Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

Derniers sujets


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par Apollyôn le Sam 1 Sep - 11:09

Le 12 mai 1977, une sexagénaire d’Uruffe est retrouvée calcinée, à l’exception des jambes et d’un bras, intacts. Crime ? Accident ? Suicide ? Les pistes habituelles n’ont rien donné. Trente-cinq ans après, le mystère perdure.

Deux journalistes à Uruffe. L’idée fait frémir dans ce petit village proche de Toul. « On a déjà eu assez de monde dans nos cimetières et dans nos rues comme ça, pas la peine d’en remettre une couche », met en garde d’emblée Jean-Jacques Yung. C’est la spécificité de ce village d’environ 400 âmes, parfois présenté comme maudit après avoir connu au XX e siècle deux affaires au retentissement international. La première en 1956. Cette année-là, le curé assassine sa maîtresse, l’éventre pour en extraire son enfant qu’il baptise, avant de le tuer. Le fait divers défraie la chronique. « À chaque fois qu’on sortait notre carnet de chèques, on nous en parlait. On est même allé jusqu’au Conseil d’État pour essayer de changer le nom de la commune », poursuit celui qui était maire au moment de la seconde affaire, celle de la combustion spontanée. Elle a valu à son frère Marc de recevoir un courrier de la Nasa : « Toutes les hypothèses ont été évoquées, même celles d’un acte extra-terrestre », s’amuse le frangin.
C’était dans la nuit du 11 au 12 mai 1977. En tant que premier magistrat et que pompier volontaire, les deux frères font partie des premiers témoins du drame. Trente-cinq après, ils acceptent de revenir sur les lieux, à l’étage de la mairie-école, occupé à l’époque par Ginette Kazmierczag. Juste en face de l’église et du presbytère. « Le triangle maudit », plaisante José Fays, le maire actuel.
Les souvenirs se bousculent dans la tête de Marc : « Elle se trouvait là, sur le sol, juste derrière l’entrée. À chaque fois que j’y pense, je la revois telle qu’elle était. » C’est-à-dire à moitié calcinée. La tête, toute la section abdominale et le bras gauche réduits à l’état de cendres. Les deux jambes et le bras droit intacts. « Des pompiers disaient qu’il y avait une marionnette dans l’entrée. Moi, j’ai de suite compris qu’il s’agissait de M me Kazmierczag. Cette femme assez corpulente, d’environ 70 kg, avait fondu comme neige au soleil», se souvient à son tour l’ancien élu. La sexagénaire vivait là avec son fils, instituteur au village. Parti passer la nuit chez sa fiancée à Nancy, il avait laissé sa mère seule dans le logement. Réveillée par une forte odeur de fumée à 4h du matin, la voisine donne l’alerte.
Les bas en nylon intacts
Marc se rappelle de l’atmosphère étrange de cet incendie qui n’en est pas vraiment un : « La chaleur était étouffante. Il y avait de la fumée mais pas de flammes. » Aucune propagation n’est constatée. Pas même à la chaise se trouvant à proximité. Seule la partie de parquet sur laquelle repose la dépouille est légèrement roussie. Détail encore plus troublant : ses membres inférieurs sont recouverts de bas en nylon qui n’ont pas fondu !
Refait à neuf après le drame, l’appartement a été longtemps occupé : « J’y ai vécu pendant un an mais ma femme ne supportait pas l’idée », raconte Marc, avant de préciser qu’à chaque fois qu’il rentrait chez lui, il avait le réflexe d’enjamber l’endroit maudit. « Ma fille y a habité mais je ne lui ai dit qu’à la fin. Ici, la population entretient savamment le secret », reconnaît le maire en exercice. Uruffe a tourné la page. Aujourd’hui, l’endroit sert d’annexe à l’école, pour l’informatique et la cuisine. Ce qui ne choque pas Sophie Cavalier, l’institutrice : « Ce sont des élèves qui m’ont raconté cette histoire. Quand j’ai été nommée à Uruffe, on m’a plutôt parlé de l’affaire du curé. » On y revient. « Que voulez-vous, Uruffe est un pays pas comme les autres, c’est d’ailleurs devenu notre devise », confesse le premier magistrat. L’omertà a beau fonctionner à plein régime, elle n’empêche pas chacun de continuer à s’interroger. « On a dans le ventre une vraie usine à gaz. Si tout cela se dérègle, pourquoi pas une combustion spontanée ? » conclut José Fays.
http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2012/07/21/combustion-spontanee-uruffe-s-interroge-encore

