Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Des siècles d'histoire sous 50 cm de terre

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Des siècles d'histoire sous 50 cm de terre

Message par Apollyôn le Sam 21 Juil - 21:08

Esclavolles-Lurey (Marne)- Les fouilles de l'Institut national de recherches archéologiques préventives ont permis de découvrir une nécropole mérovingienne, une sépulture de l'âge de bronze et des habitations gallo-romaines

Depuis le 14 juin, les archéologues de l'Inrap fouillent minutieusement un terrain d'Esclavolles-Lurey situé à la pièce de Bécheret. À une cinquantaine de centimètres sous le niveau du terrain naturel, les archéologues ont mis au jour des sépultures, découvert les traces d'habitations, des céramiques. 725 structures au total dont 600 trous de poteaux ! Après deux mois de travail, Arnaud Rémy qui dirige le chantier y voit plus clair : « Ce site renferme en réalité les traces de trois époques différentes. Nous avons un enclos de 18 mètres de diamètre avec une sépulture centrale datant de l'époque du bronze final, soit entre 1400 et 800 avant Jésus-Christ, une nécropole mérovingienne (VIe siècle) et des traces d'une occupation antérieure datant de la fin de l'époque gallo-romaine », indique-t-il.



À l'entrée du site, au milieu d'habitations récentes, un vaste enclos accueille une sépulture délimitée par un coffrage en blocs de grès qui contenait quelques ossements. « Il est remarquable par son architecture très massive », indique Arnaud Rémy. « Trois découvertes de ce type ont déjà été réalisées. Mais elles sont anciennes et peu documentées », souligne Sandrine Thiol. Malheureusement, la tombe a été pillée et le riche mobilier habituellement retrouvé dans ce type de sépulture a disparu, à l'exception d'une petite tige en bronze et de trois céramiques de petites tailles.



Quant au squelette, très partiel, il n'a livré pour le moment que peu d'informations. « En l'absence de crâne et de bassin, difficile de dire s'il s'agit d'un homme ou d'une femme. On peut penser que le sujet était âgé puisqu'il avait pas mal d'arthrose », ajoute Sandrine Thiol.



Un peu plus loin, Catherine Perrier effectue des relevés sur une sépulture de la nécropole mérovingienne. Une soixantaine de sépultures de ce type a déjà été mise au jour. Avec certains squelettes, des perles en ambre, des chaînettes en fer, des perles en pâte de verre, des bracelets en argent ont été trouvés. « Nous avons ici l'intégralité d'un cimetière, ce qui est assez rare », souligne Arnaud Rémy. « Cela va permettre de mener des études sur une population dans son ensemble. » Une datation au carbone 14 permettra de préciser sur quelle période a été utilisé ce cimetière. Cet hiver, les anthropologues mèneront des études sur les maladies, le niveau de vie, le mobilier…
Au même endroit ont également été retrouvés quatre vases en céramique renfermant les dépouilles de très jeunes enfants. Mais celles-ci dateraient de la fin de l'époque gallo-romaine et seraient à rapprocher des trous de poteaux découverts. Les archéologues pensent qu'ils indiquent la présence d'habitations. Cette hypothèse est étayée par la présence de céramiques domestiques.
Pour démêler les époques et les différents espaces, un long travail sera encore nécessaire. « On va essayer de cartographier les lieux. Un bâtiment apparaît déjà clairement, poursuit Arnaud Rémy. Des photos aériennes prises récemment grâce à un ballon devraient nous y aider. »
Bien avant que les conclusions ne soient rendues « une année d'études est prévue », le terrain aura été rendu à ses propriétaires et des habitations y seront en construction.
source : http://www.lest-eclair.fr/article/a-la-une/des-siecles-dhistoire-sous-50-cm-de-terre


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Des siècles d'histoire sous 50 cm de terre

Message par Apollyôn le Dim 29 Juil - 15:55

Les archéologues de l'Inrap terminent cette semaine une fouille à Esclavolles-Lurey au sud de Sézanne dans la Marne. Sur place, un enclos funéraire avec sépulture datant de la fin de l'âge du bronze (-1400 à -800), une occupation domestique de la période gallo-romaine (IVe-Ve siècle) avec quatre sépultures d'enfants, et une nécropole mérovingienne (VIe- VIIIe siècle) comportant près de soixante-dix sépultures.

