Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

VISITEUR


Free counters!

PUB


Corot, le chasseur d'exoplanètes, ne répond plus

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Corot, le chasseur d'exoplanètes, ne répond plus

Message par Apollyôn le Dim 13 Jan - 20:19



Cette fois, c'en est bien fini de la mission Corot. Tous les essais pour remettre en route le satellite chasseur d'exoplanètes, qui était en panne depuis le 2 novembre, sont restés vains. Retour sur six années d'une riche moisson.

Le 27 décembre 2006, une fusée Soyouz décolle du cosmodrome de Baïkonour, emportant dans sa coiffe un satellite de 670 kg destiné à traquer les exoplanètes. Nommé Corot (pour convections, rotations et transits planétaires), ce projet du Cnes, en partenariat avec le CNRS, l'Esa, l'Autriche, la Belgique, l'Allemagne, l'Espagne et le Brésil, est doté d'un télescope afocal de 27 cm de pupille et d'une caméra à large champ munie de quatre détecteurs CCD ultrasensibles. Corot est alors placé sur une orbite polaire de 896 km : une situation privilégiée qui doit lui permettre de scruter en continu un point quelconque du ciel durant 150 jours, sans la moindre interruption. Outre la détection des exoplanètes rocheuses au moins aussi grandes que la Terre, Corot est également conçu pour faire des études d’astérosismologie (ou sismologie stellaire, l’étude de la structure interne des étoiles autres que le Soleil basée sur leurs mouvements sismiques). Toutes ces observations reposent sur des mesures photométriques fines des variations de luminosité des astres étudiés.

Le 3 mai 2007, Corot découvre sa première exoplanète, Corot-Exo-1b, une planète gazeuse géante située dans la constellation de la Licorne à 1.500 années-lumière de la Terre. Puis, en février 2009, Corot repère Corot-7b, la première exoplanète rocheuse confirmée. Située elle aussi dans la constellation de la Licorne, à 500 années-lumière de la Terre, Corot-7b est une planète cinq fois plus massive que la Terre et tourne en 20,4 heures autour de son étoile.

Fin 2009, une panne survient dans les systèmes de détection du satellite. Pour pallier ce défaut, un dispositif de secours est alors utilisé et la mission est prolongée. Mais le 2 novembre 2012, ce second système devient à son tour inopérant, peu de temps après l'annonce d'une nouvelle prorogation de la mission, jusqu'en 2016. Par ailleurs, chacun de ces deux incidents s'est produit lorsque le satellite a traversé l'anomalie magnétique de l'Atlantique sud, zone où les radiations sont intenses. C'est en effet à cet endroit que la ceinture interne de Van Allen est la plus proche de la Terre. On a ainsi cherché à protéger les engins en orbite qui la traversent : le télescope Hubble éteint ses instruments quand il y entre et un revêtement spécial recouvre la Station spatiale internationale.

Annie Baglin, astronome à l'observatoire de Paris et responsable scientifique de la mission Corot, vient d'annoncer que toutes les tentatives de redémarrage du satellite se sont soldées par un échec. Les techniciens ont même tenté une relance complète de l'instrument, après sa mise en mode survie, courant novembre. Malgré ces efforts, impossible de lui redonner vie : si le traitement des données fonctionne toujours à bord (les mesures télémétriques ont confirmé une élévation de température dans le boîtier électronique qui en a la charge), aucune donnée scientifique n’est transmise vers la Terre.

Le bilan de la moisson réalisée par Corot demeure cependant considérable. Il a permis la découverte d'une trentaine de planètes extrasolaires et d’environ 200 candidates, qui restent à confirmer. C’est d’ailleurs l’un des objectifs que s’est fixés le télescope spatial Kepler.
source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/corot-le-chasseur-dexoplanetes-ne-repond-plus_43894/


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Corot, le chasseur d'exoplanètes, ne répond plus

Message par Apollyôn le Ven 25 Jan - 19:41

Sale temps pour les chasseurs d’exoplanètes. Alors que l’on vient d’abandonner tout espoir d'utiliser à nouveau Corot pour découvrir des superterres habitables par la méthode des transits planétaires, on apprend que le satellite Kepler donne de graves signes de défaillance affectant son contrôle d'attitude. Ce bel instrument pourrait bien ne plus jamais être opérationnel...

La mission Corot est interrompue depuis le 2 novembre 2012, à la suite d’une défaillance de la chaîne photométrique employée pour détecter des transits planétaires. Les ingénieurs et les chercheurs qui l’utilisaient pour chasser des exoplanètes ont annoncé récemment qu’ils avaient perdu tout espoir, devant les échecs répétés des tentatives de redémarrage du satellite. C’est d’autant plus rageant que la mission venait d’être prolongée jusqu’en 2016.