Les premiers cas de combustions spontanées sont évoqués au XVII e siècle. Mais à l’époque, la vindicte populaire ne s’embarrasse pas en conjectures. Le feu, châtiment réservé aux démons et aux jeteurs de sorts, est considéré comme l’expression de la colère de Dieu. Genre « ceux qui brûlent l’ont bien mérité ! »
L’enquête sur la mort de Ginette Kazmierczag a été prise beaucoup plus au sérieux. Accident, suicide, meurtre ? Les enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie de Nancy ont balayé les trois pistes habituelles en pareil cas. La thèse criminelle est rapidement évacuée. Toutes les issues étaient fermées de l’intérieur, ce qui obligea les pompiers à casser une vitre de l’étage pour rentrer. Très vite, les scientifiques arrivent aussi à la conclusion qu’une intervention humaine aurait nécessité une exposition à un chalumeau – plus de 3 000 °C pendant deux heures – pour obtenir le résultat constaté.
Car il faut attendre le XVIII e siècle pour voir apparaître des hypothèses plus rationnelles. On incrimine l’eau-de-vie camphrée dont s’enduisent certaines personnes, les gaz inflammables produits par les cadavres, les gaz intestinaux, le phosphore présent dans le corps, l’alcoolisme chronique. Mais mises à l’épreuve des faits, ces hypothèses semblent bien fragiles. Pourquoi des parties du corps sont-elles réduites en cendres alors que d’autres restent intactes ? Pourquoi des morceaux de vêtements sont-ils épargnés ? Pourquoi les températures nécessairement extrêmement élevées ne causent que peu de dégâts alentour ? Pourquoi le feu ne se propage-t-il pas ? Face à tant d’interrogations laissées sans réponses, le paranormal et son lot d’hypothèses fantasmagoriques prennent parfois le dessus. Comme l’attaque d’extra-terrestres. Ou le suicide psychique. Des personnes se sentant délaissées pourraient subconsciemment mettre en action une énergie émettant une chaleur intense au point de se détruire.
L’explication scientifique la plus plausible a consisté à étudier la combustion de la graisse humaine (plus rare aux extrémités, parties fréquemment épargnées). Dans des conditions très précises, soit une température de 250°C et le maintien dans les lieux d’une température ambiante d’au moins 24 °C, elle peut déboucher sur des calcinations de ce genre. Avec cependant une question sans réponse : qu’est-ce-qui déclenche le processus ?
http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2012/07/21/a-chaque-siecle-ses-explications


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par canon le Sam 1 Sep - 14:07

etrange que les bas en nylon de la victime n'ont pas été brulés ou meme abimés.
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 5040

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par Achim le Sam 1 Sep - 17:31


Depuis longtemps, j'avais avancé l'idée d'une combustion du phosphore des os, due à un désordre métabolique, mais peu y croient. Peut-être en effet la graisse...

Et le psychisme est peut-être un facteur mésestimé.

avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par Apollyôn le Sam 1 Sep - 18:42

Le problème avec l'effet chandelle c'est que je doute que la combustion de la graisse laisse l'environnement intact... et en général, la graisse fondue et enflammée ça n'est pas particulièrement propre. En outre pour réduire des os en cendre il faut atteindre des température supérieures à 1600 degrés, en-dessous les os restes à l'état de morceaux calcinés. Les muscles et les entrailles sont gorgés d'eau et ne brûlent pas si facilement que l'on veut bien le croire, le coeur notamment est très résistant et l'on possède de plusieurs témoignages de bûchers médiévaux desquels on a pu retirer des coeurs non calcinés, ainsi que parfois les intestins, alors que le reste du corps avait été réduit en ossements brûlés, comme ce fut le cas pour Jeanne d'Arc. Du coup j'ai du mal à imaginer un foyer capable de réduire en cendres un torse humain, os compris, uniquement alimenté par quelques kilos de graisse, sans que la fusion de la graisse ne se propage aux cuisses, et surtout qui laisserait intact un bout de nylon à quelques centimètres de là... et dans tous les cas resterait le problème du déclencheur du feu.

Achim, pour le psychisme, tu penses aux cas d'hyperthermie observés chez certains saints ?


