Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Le suaire de Turin

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Le suaire de Turin

Message par Macha le Dim 31 Mar - 20:30

Vatican : le suaire de Turin passe (enfin) à la télévision



PÂQUES – Pour la première fois en quarante ans, le suaire de Turin a été filmé pour un documentaire qui sera diffusé dimanche sur la chaîne italienne Rai. L'occasion de relancer le débat autour de son authenticité.

Le mystère est dans la toile. Dimanche, alors que les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ, le Vatican a choisi de "faire à un cadeau à ses adeptes". Avant de démissionner, le pape Benoît XVI avait donné son accord pour que le suaire de Turin soit filmé. Un événement en soi, car nulle caméra ne s'était approchée du tissu depuis 1973. Le documentaire de 90 minutes sera diffusé dimanche sur la Rai avec, en préambule, un discours du pape François.
Mais pourquoi une telle ferveur autour de ce tissu en lin de 4 mètres de long ? Pour les catholiques, le Saint-Suaire serait l'étole dans laquelle a été placé le corps de Jésus, mort sur la croix. Sur le suaire de Turin, l'empreinte d'un homme vraisemblablement mort crucifié apparaît. Or depuis la découverte de ce tissu, au XIVe siècle, il n'a cessé d'attiser les controverses. Dès la première mention reconnue de l'objet, en 1357, il est considéré comme un faux. Mais en 1390, l'antipape Clément VII le reconnaît comme "représentation".

Un objet de mystère religieux et scientifique
La controverse renaît au XXe siècle. Grâce aux avancées scientifiques, le suaire de Turin passe par tous les états. En 1988, une étude au carbone 14 situe sa fabrication entre 1260 et 1390. Bref, loin après l'existence supposée du Christ. Mais une nouvelle étude par Giulio Fanti de l'université de Padua avance, cette année, que des tests effectués sur le tissu montrent qu'il date plutôt de 280 à 220 avant J.-C.

Quoi qu'on en pense, le suaire est source de fascination, bien que rarement exposé au grand public. Cependant, une application pour smartphone (The Pope app) permettra aux curieux de voir quelques images de "l'artefact le plus étudié de l'histoire".

Source : http://www.metrofrance.com/info/vatican-le-suaire-de-turin-passe-enfin-a-la-television/mmcC!fA1RjX1rUL4hk/

Suaire de Turin : de nouvelles analyses plus que douteuses



Alors qu'une équipe italienne a annoncé que le Suaire de Turin serait bien contemporain de Jesus, la nouvelle n'est pas toujours reçue avec le recul nécessaire. Outre la marge d'erreur plus que conséquente, les "chercheurs" ont tout simplement utilisé des méthodes qui ne peuvent en aucun cas servir à dater des objets. Retrouvez-ici notre petite explication...

En ce dimanche de Pâques, la nouvelle semblait tomber à pic : selon de nouvelles datations, le Suaire de Turin serait bel et bien contemporain de la vie de Jésus ! Divers médias reprennent l’information et on peut déjà sentir le buzz que cela va créer. Giulio Fanti et son équipe affirment en effet que les précédentes datations au carbone 14 sont erronées du point de vue méthodologique et que la relique date d’entre 300 avant notre ère et 400 après.

Ils se sont servi pour cela des spectrométries Raman et infra-rouge à transformée de Fourier (IRTF), ainsi que des propriétés mécaniques des fibres du suaire. Problème, ces méthodes ne sont en aucun cas utilisables pour obtenir des datations. Ce n’est pas qu’elles ne sont pas assez précise, c’est juste que ce n’est pas du tout à cela qu’elles servent.

Pas de phénomène régulier


Le Raman et l’IRTF permettent de connaitre très précisément la nature des fibres du suaire mais ne donnent aucune information sur un phénomène régulier dans le temps. Or sans cela, aucune datation n’est possible. Pour le carbone 14 par exemple, les chercheurs peuvent obtenir une date car le rythme de désintégration de cet isotope (la demi-vie) est constant et qu’ils peuvent mesurer combien il en reste dans l’objet qu’ils étudient.


