Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

Derniers sujets

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Le cadeau des parlementaires au pape François

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Le cadeau des parlementaires au pape François

Message par Macha le Ven 14 Juin - 10:32

Le cadeau des parlementaires au pape François
Quarante-cinq députés et sénateurs français membres des groupes d'amitié France - Saint-Siège doivent être reçus samedi par le souverain pontife.

e pape François a prévu de recevoir lors d'une audience privée samedi à midi les sénateurs et députés membres des
groupes d'amitié France - Saint-Siège. © Isabella Bonotto/UPDATE IMAGES PRESS/MAXPPP



Un bel ouvrage sur l'architecture de Paris réalisé par l'historien Jean-Marie Pérouse de Montclos : voilà un cadeau parmi ceux qui seront offerts au pape François par les 45 parlementaires français lors de leur visite au Vatican. Le successeur de Benoît XVI a prévu de recevoir lors d'une audience privée samedi à midi 28 sénateurs du groupe d'amitié France - Saint-Siège présidé par Charles Revet, ainsi que 16 députés du Groupe d'études à vocation internationale GEVI - Saint-Siège, présidé par Xavier Breton. Les élus n'en reviennent toujours pas d'avoir obtenu cette audience privée aussi rapidement. 

Dès fin juin 2012, le sénateur de Seine-Maritime UMP Charles Revet et le député UMP de l'Ain Xavier Breton avaient informé le nonce apostolique - l'ambassadeur du pape en France - qu'ils souhaitaient rencontrer le pape Benoît XVI. Entre-temps, ce dernier a démissionné, et le pape François lui a succédé le 13 mars dernier. "Une réponse positive nous est parvenue fin mai. Peut-être est-ce le contexte politique avec le vote de la loi sur le mariage gay qui a accéléré les choses ?" s'interroge Xavier Breton. "On sait désormais que le pape François est là où on ne l'attend pas. Il pourrait nous parler du mariage gay", renchérit Charles Revet. Même si les élus UMP, UDI et non inscrits seront largement représentés, quelques élus de la majorité devraient faire le déplacement. Le député PS de Saône-et-Loire Thomas Thévenoud est de ceux-là. "Je suis très attaché à la laïcité mais très ouvert pour autant. (...) Rencontrer le pape, c'est un événement qui compte dans une vie d'homme", confesse-t-il dans les colonnes du Journal de Saône-et-Loire. Avant d'être reçus par le pape, les parlementaires s'entretiendront avec des membres de la Curie pour une réunion de travail. 

Le chanoine François Hollande

Cette visite des élus au Saint-Siège intervient dans une période de tensions entre les catholiques français et le chef de l'État, François Hollande. Si, une fois élu, ce dernier a officiellement accepté le titre de chanoine de Saint-Jean-de-Latran "au nom de la tradition" (vieille de six siècles), il n'a pas profité de cette occasion pour se rendre à Rome. Et le débat sur le mariage gay qui a précédé le vote de la loi le 23 avril a créé de grandes crispations. Une grande partie des catholiques s'est sentie "méprisée" par le traitement réservé à cette occasion aux représentants religieux.
Source : http://www.lepoint.fr/politique/le-cadeau-des-parlementaires-au-pape-francois-13-06-2013-1680596_20.php
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30747

Re: Le cadeau des parlementaires au pape François

Message par Schattenjäger le Ven 14 Juin - 12:28

Pour un état qui se dit laïc, j'ai un peu de mal à comprendre. 
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 5020

Re: Le cadeau des parlementaires au pape François

Message par Achim le Ven 14 Juin - 13:58

La loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat n'a pas coupé les liens idéologiques profonds qui unissent l'oligarchie politico/économique et le Vatican... La culture française est imprégnée d'un catholicisme inavoué : regardez la réticence des politiques à accélérer la recherche en génétique (interdiction d'utiliser des embryons humains qui sont jetés plutôt que de servir au progrès, sans que l'éthique ait à souffrir) ; qu'est-ce d'autre qu'un tabou religieux ?

La commission de bio-éthique consulte toujours des théologiens, la preuve...  

anoy
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1511

Re: Le cadeau des parlementaires au pape François

Message par anoy le Dim 16 Juin - 11:18

@ Achim    

De là ,le soucis des conflits avec l'islam et le judaisme en France...la France qui n'a pas réellement coupé le "cordon" et de ce fait n'est pas vraiment impartiale...
Face à ce manque de fermeté ,nous risquons de le payer très cher..!
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le cadeau des parlementaires au pape François