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 5040

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par Achim le Sam 1 Sep - 19:06


Oui !
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par canon le Sam 1 Sep - 19:24

une idée interressante est un dereglement ( emballement ) des mitochondries ( qui fournissent l'energie calorifique aux cellules). ainsi , le corps brule de l'interieur.

cela conincide avec le fait que des membres soient intacts, car leurs mitochondries n'ont pas été dereglées
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8388

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par casseron le Sam 1 Sep - 19:51

Canon, les membres ne sont pas toujours intacts, les pieds des fauteuils souvent....

anoy
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1623

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par anoy le Lun 3 Sep - 19:17

Je ne me rappelle plus le titre de l'ouvrage qui recense ces phénomènes...mais je pense que le corps humain a des capacités insoupçonnés...et dans certaines circonstances est capable de "choses" qui dépassent l'entendement!

hocine
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1203

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par hocine le Ven 7 Sep - 13:36

Je crois que cette affaire de combustion spontanée est un peu résolue pour moi ..

Je m’explique, il y a quelques jours une vague de chaleur exceptionnelle s’abattit dans le région, la température dépassait quelques fois les 42 degrés, il y avait des pics de consommation électrique ce qui entrainaient des coupures fréquentes électriques dans plusieurs quartiers de la ville, surement tous les climatiseurs de la ville étaient service.

Ce soir là le quartier ou j’habite tomba on panne de courant dans le noir suite à l’une de ces coupures électriques, nous avons utilisé des bougies pour le repas du soir ou pour circuler aussi dans la cuisine et les chambres sous une canicule d’enfer , pas de télévision ni climatiseurs en service , mes fils après le repas chacun regagnèrent dans la nuit leur chambre , ils prenaient avec eux des bougies , je leurs recommandais de ne pas mettre les bougies allumées sur des tables en bois sauf s’ils sont posées sur des plateaux ou candélabres et pas prés des rideaux de fenêtres pour éviter les risques d’incendie .

Nous habitions une maison de plusieurs chambres avec deux cours, tous les portes et fenêtres restèrent ouvertes la nuit, vers 4 heures du matin je n’est pas pût dormir avec cette chaleur, je me suis levé pour vérifier le disjoncteur électrique si je l’ai oublié à l’arrêt et peut être le courant électrique s’est rétabli , il n’on n’est rien pas d’électricité ,on regagnant ma chambre et on passant prés de la chambre de mon fils ( 26 ans ) j’ai remarqué par sa porte ouverte qu’il a allumé une bougie et il la posée directement sur le siège d’une chaise en polypropylène blanc ( plastic dure ) prés de son lit et il parlait à quelqu’un d’autre avec son portable , je me suis arrêté et je l’appelais pour qu’il retire cette bougie du siège de la chaise et qu’il la mettra un peu plus loin sur plateau ou même sur une assiette sinon il va risquer de créer un problème avec cette bougie sur cette chaise en plastic , il me répondra pas de problème il éteindra dans un moment .

Il était un plus de quatre heure, Je regagnais ma chambre et je me suis endormi, et vers un plus de 6 heures du matin, j’entendis des cris avec il y a du feu, du feu !! J’ai marqué un temps de quelques secondes je me suis dit je rêve ou quoi !! Mais non je ne rêve pas ,j’ai vu le reflet des flammes sur les vitres de la portes donnant sur la cour ,il ya le feu je me suis levé avec ma femme avec précipitation , les autres filles et fils sortirent aussi de leurs chambres , c’est mon fils qui criait au feu ,il avait même de la fumée noire sur son visage , il s’est laissé endormi après avoir conversé avec une autre personne avec son portable et il a oublié la bougie allumée sur le siège de la chaise en plastic , la bougie s’est consommée et le siège de la chaise en plastic a pris feu par la flamme de la bougie qui avant de se consumer elle a transmise le feu sur la chaise qui elle a transmise ce feu sur le lit et le matelas de mon fils qui étaient proches de la chaise en plastic , le feu avait pris aussi sur une partie de la peinture du mur par le matelas qui brulait , mon fils était un peu étourdi par la fumée inhalée dans son sommeil , par la fumée de la chaise qui se consommait par le feu , il n’a du son salut que par un effort on se laissant tomber de son lit avant qui ne soit atteint par le feu de son lit et matelas en feu , il regagna en rampant la sortie de sa chambre vers la cour ,heureusement il s’on est sorti sans blessures de ce feu .