Sans surprise, les conclusions de Giulio Fanti sont présentes dans un livre qui vient de sortir et n’ont pas donné lieu à une publication scientifique évaluée par les pairs. Selon les informations présentes dans le communiqué de presse, l’équipe s’est contentée de faire des comparaisons entre divers tissus anciens sur la base de seulement cinq critères. D’autres travaux utilisés dans le livre sont plus rigoureux sur le plan scientifique mais ils ne traitent pas de la question de la datation.

L'argument d'autorité des "analyses"

On a parfois tendance à faire confiance à certaines études du moment qu'elles annoncent avoir utilisé des méthodes de laboratoire compliquées et des "analyses". Hélas ce n'est pas tout d'avoir accès à des spectromètres, il faut aussi savoir s'en servir dans le cadre d'une méthodologie rigoureuse. Ici ce n'est visiblement pas le cas.


En 1988 des datations par carbone 14 avec un protocole extrêmement précis ont indiqué que le suaire datait en fait du Moyen-Âge. Cela n’est guère surprenant car les reliques faisaient alors l’objet d’un vaste trafic, de vols et de fabrications en tous genres. Si l’on assemblait toutes les reliques connues de certains saints, ceux-ci se retrouveraient avec quatre jambes, trois bras, deux têtes... L’Église catholique ne s’y trompe pas. Même si elle apprécie la ferveur et la fascination provoquées par le Suaire, évoqué aujourd'hui même par le Pape, elle se garde bien d’affirmer de façon péremptoire son authenticité.

Source : http://www.maxisciences.com/saint-suaire/suaire-de-turin-de-nouvelles-analyses-plus-que-douteuses_art29086.html
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 31341

Re: Le suaire de Turin

Message par Schattenjäger le Jeu 4 Avr - 16:09

Tant qu'il n'y aura pas d'étude comparative au carbone 14...
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le suaire de Turin

Message par Macha le Jeu 4 Avr - 16:43

Des analyses au C14 ont été effectuées en 1988 par 3 labos au lieu des 7 sélectionnés à l'origine. A Zurich, Oxford et en Arizona. Tout porte à penser que le Suaire daterait du moyen-âge. Mais là encore controverse. Les pollens découverts sur le suaire viendraient du Moyen-Orient, de même que la méthode de tissage. Donc des compars il y a en eu mais malheureusement aucune ne rassemble les scientifiques. Smile


Dernière édition par Macha le Jeu 4 Avr - 20:51, édité 1 fois
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 31341

Re: Le suaire de Turin

Message par Schattenjäger le Jeu 4 Avr - 17:30

Sauf que le Carbone 14 est remise en cause actuellement.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le suaire de Turin

Message par Macha le Jeu 4 Avr - 21:01

Ce n'est pas tant les analyses au C14 qui sont remis en cause, mais les protocoles qui n'auraient pas été correctement suivis par l'un des labos sélectionné. Logiquement lorsque tu préconises une datation au C14 il est nécessaire pour comparer d'avoir plusieurs échantillons pour confirmer ou infirmer. De plus, la datation au C14 n'est pas précise, il reste toujours un écart de+65/-65 ans.

Il faut aussi prendre en compte le fait que le suaire a été manipulé à plusieurs reprises, ça peut donc effectivement "dévier" le résultat.

Par contre l'étude des pollens prélevés sur des tissus peut donner des informations assez fiables, de même que l'étude du tissage du lin.

Etonnant d'ailleurs, sachant qu'il existe des méthodes d'analyses et des techniques d'analyses de plus en plus précises, que Turin ne demande pas de nouvelles analyses dans un labos, à l'institut Max Plank à Leipzig par exemple.

Contenu sponsorisé

Re: Le suaire de Turin

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Dim 20 Mai - 21:40