « forte et dure » : l’écrasement du corps par des pierres. Il faudra trois jours à Giles pour passer l’arme à gauche.

Cette mort – et celle de beaucoup d’autres innocents – est d’autant plus abominable que les jeunes « envoûtées » ont avoué par la suite avoir exagéré leurs symptômes pour se faire remarquer…



Et l’ergot dans tout ça ?
Retrouvons Linnda Caporael et sa trouvaille. En lisant les rapports des procès de Salem, Linnda constate que les symptômes décrits par les médecins ressemblent à ceux d’un bad trip sous LSD. Cette molécule a été découverte en 1943 par Albert Hoffman (dieu vivant des hippies… et peut-être le votre…) alors qu’il étudiait la composition de l’ergot, un parasite céréalier.

Linnda présente sa théorie à Hoffman qui trouve possible que les envoûtés de Salem aient été victimes de l’ergot. Mais cette reconnaissance ne suffit pas à prouver la culpabilité du champignon et Linnda devra répondre à d’autres questions avant d’y arriver.



Plus de doute, l’ergot est bien coupable. Une belle saloperie !

NB : dernière étape : trouver un fait contemporain similaire. Est souvent citée la contamination du village français de Pont Saint-Esprit, en 1951. Mais comme certains pensent qu’il ne s’agit pas là de farine contaminée à l’ergot mais d’une expérience de la CIA appelée MK-NAOMI, et que discuter de la véracité de ces faits n’est pas du ressort de Trash Cancan, nous vous laissons effectuer vos recherches et vous faire votre propre avis.





Le chien qui mangeait des cailloux
Un fait curieux s’est produit à Pont Saint-Esprit où, en plein délire, un chien s’est arraché la gueule en dévorant des cailloux. Et bien sachez qu’il est arrivé la même chose à un chien de Salem à qui on a fait manger du pain imbibé de l’urine d’une supposée envoûtée. Le toutou s’est alors empiffré de pierres, ce qui a prouvé l’envoûtement de la demoiselle et décuplé la panique des villageois…

On ne sait pas pour vous, mais cet article nous a donné envie d’écouter cette chanson…


Légendes
L’homme de Grauballe : homme momifié trouvé dans la tourbe danoise en 1952. Sa mort n’a pas dû être des plus riantes puisqu’il a eu la gorge tranchée d’une oreille à l’autre et le crâne fracassé. L’analyse de ses intestins a montré que son dernier repas comportait du seigle parasité à l’ergot.



Toutes ces informations viennent du reportage d’Arte, « Ensorcelées », de Mark Lewis.


Source  : trashcancan
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 23 Sep - 5:46