Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

VISITEUR


Free counters!

PUB


Re-révolution en Egypte ?

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re-révolution en Egypte ?

Message par Apollyôn le Ven 23 Nov - 19:19

Egypte : Morsi renforce ses pouvoirs, l'opposition appelle à manifester

Le président égyptien, Mohamed Morsi, a pris jeudi 22 novembre des dispositions à valeur constitutionnelle élargissant ses pouvoirs, et a limogé le puissant procureur général du pays, a annoncé son porte-parole.
"Le président peut prendre toute décision ou mesure pour protéger la révolution", a déclaré le porte-parole, Yasser Ali, donnant lecture d'une "déclaration constitutionnelle" à la télévision. "Les déclarations constitutionnelles, décisions et lois émises par le président sont définitives et ne sont pas sujettes à appel", a-t-il ajouté.

M. Mahmoud est accusé par plusieurs militants de la révolte de 2011 de continuer à soutenir le régime du président déchu Hosni Moubarak et d'avoir été à l'origine de l'insuffisance des preuves présentées par le parquet dans les procès des anciens responsables.

Mohamed Morsi s'est proclamé "nouveau pharaon" en élargissant ses pouvoirs et en se plaçant au-dessus de la justice, a affirmé l'une des principales figures de l'opposition et Prix Nobel, Mohamed ElBaradei. "Aujourd'hui Morsi a usurpé tous les pouvoirs et s'est proclamé nouveau pharaon d'Egypte. Un énorme coup porté à la révolution qui pourrait avoir d'épouvantables conséquences", a écrit M. ElBaradei sur Twitter.

Plusieurs formations d'opposition ont signé dans la nuit un texte commun pour appeler les Egyptiens à manifester vendredi contre leur président, accusé d'avoir "dérobé au peuple et aux institutions l'intégralité de leurs droits et de leurs pouvoirs".

M. Morsi a décidé de limoger le procureur général, Abdel Meguid Mahmoud, qu'il avait échoué à démettre de ses fonctions le mois dernier. Le procureur général avait été nommé du temps de Hosni Moubarak, renversé en février 2011. M. Morsi, issu des Frères musulmans et élu en juin, avait dû renoncer à l'envoyer comme ambassadeur au Vatican après que M. Mahmoud eut fermement refusé cette nomination.

Cette volonté d'écarter le procureur avait été dénoncée à l'époque par de nombreux magistrats comme une ingérence de l'exécutif dans les affaires de la justice, et avait aggravé les relations déjà difficiles entre la présidence et une grande partie du pouvoir judiciaire.

M. Morsi a également décidé qu'aucune instance judiciaire ne pouvait dissoudre la commission chargée de rédiger la future Constitution, une instance cible de nombreuses critiques de la part des milieux libéraux et laïques ainsi que de l'Eglise chrétienne copte, qui l'accusent d'être dominée par les islamistes.

Le président Morsi dispose déjà du pouvoir exécutif mais aussi du pouvoir législatif, qu'il avait retiré en août dernier au Conseil suprême des forces armées (CSFA). Le CSFA s'était lui-même arrogé le pouvoir de légiférer après la dissolution en juin de l'Assemblée, dominée par les islamistes. Sans députés depuis cette dissolution, l'Egypte est également sans Constitution, celle en vigueur sous M. Moubarak ayant été abrogée après sa chute sous la pression d'une révolte populaire au début de l'année dernière.
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/11/22/egypte-mohamed-morsi-renforce-ses-pouvoirs-et-limoge-le-procureur-general_1794844_3212.html

Egypte : des manifestants incendient trois sièges du parti islamiste

De violentes manifestations ont eu lieu vendredi 23 novembre en Egypte pour dénoncer un décret qui accorde de nouvelles prérogatives au président Mohammed Morsi, accusé par l'opposition de confisquer les acquis de la révolution de 2011 et de se comporter en "nouveau Pharaon".
Au Caire, la place Tahrir a été envahie par des milliers de manifestants demandant le départ de Mohammed Morsi, accusé de mener un "coup d'Etat". La police a tiré des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. Ailleurs dans le pays, trois antennes du Parti de la liberté et de la justice, issu des Frères musulmans, ont été incendiées par des opposants. Des heurts entre partisans et adversaires de Morsi ont fait 12 blessés à Alexandrie.

