Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

OVNI dans le ciel de Moselle (témoignage)

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

OVNI dans le ciel de Moselle (témoignage)

Message par Robot U&P le Lun 4 Fév - 13:05

OVNI dans le ciel de Moselle (témoignage)



Je me suis enfin décidé à vous raconter un phénomène étrange que nous avions observé en Moselle en 1981 avec mon épouse. C'est la seule observation digne d'intérêt que j'ai faite durant ma vie. Je n'en ai jamais parlé à personne, mon épouse non plus. Pourtant, ce que nous avons vu est bien étrange. Je n'ai plus les photos, j'ai fabriqué un trucage représentant exactement le phénomène; la vue, la direction, sont les mêmes. Il faisait plus sombre. C'était par une très belle nuit d'été, nous avions décidé de faire une petite balade à Goldwing. Nous roulions doucement, le ciel nocturne était splendide, sans aucun nuage. Vers 23 heures, il faisait encore assez clair, il n'y avait aucun vent, la douce chaleur n'était pas une chaleur pesante, c'était vraiment une nuit agréable. Nous nous dirigions de Saint-Quirin vers Métairies-Saint-Quirin, nous venions d'entamer la petite descente donnant sur la chapelle Notre Dame de Lohr lorsque mon épouse me fit comprendre par un signe de regarder à droite, vers le ciel... Et j'ai vu. Aussitôt, nous garons la moto sur le bas-côté de la route à l'emplacement exact de ce trucage et ce que nous voyons nous laisse sans voix. Il y a là 9 disques de forme ovale allant du jaune à l'orange comme ceux que j'ai mis sur l'image. Ils sont disposés en triangle sans la base. Par rapport à la direction de la moto, ils se trouvent à 2 heures (astuce des pilotes de chasse pour indiquer une direction en se servant des aiguilles d'une montre). Lorsque nous réussissons enfin à nous dire quelques mots, nous faisons une check-list de tout ce que cela pourrait être. Des avions ? Impossible. Les disques sont en position absolument stationnaire, le seul avion capable de se mettre en vol stationnaire est le TR3A ou TR3B mais cet appareil n'existe pas encore en 1981.

Les seuls OVNI humains n'auraient pas pu se trouver là et aucun ne volait réellement. De plus, 9 Avrocar Avro VZ-9V ensemble, ce n'était pas possible puisqu'il n'en a été construit que deux et que l'Avrocar Avro VZ-9V n'a jamais dépassé les 2 mètres d'altitude sans d'écraser. De nouveaux appareils secrets ? Nous dévorions régulièrement les revues scientifiques, si de nouveaux OVNI humains avaient été construits, il y aurait toujours eu des scientifiques pour en parler. Cela ne pouvait pas être d'improbables avions expérimentaux. La foudre en boule ? Cette nuit est d'un calme magistral, à perte de vue, pas le moindre nuage donc pas d'orage. Tout est silencieux, les sphères ne font aucun bruit, pas même un léger sifflement. Nous aurions entendu le tonnerre même à des dizaines de kilomètres. De toute façon, la foudre en boule n'est pas statique, elle se déplace. Cela ne pouvait pas être 9 boules de foudre de forme ovale en position stationnaire. Ce n'était pas encore la mode des lampions thaïlandais, nous envisageons tout de même des lampions mais la position parfaitement immobile des 9 disques élimine les éventuels lampions, ils se seraient déplacés. Des ballons-sonde ? Pourquoi 9 et là encore, il n'auraient pas été immobiles. Des nuages ? Il n'y a aucun nuage dans tout le ciel visible et 9 nuages lumineux de forme ovale, cela ne s'est encore jamais vu. Un phénomène atmosphérique ? Lequel ! Des débris de satellites ? immobiles ? C'est impossible. Des météorites ? Idem. Une hallucination collective à nous deux ? Nous n'écartons pas cette possibilité mais mon épouse m'affirme qu'elle n'est pas devenue une illuminée tout d'un coup et que si je vois bien la même chose qu'elle, ce n'est pas une hallucination. Une galaxie, une constellation que nous n'aurions jamais vue ? Mon épouse était une spécialiste du ciel et connaissait tout ce qui était répertorié dans la carte de la voûte céleste: «Il n'y a aucune galaxie dans ce secteur et la nuit est trop claire, on distingue à peine la Voie Lacée !»

Tout ce qui aurait été capable d'expliquer ce phénomène a été passé en revue, il nous restait encore une possibilité. Dans le prolongement des 9 disques, par rapport à notre position, à 2 heures et à 20 kilomètres à vol d'oiseau, se trouve la base de Phalsbourg-Bourscheid Air Base, une ancienne base de l'USAF construite en 1953 sur les communes de Phalsbourg et de Bourscheid en Moselle. Rebaptisée Camp La Horie après le départ des Américains en 1966, elle est devenue depuis une base stratégique pour le 1er régiment d'hélicoptères de combat. Alors, des hélicoptères de forme ovale en formation stationnaire la nuit ? Parfaitement silencieux ? Pourquoi pas mais nous en doutons. Nous avons tout juste le temps de douter des hélicoptères d'un nouveau genre ne faisant aucun bruit qu'un disque élimine cette hypothèse. L'engin, situé au sommet du triangle, part d'un coup à la diagonale vers la droite (toujours à 2 heures par rapport à notre direction), à une vitesse phénoménale, sans aucun bruit, et se positionne en haut à droite. Il reste ainsi immobile durant environ une minute et repart dans la direction opposée, vers la gauche, à l'horizontal, à une vitesse prodigieuse. Puis, il s'immobilise de l'autre côté du triangle. Aucun hélicoptère n'est capable de telles manœuvres et à une vitesse aussi démentielle. Puis, un autre disque exécute les mêmes manœuvres, puis un autre, bientôt, les 9 disques ont formé une autre figure dans le ciel. Ils restent ainsi quelques minutes immobiles et brusquement, les 9 ensemble regagnent leurs positions initiales puis s'immobilisent à nouveau. Et d'un coup, les 9 engins partent dans la direction de l'espace en s'élevant à une vitesse inouïe et tout a disparu. La trajectoire de la formation ne fait aucun doute, c'est bien vers l'espace qu'ils sont partis, non pas en s'élevant comme des hélicoptères ou des avions, mais comme des lanceurs, à une vitesse qu'aucun lanceur ne pourrait atteindre (1). Le tout dans un silence impressionnant. Nous avons abandonné la balade et nous sommes rentrés.