Le cousin de Corot, Kepler, est lui aussi mal en point, bien que l’on ignore encore ce qui va advenir de cette mission dans les semaines à venir. Le problème se situe au niveau des « roues de réaction » équipant le satellite de la Nasa.

Une roue de réaction, comme celles utilisées par le télescope Kepler, est un type de volant d'inertie utilisé dans sondes et satellites afin de modifier leur moment angulaire sans consommer de carburant. En d'autres termes, ce système permet de changer l’orientation d’un engin spatial afin de pointer adéquatement un astre avec un télescope ou une antenne parabolique par exemple.

Pour cela, on doit pouvoir mettre en rotation au moins trois roues de réaction au moyen de moteurs électriques. Cela permet de changer le moment cinétique propre à un satellite qui, par conservation du moment cinétique total, doit se mettre en rotation dans le sens opposé au sens de rotation du moteur et selon un nouvel axe.

Kepler est équipé de quatre roues de réaction dont une n’était plus opérationnelle depuis quelque temps déjà. Cela ne gênait nullement la mission du satellite, puisque cette roue constituait un système auxiliaire de contrôle du pointage de l’instrument utilisé pour détecter des exoplanètes par la méthode des transits.

De fait, comme pour Corot, la mission venait d’être prolongée quand les ingénieurs de la Nasa ont découvert le 11 janvier 2013 une friction anormale au niveau de l’une des trois roues de réaction restantes de Kepler. Celle-ci augmentant avec le temps, il fut décidé de suspendre les opérations scientifiques avec Kepler en mettant le satellite en veille.

Les membres de la Nasa vont ainsi attendre dix jours en espérant que le lubrifiant de la roue se redistribue. Si tout va bien, elle sera à nouveau utilisable et Kepler pourra reprendre sa chasse aux exoplanètes et aux exolunes. Dans le cas contraire, il n’y aura plus en orbite de mission capable de détecter des transits d’exoterres, et la chasse aux exoplanètes va subir un coup de frein. Elle ne s’arrêtera pas pour autant puisqu’au sol, on peut continuer à découvrir des superterres par la méthode des vitesses radiales.
source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/des-inquietudes-pour-kepler-le-chasseur-dexoplanetes_44203/


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Corot, le chasseur d'exoplanètes, ne répond plus

Message par Apollyôn le Jeu 31 Jan - 18:23

Kepler est sauvé et chasse de nouveau les superterres

Bonne nouvelle pour les exobiologistes : Kepler, le chasseur de superterres, est à nouveau opérationnel. Après le « décès » de Corot, on pouvait craindre il y a quelque temps qu’il soit suivi de celui de son cousin de la Nasa. Mais heureusement, un repos forcé de dix jours semble bien avoir permis à Kepler de redevenir manœuvrable.

Le 17 janvier 2013, les ingénieurs en charge du satellite Kepler constataient un inquiétant problème de friction au niveau de l’une des trois roues de réaction restantes de ce chasseur d’exoplanètes. À terme, l'incident risquait d'empêcher de conserver l'orientation de l'instrument vers la portion de la Voie lactée qu’il scrute sans relâche pour découvrir des transits planétaires. Ces roues permettent en effet de corriger des dérives sans recourir à des propulseurs alimentés par du carburant, ce qui allège la charge utile lors d’un lancement.

Kepler avait déjà permis de faire d’importantes découvertes concernant les exoplanètes, notamment en contribuant à l’évaluation de leur distribution en masse et en rayon dans la Voie lactée.

En combinant les observations de son cousin Corot, hélas définitivement inopérationnel, et celles réalisées au sol, on sait maintenant que les planètes rocheuses potentiellement habitables abondent par milliards dans la Galaxie.

Kepler devait permettre d’en apprendre encore plus, et il aurait été désolant que sa carrière s’arrête alors que des fonds supplémentaires pour poursuivre sa quête de sœurs de la Terre jusqu'en 2016 avaient été alloués.

C’est pourquoi dix jours de repos sans prises de données lui ont été imposés. Le 27 janvier, les ingénieurs de la Nasa ont pu constater que ces vacances forcées ont payé. Comme prévu, le lubrifiant dans la roue de réaction qui donnait des soucis s’est bien redistribué, restaurant la capacité d’orientation de Kepler.

Le télescope devrait donc continuer à fournir aux chercheurs (par exemple aux membres du projet Seti) des cibles où l’on pourrait tenter de détecter des biosignatures, et même des technosignatures, dans un avenir pas trop lointain.


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.

    La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 9:25