A l'appel des Frères musulmans, des milliers de partisans du chef de l'Etat se sont rassemblés près du palais présidentiel, brandissant des portraits de Mohammed Morsi.

Renforcé par son succès diplomatique dans l'imposition d'une trêve entre Israël et les Palestiniens de Gaza, Mohammed Morsi, issu du mouvement islamiste des Frères musulmans, a justifié sa décision par sa volonté de "plaire à Dieu et à la nation". "Je prends mes décisions après avoir consulté tout le monde", a-t-il dit. Selon lui, l'Egypte est sur la voie de "la liberté et la démocratie".

Elu en juin premier président civil et islamiste du pays le plus peuplé du monde arabe, M. Morsi s'est arrogé dans une "déclaration constitutionnelle" le droit de "prendre toute décision ou mesure pour protéger la révolution" de 2011. "Les déclarations constitutionnelles, décisions et lois émises par le président sont définitives et ne sont pas sujettes à appel" tant que ne sera pas achevée la nouvelle Constitution, prévue mi-février, selon cette déclaration.

M. Morsi cumule déjà les pouvoirs exécutif et législatif – la chambre des députés ayant été dissoute en juin –, et entretient des relations tendues avec une grande partie de l'appareil judiciaire. Il avait renforcé son pouvoir en écartant en août le ministre de la défense de l'ex-régime, Hussein Tantaoui.

Les avocats, Mohamed El Baradei et Amr Moussa, opposants de poids, ont accusé M. Morsi de "monopoliser les trois branches du pouvoir", et de chercher à "anéantir l'indépendance du pouvoir judiciaire". "Morsi a jeté de l'huile sur le feu au lieu d'agircomme un président pour toute l'Egypte" et conduit le pays vers "un enfer politique" selon M. Achour.

Le décret publié jeudi donne à l'Assemblée deux mois de plus pour rédiger la Constitution égyptienne, ce qui pourrait repousser au mois de février l'achèvement du processus nécessaire à la tenue de nouvelles élections législatives. Le président, qui a limogé le procureur général, a également ordonné la tenue de nouveaux procès pour les responsables de l'ancien régime impliqués dans des violences contre des opposants lors de la "révolution du Nil" de janvier-février 2011, ce qui implique qu'Hosni Moubarak, condamné en juin à la prison à vie, devrait lui aussi être rejugé.

A Genève, le porte-parole de Navi Pillay, haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, a souligné que le décret du président Morsi soulevait de "très graves questions" sur les droits de l'homme. A Bruxelles, l'Union européenne a appelé le président égyptien à respecter le processus démocratique.
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/11/23/manifestations-rivales-en-egypte-apres-les-pouvoirs-elargis-du-president_1795026_3212.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.

anoy
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1369

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par anoy le Sam 24 Nov - 9:48

Par comparaison : la révolution Française,ça été 30 ans de chaos avant que ça commence à se calmer!
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par Apollyôn le Sam 24 Nov - 16:09

LE CAIRE (AFP) - La plus haute autorité judiciaire d'Egypte a dénoncé samedi les nouvelles prérogatives du président islamiste Mohamed Morsi et les juges de la deuxième ville du pays ont annoncé une grève, accentuant le bras de fer avec le pouvoir exécutif.

Sur la place Tahrir, haut lieu de la contestation contre le régime de Hosni Moubarak début 2011, des manifestants hostiles à M. Morsi continuaient samedi un sit-in entamé vendredi soir, et ce malgré des tirs de gaz lacrymogène des forces de sécurité dans la matinée.

A l'étranger, les Etats-Unis et l'Europe ont exprimé leur inquiétude après la décision de M. Morsi, issu des Frères musulmans, de renforcer considérablement ses pouvoirs, alors qu'il cumulait déjà pouvoir exécutif et législatif, l'Assemblée ayant été dissoute avant son élection en juin.

