Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Pecquencourt : des traces millénaires retrouvées au Barrois

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Pecquencourt : des traces millénaires retrouvées au Barrois

Message par Apollyôn le Sam 21 Juil - 21:10

Sur la ZAC de Barrois la présence humaine remonte au minimum à plus de 2 500 ans. Gaulois puis Romains ont vécu sur le site depuis l'an 450 avant notre ère.

La ZAC de Barrois, d’environ 100 hectares, est depuis février 2012 l’objet de fouilles préventives. Hors intempéries, elles sont programmées jusqu’à la fin août.
Il y a été trouvé du matériel lithique, silex préhistorique taillé de type lames, lamelles, haches polies et des déchets en nombre conséquent ce qui atteste l’attractivité des lieux au moins depuis la période néolithique soit il y a environ 10 000 ans.
Sylvie Rorive, chargée d’études à la direction de l’archéologie préventive de la CAD (communauté d’agglomération du Douaisis), peaufine : « sur l’ensemble des quatre sites intéressants de nombreuses traces prouvent l’occupation, datant du second âge de fer, de l’an 450 à l’an 400 avant notre ère puis du Haut empire romain de la fin du Ier siècle au IIe siècle de notre ère. » De la Tène ancienne par une grande quantité très variée de fragments d’écuelles, de jattes, de gobelets, de pots… aux décors prononcés : incisés, digités, peignés et des traces de peinture. L’occupation romaine se justifie, a priori, par un ensemble agricole composé de plusieurs bâtiments de tailles diverses à partir de 7 mètres sur 12.
Des poteaux, des pieux, formaient l’ossature destinée soit à l’habitation, à la bergerie ou à l’étable faites de torchis et de bois. Une ferme donc de type agropastorale (agriculture et élevage) d’autant que le site est structuré par des fossés qui délimitent les parcelles. Cet ensemble montre des similitudes avec les modes de constructions utilisées durant la même période dans les plaines sableuses flamandes belges, mais ceci reste à déterminer. On y a cependant retrouvé de nombreux fragments de gros stockages de céréales en céramique romaine.
Ont également été découvertes quelques modestes structures d’incinérations humaines de la période préhistorique et gallo-romaine. Autres objets aussi déterrés, des pintes de flèches en silex, des boules de fronde en terre cuite, des fragments de pesons de métiers à tisser et de meules à grains romains. Mais encore des grattoirs en silex, des perles, un fragment de bracelet en pierre, un vase gaulois…
Pour conclure, Sylvie Rorive, affirme : « Ici, sur la ZAC de Barrois, nous sauvegardons les derniers vestiges d’une occupation ancienne qui devait s’étendre bien au delà vers le Nord en limite aussi de la zone tourbeuse de Vred. »
source : http://www.lobservateurdudouaisis.fr/21072012pecquencourt-barrois-archeologie-fouilles.media?a=3731


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 22 Mai - 0:26