Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Découverte en Russie de cellules de mammouth qui pourraient être vivantes

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Découverte en Russie de cellules de mammouth qui pourraient être vivantes

Message par Apollyôn le Mer 12 Sep - 22:04

Des scientifiques russes affirment avoir découvert en Sibérie avec des collègues sud-coréens des cellules de mammouth au noyau apparemment "vivant", qui pourraient peut-être permettre le clonage de ce pachyderme disparu il y a des millénaires de la surface de la Terre.

"Nous avons découvert une vingtaine de bouts de tissus du mammouth, dont certains avec des cellules qui avaient conservé leur noyau apparemment vivant", a indiqué à l'AFP Semen Grigoriev, chef de l'expédition.

Une vingtaine d'explorateurs dont sept Russes de l'Université fédérale de Iakoutie et quatre experts sud-coréens de la Fondation pour la recherche en biotechnologie Sooam, ont cherché tout le mois d'août du matériel utilisable pour le clonage sur une rive de la Iana, à plus de 2.000 kilomètres au nord de Iakoutsk (Sibérie orientale).

Les habitants locaux y trouvent souvent des défenses de mammouth qu'ils utilisent pour l'artisanat ou revendent.

"Le 27 août, après avoir extrait nombre d'os de cerfs ou de rhinocéros laineux, nous sommes tombés sur ce que nous cherchions: à la profondeur de 100 mètres, de nombreux morceaux de substance grasse, gelée dans le permafrost, des poils, des os de mammouth contenant de la moelle et surtout des tissus musculaires, utilisable pour le clonage, selon nos experts sud-coréens", raconte M. Grigoriev.

"Grâce à une solution spéciale qui teinte l'ADN, nous avons pu observer immédiatement sur place avec le microscope électronique que le noyau de certaines cellules de la moelle était bleu, donc vivant", a-t-il ajouté.

Le Sud-Coréen Hwang Woo-Suk, un des pionniers du clonage animal qui participait à l'expédition, "a été plus que satisfait", dit M. Grigoriev.

"Si ce résultat se confirme dans son laboratoire à Séoul, ces noyaux de cellules somatiques qui contiennent le génome complet du spécimen permettront de procéder au clonage du mammouth, comme le prévoit notre accord avec Sooam", a expliqué à l'AFP Sergueï Fedorov, du musée du Mammouth à Iakoutsk.

L'accord signé en mars entre Sooam et l'Université fédérale russe prévoit des recherches conjointes en vue de créer un mammouth, disparu il y a 10.000 ans de la surface de la Terre.

Hwang Woo-Suk est un spécialiste controversé du clonage. Il avait annoncé avoir réalisé deux "premières mondiales" en 2004 et 2005, affirmant avoir extrait des cellules souches d'embryons humains obtenus par clonage.

D'autres généticiens avaient cependant rapidement révélé que le chercheur avait falsifié ses résultats et obtenu accidentellement ces cellules par parthénogenèse et non par clonage.

Le Dr Hwang reste néanmoins l'auteur reconnu du premier chien cloné, baptisé Snuppy, en 2005.

Les bouts de tissus du mammouth retrouvés dans le permafrost sibérien "seront expédiés à Sooam dès le mois d'octobre lorsque nous aurons reçu la permission de les sortir de Russie", a ajouté M. Fedorov.

La première étape du clonage, la plus difficile, sera de restaurer des cellules en isolant des tissus bien conservés, dotés de gènes en bon état.

Ensuite, il faudra transférer le noyau de cellules de mammouth dans des ovules énucléés d'éléphant, dans le but de produire des embryons pourvus d'un ADN de mammouth, qui seraient ensuite placés dans l'utérus d'une éléphante d'Asie.

Les scientifiques admettent que les chances de réussir sont faibles, mais pensent que ce clonage est possible.

Une douzaine d'espèces d'animaux ont été clonés à ce jour, dont des singes et une souris en 1997, des cochons en 2000 et des coyotes en 2011.
AFP


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Découverte en Russie de cellules de mammouth qui pourraient être vivantes

Message par Apollyôn le Jeu 13 Sep - 21:15

Avec la découverte de nouveaux os de mammouth laineux dans le permafrost sibérien, le fantasme d’un ‘parc à mammouths’ clonés a lui aussi refait surface. L’équipe de Semyon Grigoryev, professeur à l’Université fédérale du Nord-Est de Yakoutie, a mis au jour des restes de mammouth laineux, notamment des os contenant de la moelle osseuse, des poils et des tissus mous, à 100 mètres de profondeur, au cours d’une expédition menée dans le nord-est de la province de Yakoutie.