Le Conseil suprême de la justice, réuni en urgence, a qualifié la "déclaration constitutionnelle" annoncée jeudi d'"attaque sans précédent contre l'indépendance du pouvoir judiciaire et ses jugements" et exigé que "tout ce qui touche à la justice" en soit exclu.

Et le Club des juges d'Alexandrie a annoncé une grève ouverte pour dénoncer les nouvelles prérogatives du président, dont il n'est désormais plus possible de contester les décisions devant la justice.

"Le Club des juges d'Alexandrie annonce la suspension du travail dans tous les tribunaux et les bureaux du procureur dans les provinces d'Alexandrie et Beheira (...) jusqu'à la fin de la crise causée par cette déclaration", a annoncé Mohammed Ezzat al-Agwa, président du Club dans un communiqué.

M. Morsi avait également décidé jeudi de limoger le puissant procureur général, Abdel Meguid Mahmoud.

Il a expliqué que le renforcement de ses pouvoirs permettrait d'accélérer les réformes démocratiques. Ces nouvelles dispositions sont censées durer jusqu'à l'adoption d'une nouvelle Constitution, un processus aujourd'hui enlisé et qui pourrait prendre plusieurs mois.

"Nouvelle révolution"

"L'Egypte entre dans une nouvelle révolution car notre intention n'était pas de remplacer un dictateur par un autre", a déclaré samedi matin place Tahrir un manifestant, Mohammed al-Gamal, en allusion à la révolte populaire qui avait renversé Hosni Moubarak en février 2011.

La veille, des milliers de personnes s'étaient rassemblées sur cette place à l'appel de personnalités ou de mouvements laïques et libéraux en criant "Morsi dictateur", et dans d'autres villes du pays, des manifestants avaient incendié des locaux du parti politique issu des Frères musulmans.

Devant le palais présidentiel en revanche, une autre manifestation avait rassemblé des milliers d'islamistes aux cris de "Morsi on t'aime". Dans un long discours à la foule, le président a promis que le pays continuerait sur la voie de "la liberté et la démocratie".

Le Courant populaire, dirigé par le nationaliste de gauche Hamdeen Sabbahi, troisième de la présidentielle de juin, a appelé à une manifestation de masse mardi pour obtenir que M. Morsi revienne sur ses décisions.

D'autres ténors de l'opposition, comme l'ancien chef de la Ligue arabe Amr Moussa et l'ancien chef de l'agence nucléaire de l'ONU Mohamed ElBaradei ont dénoncé les mesures prises par M. Morsi, qualifié de "nouveau pharaon".

A l'étranger, Américains et Européens ont exprimé leur inquiétude de voir ces mesures entraver la démocratisation du pays le plus peuplé du monde arabe.

Washington a rappelé que "l'une des aspirations de la révolution (de 2011) était de s'assurer que le pouvoir ne serait pas trop concentré entre les mains d'une seule personne ou d'une institution".

L'Union européenne a appelé M. Morsi à respecter "le processus démocratique" et Paris a estimé que les décisions prises n'allaient pas "dans la bonne direction".
AFP


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Fissoul
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 713

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par Fissoul le Sam 24 Nov - 18:38

les révolutions peuvent accoucher d'une dictature.... on a vu avec la russie, la chine, même la france durant quelques temps.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30103

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par Schattenjäger le Lun 26 Nov - 8:42

Faire une révolution pour re-foutre des extrémistes au pouvoir... king
avatar
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3514

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par sergent garcia le Lun 26 Nov - 11:51

Juste après 1789...nous n'étions pas un modèle de démocratie non plus. On a mis 200 ans pour..........inventer une COCOE à la Napoléon.


___________________


Sergent Garcia; PZychotérapeute animal et éleveur de blaireaux. Reçoit à toute heure, sans rendez-vous.
N°d'agrémentation Miviludes 666 Z 07-59; Facilités de paiement pour les cas les plus désespérés. Permi d'euthanasier
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par Apollyôn le Lun 26 Nov - 12:16

Heureusement que la CONARE est là pour régler tout ça...