Message par Macha le Dim 16 Juin - 21:07

21 Février 2013
Le chanoine François Hollande
Il a accepté le titre de chanoine de Saint-Jean-de-Latran. “Par tradition”, dit-il. Mais qui est-il ? Respectueux de la France “fille aînée de l’Église” ou croisé de la laïcité ?
La question qui se pose ces jours-ci à l’Élysée est la suivante : le président de la République se rendra-t-il à la messe d’inauguration du pontificat du successeur de Benoît XVI ? Cette question n’est pas anodine après les remarques faites par le chef de l’État lors de l’annonce par le pape de sa renonciation. « Une décision éminemment respectable », disait-il d’abord, avant d’assurer qu’il laissait « l’Église catholique déterminer comment elle entend organiser la succession ». Jusque-là, tout allait bien. C’est ensuite que François Hollande s’est laissé aller : « Nous ne présentons pas de candidat », a-t-il cru bon d’ajouter. Ce n’était que de l’humour, a-t-on dit. Mais sous la “blague” perçait une ironie déplacée. Plus même, de l’indifférence, voire du mépris. Observant les dégâts dans l’opinion, les conseillers du président se sont empressés de fournir une explication : au moment où la droite l’accusait de vouloir placer partout ses “copains”, là justement, il n’en avait pas… L’explication était pire que la “blague”.
Élevé par un père de droite et une mère de gauche, mais tous deux catholiques, François Hollande aura passé ses années d’enfance et d’adolescence dans un établissement des Frères des écoles chrétiennes, à Rouen, puis chez les jésuites. Serge Raffy, son biographe, le décrit comme rebelle à cette éducation, mais jouant les élèves pieux, faisant ses deux communions, se soumettant « en apparence à toutes les règles », trouvant « la ruse pour éviter d’être promis à la damnation : il arbore un sourire étincelant ». Bref, « il est le roi de l’esquive ». Où est le vrai ? Or c’est durant ces années-là que se construisent un caractère et une personnalité. « Le style, c’est l’homme, dira plus tard François Hollande ; le style, c’est le président. »
C’est une première sous la Ve République : ce gouvernement de trente-huit ministres ne compte aucun catholique assumé ; nombre d’entre eux sont baptisés, certains mêmes mariés à l’église, mais aucun ne se signerait en public, “laïcité” oblige. Durant sa campagne d’entre les deux tours de la présidentielle, le 28 avril 2012 à Limoges, François Hollande affichait sa conception de la laïcité par opposition à celle de Nicolas Sarkozy : « Nous ne dirons jamais que le prêtre ou le pasteur a une autorité supérieure à l’instituteur et au maître ! Nous ne dirons jamais que la laïcité doit être ouverte et tolérante, parce que la laïcité, par définition, est ouverte et tolérante. » Comme si cela allait de soi, quand la laïcité de gauche a toujours été, par nature si ce n’est par définition, tolérante avec son électorat, intolérante avec ceux qui n’en sont pas.
Le roi Henri IV, qui voulut de toutes ses forces mettre fin aux guerres civiles entre Français, légua à ses successeurs le titre de chanoine honoraire de la basilique Saint-Jean-de-Latran. Un titre de protecteur et de pacificateur. Tous les présidents de la République l’ont porté. Sans remonter plus loin, le général de Gaulle plus encore que les autres, qui se rendit au Vatican dès 1944 auprès de Pie XII, puis auprès de Jean XXIII et de Paul VI. Valéry Giscard d’Estaing de même et dès 1975 ; Jacques Chirac aussi qui alla en visite officielle à Rome peu après son élection, avant d’assister aux obsèques de Jean-Paul II et à l’intronisation de Benoît XVI. Le 20 décembre 2007, Nicolas Sarkozy se rendit à son tour au Latran, dans cette « cathédrale du pape, la mère de toutes les églises de Rome et du monde », selon ses propres mots, pour y rappeler les « racines chrétiennes de la France ». François Mitterrand, l’inspirateur et le mentor de François Hollande, alla lui aussi au Vatican rencontrer le pape Jean-Paul II, dès le 28 février 1982, en précisant qu’il s’agissait d’une « visite privée ». Mais quand il accueillit l’année suivante le pape qui se rendait à Lourdes, il salua « l’homme qui porte les grandes causes qui donnent son sens à la vie ».
François Hollande a dit qu’il acceptait (sans avoir rendu visite au Saint-Siège) le titre de chanoine de la basilique Saint-Jean-de-Latran, « au nom de la tradition ». Laquelle ? Celle de la « France, fille aînée de l’Église » ? Mais s’il en est ainsi, pourquoi a-t-il provoqué l’Église au sujet du mariage, pourquoi veut-il inscrire la loi de 1905 dans la Constitution, alors que l’article 1er de celle-ci affirme déjà que la République est « laïque » et qu’elle « respecte toutes les croyances » ? La moindre des choses que l’on puisse attendre d’un président de la République serait qu’il soit le défenseur de la Constitution, y compris à l’égard des catholiques de ce pays.
À la radio, le mercredi à 8 h 50 sur France Info dans le Duel des éditorialistes ; à la télévision, le jeudi à 10 h 10 sur LCI dans Choisissez votre camp et le lundi 25 à 19 heures, chez Michel Field.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le cadeau des parlementaires au pape François

Message par Macha le Dim 16 Juin - 21:08

éh oui l'Etat français se dit laïque .... ça laisse songeur ... Very Happy

Johnny Guoyot
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 8613

Re: Le cadeau des parlementaires au pape François

Message par Johnny Guoyot le Dim 16 Juin - 21:13

François Hollande a été éduqué dans des institutions catholiques... Quoi qu'on en dise, l'education, quelle qu'elle soit, laisse des traces. Et la laïcité n'est qu'un mot, libre à chacun de vivre sa foi. Bon, pour un président de la république, c'est particulierement visible, mais tous ont rencontré le pape à un moment où à un autre de leur mandat (rappelons nous Nicolas Sarkozy reçu par Benoît XVI, accompagné par Jean Marie Bigard!!!)


