Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Planck sur la piste de l'énigme des protons manquants

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Planck sur la piste de l'énigme des protons manquants

Message par Apollyôn le Ven 2 Nov - 10:04

Une partie des protons de l’univers manque à l’appel selon les données de la nucléosynthèse primordiale. Selon les observations de Planck, ils pourraient bien être dans des filaments de matière entre les amas de galaxies, ce qui confirmerait de précédentes mesures faites dans le domaine des rayons X par XMM-Newton.

Depuis une décennie environ, la cosmologie est entrée dans l’ère de la précision. Pour preuve, deux prix Nobel ont été attribués à des chercheurs ayant fait des découvertes importantes avec le rayonnement fossile et l’énergie noire, comme Saul Perlmutter. Même si l’on ignore encore la nature exacte de l’énergie noire et de la matière noire, les mesures indiquant leur présence à l’aide de différents phénomènes astrophysiques et cosmologiques sont tellement cohérentes et conduisent à une telle concordance des estimations des valeurs des densités de ces composantes sombres de l’univers observable qu’il n’est guère raisonnable de douter de la théorie du Big Bang.

Il ne faudrait pas croire pour autant qu’il n’y a plus mystères en cosmologie. L’un d’entre eux est celui des baryons manquants.

On est capable d’estimer la quantité de protons et de neutrons dans l’univers observable depuis des dizaines d’années à partir de la mesure de l’abondance des noyaux de deutérium dans le cosmos. Dans le cadre des équations de la nucléosynthèse primordiale, cette mesure nous indique qu’il existe deux fois plus de protons et de neutrons dans l’univers que ceux que l’on détecte sous forme d’étoiles et de nuages de gaz dans les galaxies.

Une partie de la matière normale issue du Big Bang devait donc se trouver quelque part, mais où ?

Une explication avancée depuis un certain temps était qu’elle se trouvait dans le milieu intergalactique, plus précisément dans ce qu’on désigne sous le nom de Warm-Hot Intermediate Medium (Whim). Il s’agirait de filaments de matière noire et baryonique connectant les amas de galaxies qui eux-mêmes se regroupent sous forme des structures filamenteuses que l’on a découvertes depuis quelques dizaines d’années.

Ces filaments sont prédits par les simulations numériques tentant de reproduire la formation des grandes structures dans l’univers observable. Malheureusement, concernant la partie de cette toile d’araignée qui serait constituée de matière normale, elle est très difficile à détecter. La composante de matière noire, dominante, n’a été mise en évidence par des mesures que tout dernièrement avec un filament. Pour les baryons, sa densité étant extrêmement faible, la détection serait encore plus complexe s’ils n’étaient à des températures allant de 100.000 à des dizaines de millions de degrés. Un gaz de matière normale aussi chaud doit émettre des rayons X et effectivement, des observations faites avec le satellite de l’Esa XMM-Newton laissaient deviner, bien que de façon par encore concluante, l’existence de tels filaments de matière normale.

Comme le montre une récente publication sur arxiv, un autre satellite européen, Planck, semble bel et bien avoir vu lui aussi des protons manquants sous forme de filaments entre amas de galaxies, en l’occurrence entre les amas Abell 399 et Abell 401.

Deux amas de galaxies proches doivent s’attirer l’un l’autre de sorte que le gaz de baryons du Whim doit y être plus dense qu’entre des amas éloignés. En théorie, une empreinte détectable par Planck dans le rayonnement fossile par l’intermédiaire de l’effet Sunyaev-Zel’dovich (SZ) devait en résulter. Un catalogue de 200 amas détectés par Planck au moyen de l’effet SZ avait précédemment été dressé. Les astrophysiciens ont alors regardé de plus près dans ce catalogue d’abord pour trouver des paires d’amas gravitationnellement liés puis pour analyser plus finement le rayonnement fossile dans la région de la voûte céleste associée à ces amas.

Effectivement, ce qui apparaît comme un pont de gaz chaud à une température de 80 millions de degrés environ a été détecté dans les données de Planck entre Abell 399 et Abell 401. Les mesures étant plus solides que dans le cas de XMM-Newton, elles appuient l’idée que les nucléons manquants, pour le moins une fraction d’entre eux, sont bien dans des filaments du Whim.

Toutefois, la présence de ce gaz entre les deux amas semble un fait solide. Son origine est encore incertaine comme l’explique un des membres de la collaboration Planck : « La question de savoir si ce gaz vient du Whim ou si ce gaz appartenait auparavant à ces amas est toujours débattue ; les simulations numériques suggèrent que ce pourrait être un mélange des deux ».
source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/planck-sur-la-piste-de-lenigme-des-protons-manquants_42278/


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 5:09