Pas un seul instant, nous n'avons évoqué des OVNI extraterrestres même si nous y croyions tous les deux. Nous sous sommes contentés d'évoquer des OVNI au sens d'objets volants non identifiés. Bien que des mots nous ont échappé: «Cela pourrait être des engins extraterrestres...» Sans nous être concertés, ni mon épouse ni moi n'avons jamais parlé de ce que nous avions vu. Pour en avoir le cœur net, je suis allé à la base le lendemain -je connaissais des pilotes et des officiers-. J'ai demandé s'il y avait eu des manœuvres avec 9 hélicoptères vers 23 heures la veille. Aucun appareil n'avait décollé cette nuit-là. Alors que je retournais vers la Goldwing, un pilote m'a rattrapé et m'a simplement dit: «Tu l'as vu aussi !» Quelques jours plus tard, un jeune homme est venu me voir. Son épouse, des amis et lui-même avaient vu un étrange phénomène dans le ciel de Moselle. La date et l'heure correspondaient. Je lui ai alors demandé s'il pouvait me faire une description plus précise. Selon l'endroit de l'observation (Troisfontaines en Moselle) et les données sur la direction, il s'agissait sans nul doute du même phénomène. Le jeune homme n'avait pas osé en parler de peur d'être pris pour un fou. Je le connaissais bien, il était parfaitement équilibré, très intelligent et ce n'était pas le genre à inventer de telles histoires. Il ne croyait ni aux OVNI ni aux extraterrestres. Pour lui, ce qu'il avait vu avec son épouse et ses amis était inexplicable.

Nous nous sommes rappelés une étrange histoire qui s'était déroulée quelques années plus tôt exactement au même endroit. Un type, surnommé Marc de Lohr, rentrait chez lui à proximité de la chapelle Notre Dame de Lohr (à Métairies-Saint-Quirin), il avait fini sa cuite dans un bistrot de Saint-Quirin. Il se déplaçait toujours avec son modeste et vieux tracteur agricole rouge. Cette nuit-là, arrivé près de sa petite ferme, au même endroit où nous avons observé notre phénomène, dans la même petite descente, près de la même chapelle, il vit soudain deux immenses phares en face de son tracteur. Il donna un coup de volant pour les éviter, le tracteur a basculé dans le petit talus et s'est retrouvé retourné dans le pré près de la chapelle. Notre Mac de Lohr était hélas écrasé par le tracteur. Quand les gendarmes de Lorquin sont arrivés sur les lieux de l'accident, avant de mourir, il a eu le temps de leur dire: «Une soucoupe volante m'a foncé dessus...» L'homme, réputé pour n'avoir pris qu'une seule cuite toute sa vie -il n'avait pas le temps de dessoûler-, n'a évidemment pas été pris au sérieux et sa tragique épopée fit le tour de la région. On ne connaissait pas les OVNI ni les extraterrestres dans cette contrée. Les blagues douteuses, les railleries, ont circulé dans tous les bistrots. «T'es au courant ? Le Marc de Lohr s'est tué parce que des martiens ont foncé sur son tracteur avec une soucoupe volante...» Et si... Et si ce brave Marc de Lohr avait bien été effrayé par un OVNI (objet volant non identifié). Cela s'est passé exactement au même endroit et à la même heure mais quelques années plus tôt.

1) Nous avions tenté d'estimer l'altitude des objets. Selon l'angle par rapport à la ligne d'horizon, les objets ne devaient pas se trouver à plus de 1000 mètres. Or à cette altitude, les objets auraient dû subir fortement l'attraction de la Terre. Seuls des moteurs auraient pu les empêcher de tomber mais ils étaient parfaitement immobiles et nous n'entendions aucun bruit de moteur, de turbine ou de réacteur (les objets ne devaient pas être situés à plus de 20 kilomètres de nous). Nous avons alors supposé qu'ils étaient peut-être propulsés par des forces magnétiques ce qui aurait expliqué les vitesses prodigieuses dans ces manœuvres brutales. Passionnés d'aviation et de vaisseaux spatiaux (nous connaissions les lanceurs, les vaisseaux Apollo et Columbia, la première navette spatiale américaine lancée le 12 avril 1981 dans les moindres détails), nous savions bien qu'aucun engin humain ne disposait de ces technologies. Aucune formation de 9 Northrop Rockwell B-1 n'aurait pu rester en vol stationnaire.

source - http://michel.mahler.free.fr/News/5672_9_OVNI_dans_le_ciel_de_Moselle_temoignage.htm
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 18 Nov - 9:23