___________________


Les soucoupes volantes et les extraterrestres, c'est comme la hausse du pouvoir d'achat et la baisse des impôts, on en parle tout le temps mais on ne les voit jamais venir!
          
                                                             
 
avatar
Caribou
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 1154

Re: Le cadeau des parlementaires au pape François

Message par Caribou le Dim 16 Juin - 23:21

N'oubliez pas que le pape est avant tout un chef d'etat.
Et les cadeaux diplomatiques ont toujours été d'usages, état pontife ou pas.


___________________


I have changnesia
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le cadeau des parlementaires au pape François

Message par Macha le Lun 17 Juin - 10:40

Ma vision : 3 juillet 1905 : Séparation du clergé et de l'Etat. 

Et allez un petit peu d'histoire ...

Les titres de chanoine du président de la République française
Le président de la République est chanoine de droit par héritage d'Henri IV pour la basilique du Latran, de Louis XI pour la cathédrale d'Embrun et de François Ier pour la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne.


Vase offert à la basilique du Latran par le général de Gaulle
Le président de la République française est ainsi, en tant que chef de l'État et successeur des rois de France4 :

Le titre de chanoine le plus important et le plus connu du président de la République française est celui de premier chanoine de la basilique Saint-Jean-de-Latran (l'une des quatre basiliques majeures de Rome, siège de l'évêché de Rome, dont l'évêque n'est autre que le pape), en vertu d'une fondation de Louis XI de 1482 renouvelée par Henri IV en 1604, qui en devint le premier chanoine en donnant à Saint-Jean-de-Latran l'abbaye de Clairac, en Agenais (aujourd'hui département du Lot-et-Garonne).
Cette fondation fut restaurée sous forme de bourse par Napoléon III, qui rétribue à partir de 1863 un remplaçant au chœur (poste supprimé en 1871 mais refondé depuis : actuellement, le poste de chanoine français est occupé par Mgr Louis Duval-Arnould).
Les présidents Georges Pompidou et François Mitterrand s'étaient abstenus de prendre possession de la stalle, sans avoir officiellement refusé ce titre.
Le président de la République peut également prétendre à une stalle dans l'abbaye de Beauchêne (Cerizay, 79140), abbaye de chanoines réguliers de Saint-Jean de Latran.
Depuis Louis XI, les rois de France et leurs successeurs, les présidents de la République française, sont également de droit chanoines de la cathédrale d'Embrun. Ils sont encore chanoines honoraires de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne, depuis le roi de France François Ier, qui exigea ce privilège lors de son invasion de la Savoie en 1536.
Le président est aussi chanoine de Notre-Dame de Clery, titre concédé par le pape Sixte IV au roi Louis XI et à ses successeurs, avec le droit de siéger dans le chœur de cette église, et au chapitre, au-dessus du doyen, de porter le surplis, la chape et l'aumusse, et il accorda que ces chanoines seraient appelés proto-chanoine (protocanonici), car Louis XI avait choisi cette église pour lieu de sa sépulture5.
Les rois de France étaient aussi les premiers chanoines honoraires héréditaires des églises de Saint-Hilaire de Poitiers, de Saint-Julien du Mans, de Saint-Martin de Tours, d'Angers, de Lyon et de Chalons. Lorsque le roi y faisait son entrée, on lui présentait l'aumusse et le surplis6.
« De par le roy. Noz amez et feaulx, nostre ame et feal conseillier l'arcevesque de Tours nous a dit et remonstre qu'il a plusieurs proces pendans par devant vous ......... Donne au Plessis du Parc, le XVIIe jour de janvier [1478]. (De la main de Louis XI : ) Reserve le proces de monsr St Martin, dont je suis abbe.
LOYS. L. TINDO.
A noz amez et feaulx conseilliers les gens tenans nostre court de Parlement.
Recepte xxvjta januarii M° CCCC° LXXVII° (avant Pâques). »
— Lettre de Louis XI (Archives nationales, musée des archives, n°498)7

Le roi Louis XIII fut reçu chanoine de Saint-Martin-de-Tours le 21 juillet 1614 et avait, à l'exemple de ses prédécesseurs, prêté serment, à genoux, sur les Évangiles. Louis XVIII fit de même8.
Le président Nicolas Sarkozy est le premier chanoine divorcé dans l'histoire de l'Église catholique. Le 20 décembre 2007, il a été reçu chanoine de l'archibasilique Saint-Jean-de-Latran9.


Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chanoine
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 17 Jan - 10:13