Grigoryev a précisé que des cellules « intactes », comprenant le noyau dans son entier, avaient été découvertes dans le matériel exhumé. Il a précisé à l’agence de presse Reuters qu’une mauvaise traduction avait amené de nombreux médias à parler de cellules «vivantes» au lieu de cellules «intactes». Ce qui n’est pas du tout la même chose : il est possible d’extraire de l’ADN des fossiles, comme l’ont montré les travaux sur l’ADN du mammouth, de l’ours des cavernes ou de l’homme de Neandertal, sans que subsistent dans ces tissus fossilisés des cellules vivantes, capables de se reproduire.

Les échantillons vont donc être envoyés dans un laboratoire pour tenter d’y découvrir ces fameuses cellules vivantes. Et là c’est l’autre point délicat de l’affaire : l’Université de Grigoryev a passé en mars dernier un accord avec le Sud-coréen Woo-suk Hwang, auteur de la plus importante fraude scientifique de ce siècle. En 2004 il avait annoncé avoir réussi à extraire des lignées de cellules souches à partir d’embryons humains clonés. Tous les résultats avaient été fabriqués.

Or c’est bien de cellules vivantes, capables de se diviser dans un milieu de culture, dont les scientifiques ont besoin pour parvenir à cloner un être vivant. Reconstituer l’ADN du mammouth à partir de la séquence de son génome est beaucoup trop complexe et hors de portée des généticiens.

Cependant, la chance de retrouver des cellules vivantes dans un mammouth congelé depuis des milliers d’années dans le permafrost est plus que mince. Semyon Grigoryev le reconnaît lui-même dans ses déclarations à Reuters. Pour que des cellules soient conservées, il faudrait que la température de congélation reste à peu près stable – or le permafrost n’est pas un congélateur contrôlé par un thermostat.

En admettant qu’un un tel trésor cellulaire sorte un jour du permafrost, 10.000 ans environ après sa disparition, il resterait de nombreux obstacles avant de parvenir à cloner le mammouth laineux. Une expérience menée au Japon sur des souris congelées montre qu’il est possible de cloner à partir de tissus congelés sans précautions particulières. Cependant, seules les cellules neuronales étaient suffisamment en bon état pour permettre un clonage, sans doute parce qu’elles sont protégées par davantage de sucres.

De plus le taux de réussite de ces manipulations est faible. S’il est relativement facile de multiplier les expériences sur des rongeurs, réussir une grossesse par clonage sur une éléphante –la seule espèce qui pourrait porter un mammouth- est une autre histoire. Même la fécondation in vitro (FIV) est rare sur les éléphants: la technique est difficile à appliquer sur une espèce dont l’ovulation n’intervient que tous les 5 ou 6 ans… Qu’il soit ou non raisonnable de l’envisager, le «mammouth park» reste un fantasme.
source : http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/fondamental/20120913.OBS2341/mammouth-clone-le-retour-des-annonces-fracassantes.html



___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
-Z-
VIP
VIP

Nombre de messages : 2916

Re: Découverte en Russie de cellules de mammouth qui pourraient être vivantes

Message par -Z- le Ven 14 Sep - 13:05

Encore une fois je vais demander quel est l'utilité de faire des recherches à vouloir cloner des animaux disparus depuis plusieurs milliers d'année ? On en fera un élevage pour la laine et la viande ?

Au lieu de rechercher des thérapies possibles pour certaines maladies aujourd'hui incurables, on dépense le fric des contribuables, on perd du temps avec des choses sans importance...

Personne ne se demande même quel avenir serait réservé à ces animaux qui n'ont plus leur place sur cette planète... Leur temps est révolu... Ils ont vécu, ils sont morts, ainsi va la vie...


___________________


"Tout n'est pas politique, mais la politique s'intéresse à tout" Machiavel

"J'ai l'esprit large et je n'admet pas que l'on dise le contraire" Coluche
avatar
OLOVNI
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 1952

Re: Découverte en Russie de cellules de mammouth qui pourraient être vivantes

Message par OLOVNI le Ven 14 Sep - 17:10

Encore une fois je vais demander quel est
l'utilité de faire des recherches à vouloir cloner des animaux disparus
depuis plusieurs milliers d'année ? On en fera un élevage pour la laine
et la viande ?



C 'est simplement un challenge personnel qui sert de moteur a la recherche .Si les savants travaillaient tous pour le bien commun et pas pour leur gloire personnelle nous ne serions pas dans le même monde
Des découvertes sans rapports avec l'objet de la recherche sont possibles . Elles peuvent déboucher sur certaines thérapies, par esxemple . La sciences progresse ainsi pour un bien ou pour un mal
Au pire,le clonage ne pourrait-il pas être une solution pour repeupler dans le futur une espèce aujourd'hui en voie d 'extinction ?
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 17 Oct - 11:42