A coups de bidon d’eau et tuyau d’arrosage toute la famille à participé à éteindre le feu qui commençait à prendre de l’ampleur, une forte fumée irritante et piquante à la gorge de la chaise en polypropylène persista dans l’habitation, heureusement mon fils a laissé la porte ouverte de sa chambre et malgré qu’il était au bord de l’évanouissement il réussit à s’on sortir en rampant au niveau du sol là ou la forte fumée était moindre.

Après que l’incendie fut éteint et la fumée s’est dissipée j’ai vérifié les parties carbonisée par l’incendie, la chaise en polypropylène complètement carbonisée seule une partie de l’un des quatre pieds resta un peu en l’état sans brulures ,matelas , draps , une partie du lit en en bois et prés d’un mètre carré de la peinture du mur brulés et même une partie du lustre d’éclairage de la chambre en partie grillé ,j’ai remarqué pas de trace de bougie ,c’est vrai elle s’est consumée la première mais après qu’elle a transmis le feu à la chaise et de là la aux autres parties qui se sont incendiés , la chaise en plastic ne resta que des sortes de fils rentrant dans la fabrication de ces chaise et qui tombaient en cendres au toucher .

Cette chaise en cendre me rappela quelque chose , mais oui j’ai vu des photos et ce qu’on disait sur des personnes mortes par combustion spontanée , il doit y avoir une cause comme celle de l’incendie de la chambre de mon fils , une chaise en polypropylène ( plastic) comme celle qui était atteinte par une flamme de bougie et qui a provoqué un incendie avec des dégâts et qui pourront entrainer des risques graves corporels pour des personnes âgées , une allumette mal éteinte tombée au sol prés d’un fauteuil en cuir synthétique ou en bois vernis ou un éclat de brindille enflammée d’un éclat de bois prés d’une cheminée pourra entrainer un incendie « localisé » que sur l’endroit ou une personne malade ou à moitié paralysée qui elle là exposée dans son fauteuil ou sa chaise qui prendra feu , paniquées ces vielles personnes resteront là paralysée par la peur , paniquée voyant leurs corps qui prenaient feu , seule sans aucun secours ils finiront par mourir .Les éléments qui ont provoqué l’incendie par exemple bougie , allumette , brindille de bois enflammée etc.… peuvent disparaitre dans l’incendie et on se perd dans la cause de l’incendie .

(L’incendie de la chambre de mon fils s’est déroulé au petit matin du 15 de ce mois d’aout 2012)
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8388

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par casseron le Ven 7 Sep - 15:39

Sincèrement Hocine, tu devrais te renseigner sur les combustions spontanées anciennes, ça t'éviterait des conclusions peu pertinentes...

hocine
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1203

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par hocine le Ven 7 Sep - 21:31

Salut Casseron ,

Oui, j’ai dit pour moi tout au début du post précédent que cette question de combustion spontanée est un peu résolu pour moi ,bien sur jusqu'à preuve du contraire . Wink

jdomremy
newbie
newbie

Nombre de messages : 3

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par jdomremy le Dim 16 Sep - 9:51

Bonjour,
Habitant le secteur d'Uruffe, je signale que le village a toujours connu des manifestations pour le moins curieuses, dont une malédiction qui semble frapper les prêtres de la commune!
On se souvient encore de l'affaire du curé d'Uruffe, fait sordide qui a défrayé la chronique judiciaire des années 60.
avatar
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3658

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par sergent garcia le Dim 16 Sep - 17:29



___________________


Sergent Garcia; PZychotérapeute animal et éleveur de blaireaux. Reçoit à toute heure, sans rendez-vous.
N°d'agrémentation Miviludes 666 Z 07-59; Facilités de paiement pour les cas les plus désespérés. Permi d'euthanasier

jdomremy
newbie
newbie

Nombre de messages : 3

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par jdomremy le Dim 16 Sep - 18:36

Il y a eu bien sûr la célèbre affaire du curé d'Uruffe qui a engrossé une jeune paroissienne, et l'a tuée alors qu'elle était à terme, a sorti le bébé, est allé le baptiser à l'église, puis l'a massacré au couteau...
Ses deux prédécesseurs étaient morts dans l'église, un retrouvé en bas de l'autel, et l'autre tué par la chute du crucifix!
Visiblement, l'église portait malheur aux prêtres.
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par canon le Dim 16 Sep - 20:08

pinaise ! un curé tue horriblement.....cela change de la pedophillie.

a quand le traffic de drogue ( non psychologique )?

Contenu sponsorisé

Re: Combustion spontanée : Uruffe s’interroge encore

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 18 Juin - 11:51