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3514

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par sergent garcia le Lun 26 Nov - 17:56

Il parait que François Hollande à proposé son aide à l'UMP en lui prétant la "Commision du Dialogue"...dévolue à l'origine pour le dossier de N-D des Landes...

Ben oui, après tout, ce petit monde est payé avec nos impôts...



Fin du H.S


___________________


Sergent Garcia; PZychotérapeute animal et éleveur de blaireaux. Reçoit à toute heure, sans rendez-vous.
N°d'agrémentation Miviludes 666 Z 07-59; Facilités de paiement pour les cas les plus désespérés. Permi d'euthanasier
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par Apollyôn le Lun 26 Nov - 20:12

Effectivement, fin du HS...

Le président Morsi et l'autorité judiciaire à la recherche d'un compromis

Le tribunal administratif d'Egypte doit examiner le 4 décembre une demande d'annulation de la "déclaration constitutionnelle" élargissant les prérogatives du président Mohamed Morsi, a annoncé lundi 26 novembre le chef adjoint du Conseil d'Etat. Abdel Meguid Al-Moqannen a affirmé qu'une douzaine de plaintes avaient été déposées devant la justice, notamment par le chef du Club des juges Ahmed Al-Zind, a rapporté l'agence officielle Mena.
M. Morsi a émis jeudi une "déclaration constitutionnelle" affirmant notamment qu'aucune instance judiciaire ne peut contester ses décisions ou lois, le plaçant ainsi au-delà de tout contrôle judiciaire. Le président s'est également accordé le droit de prendre toute disposition qu'il jugerait nécessaire pour "la défense de la révolution", une formulation vague qui, selon ses adversaires, ouvre la voie à une dérive dictatoriale.

M. Morsi a aussi décidé que la Haute Cour constitutionnelle ne pouvait plus examiner les recours contre la commission chargée de rédiger la future Constitution, déposés par de nombreux opposants dénonçant cette commission dominée par les islamistes.

Ces annonces ont provoqué de nombreuses manifestations des deux camps à travers le pays, parfois violentes. Dimanche, un jeune islamiste a été tué devant une permanence des Frères musulmans à Damanhour (delta du Nil). Au total, environ 500 personnes ont été blessées dans des heurts durant des manifestations depuis vendredi.

Le président égyptien devait rencontrer lundi le Conseil suprême de la justice pour chercher à sortir de la plus grave crise depuis son élection. Tandis que le président a répété que ces mesures étaient provisoires, le ministre de la justice, Ahmed Mekki, a laissé entendre que M. Morsi était disposé à restreindre le champ de ses décisions échappant à tout recours en justice, afin de calmer la fronde des juges et la colère de l'opposition.

Dimanche, la Bourse du Caire a plongé de près de 10 % au premier jour de sa réouverture après la publication du décret Morsi. Jamais les valeurs n'avaient accusé une telle baisse depuis la "révolution du Nil" qui a abouti en février 2011 à la chute d'Hosni Moubarak.
source : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/11/26/le-president-morsi-et-l-autorite-judiciaire-a-la-recherche-d-un-compromis_1795728_3212.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par Apollyôn le Mar 4 Déc - 23:55

Mohamed Morsi a quitté, mardi 4 décembre, le palais présidentiel du Caire, près duquel la police affrontait des manifestants participant à une nouvelle journée de mobilisation contre le président égyptien accusé de dérive autoritaire. Le départ de Mohamed Morsi de son palais a été confirmé par plusieurs sources proches de la présidence et de ses services de sécurité.
Des dizaines de milliers d'opposants au chef islamiste de l'Etat égyptien ont coupé des barbelés installés à quelques centaines de mètres du palais pour avancer, avant que la police protégeant le bâtiment ne tire des gaz lacrymogènes. La police a ensuite battu en retraite, permettant aux manifestants de s'approcher du palais. Quelques personnes ont tenté d'en escalader les murs mais en ont été empêchées par d'autres. Le palais présidentiel était encerclé sur trois côtés par les manifestants. "Le peuple veut la chute du régime", "Dégage, dégage !", scandaient les protestataires, parmi lesquels dix-huit ont été blessés, selon un bilan du ministère de la santé.

Quelques centaines de manifestants se sont par ailleurs réunis près du domicile du chef de l'Etat, situé dans une banlieue ouest du Caire, où ils ont scandé des slogans hostiles au décret du 22 novembre et aux Frères musulmans. D'autres se sont rassemblés près de deux mosquées dans le nord de la ville avant de se diriger vers le palais présidentiel.

Le chef de l'Etat, issu des Frères musulmans, est confronté à une vague de contestation grandissante depuis la publication le 22 novembre d'un décret qui empêche toute contestation des décisions présidentielles dans l'attente de l'élection d'un nouveau Parlement. Le président a par ailleurs ratifié samedi le projet controversé d'une nouvelle Constitution approuvé par l'Assemblée constituante dominée par les islamistes et a annoncé la tenue d'un référendum sur le texte le 15 décembre. Les Frères musulmans et leurs alliés du parti salafiste Al-Nour, qui ont organisé une vaste manifestation de soutien au président Morsi samedi, s'estiment en mesure de mobiliser suffisamment d'électeurs pour remporter le référendum malgré l'appel au boycott lancé par plusieurs juges.

Dans une interview à la chaîne de télévision CNN, le premier ministre, Hisham Kandil, a dit que le gouvernement espérait que les choses se calment après la tenue du référendum. La Constitution "n'est en aucun cas parfaite" mais un "consensus majoritaire" s'est formé en faveur de la tenue d'un référendum le 15 décembre, a-t-il ajouté.

Du côté de l'opposition, Mohamed ElBaradei, coordinateur du Front de salut national, a appelé Mohamed Morsi, dans une tribune publiée dans le Financial Times, à abroger son décret, à renoncer à l'idée d'un référendum et à parvenir à un accord sur une Assemblée constituante davantage représentative de la population égyptienne. L'ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique accuse Morsi et les Frères musulmans de "croire qu'avec quelques coups de crayons ils pourront faire replonger l'Egypte dans le coma". "S'ils continuent [dans cette voie], ils risquent de provoquer une éruption de violence et de chaos qui détruira la société égyptienne", prévient-il.
source : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/12/04/egypte-morsi-quitte-le-palais-presidentiel-theatre-d-affrontements_1799893_3212.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4508

Re: Re-révolution en Egypte ?

Message par Robot U&P le Jeu 6 Déc - 8:58

L'armée égyptienne déploie des chars devant la présidence



L'armée égyptienne a déployé plusieurs chars devant le palais présidentiel au Caire après des heurts nocturnes entre partisans et adversaires du président Mohamed Morsi qui ont fait au moins cinq morts, a constaté jeudi un journaliste de l'AFP.

Au moins trois chars lourds et trois blindés légers ont pris position près de l'entrée du complexe présidentiel et sur une grande avenue qui le longe, dans le quartier d'Héliopolis, où des centaines de partisans du président étaient présents en début de matinée.

De nombreux islamistes venus à l'appel des Frères musulmans la veille ont passé la nuit devant la présidence, dormant dans des tentes ou enroulés dans des couvertures.

Le calme prévalait jeudi aux abords immédiats du palais présidentiel, où les manifestants pro-Morsi scandaient des slogans en faveur du chef de l'Etat et conversaient avec équipages des chars et leurs officiers.

Les abords du palais et les rues avoisinantes étaient toutefois encore jonchés de pierres et de bris de verre, avec de nombreuses voitures aux vitres cassées lors des affrontements des heures précédentes.

Ces violences sont les plus graves depuis l'élection en juin de M. Morsi, issu des Frères musulmans.

L'Egypte traverse une grave crise politique depuis un décret du 22 novembre par lequel le président a étendu ses pouvoirs et les a placés au dessus de tout contrôle judiciaire.

L'opposition, qui dénonce une dérive autoritaire du pouvoir, proteste également contre la tenue le 15 décembre d'un référendum sur un projet de Constitution, accusé d'offrir peu de garanties pour les libertés d'expression et de religion et d'ouvrir la voie à une application plus étendue de la loi islamique.

Source: 7s7.be

    La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 14:03