On sentirait presque une pointe de déception dans leurs propos. Pourtant les archéologues de l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) ont devant eux une magnifique sépulture située au milieu d'un enclos de 18 mètres de diamètre. Une configuration assez rare remontant à la période du bronze final mise au jour sur des fouilles en cours à Esclavolles-Lurey, aux confins de la Marne et de l'Aube.
Si Arnaud Rémy et son équipe restent mesurés, même s'ils ne boudent tout de même pas leur plaisir, c'est que la sépulture aristocratique avait un potentiel énorme. Mais elle a sans doute été visitée ne laissant plus grand-chose aujourd'hui sur place.
« Lors des quelques découvertes anciennes de ce type d'enclos et fosse centrale, il y avait pas mal de jolis mobiliers dedans, souligne Sandrine Thiol, anthropologue à l'Inrap. Ici, il n'y a que quelques céramiques et petits objets sur le fond. On voit que bien que le squelette a été manipulé. Il manque le bassin et la tête. »
Le pillage de cette tombe ne semble donc faire aucun doute pour cette spécialiste mais pas récemment comme on pourrait le croire. « Cela a dû se faire à l'époque, peu de temps après l'inhumation car la tombe est encore homogène aujourd'hui. On peut supposer qu'elle a été pillée quand on y avait encore un accès facile. A la période de l'âge de bronze, les funérailles se passaient en plusieurs étapes. On inhumait d'abord le corps du défunt puis on le manipulait un peu plus tard avant de refermer totalement la tombe. Est-ce à ce moment ou un peu après que le pillage a eu lieu ? »
Même s'ils n'ont pas trouvé de trésors au fond de la sépulture, cette présence ancienne est source de nombreuses satisfactions pour les archéologues. « Le coffrage est composé de blocs de grès, le tout dans une architecture assez remarquable, souligne Arnaud Rémy, le responsable de la fouille. Souvent on a des enclos mais pas de sépulture au centre comme cela. C'est peu courant. »
Trois découvertes très différentes sur le même site
Difficile par contre de savoir qui était l'occupant des lieux. Un homme ? Une femme ? L'absence de bassin et de tête rend complexe l'identification. Tout juste sait-on que le sujet avait pas mal d'arthrose ce qui pourrait laisser supposer qu'il ne s'agissait pas d'un jeune homme. Les fouilles sur le site Esclavolles-Lurey ont également permis de relever des traces d'une occupation domestique du site à la fin de la période gallo-romaine. Impossible de définir pour l'instant précisément ce qui s'y trouvait mais pas moins de 600 trous de poteaux ont été recensés (pas forcément tous de la même période). Par ailleurs, quatre sépultures d'enfants périnataux (moins d'un mois) ont été découvertes dans des vases.
A ces deux découvertes sur des périodes très différentes s'ajoutent celles de la nécropole du haut Moyen Âge. Ce qui fait du site d'Esclavolles-Lurey un endroit particulièrement intéressant pour les archéologues. Entamées à la mi-juin, suite à un diagnostic réalisé en 2008, les fouilles doivent se terminer en ce début de semaine. Six à huit personnes auront travaillé en permanence sur les lieux. Restera à tirer les enseignements de tout ce qui aura été analysé sur place. Arnaud Rémy se donne environ un an pour cela.

source : http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/des-sepultures-mises-au-jour-dans-le-sud-de-la-marne

C'est une des belles surprises des fouilles réalisées à Esclavolles-Lurey. Sur une partie de la zone, les archéologues de l'Inrap ont mis au jour une nécropole du haut Moyen-Age, datant de la fin de la période mérovingienne et du début du Carolingien. « Le diagnostic effectué en 2008 avait relevé la présence de 3-4 squelettes, raconte Arnaud Rémy, responsable des fouilles. Nous en sommes à 65 sépultures ! Ce qui est tout particulièrement intéressant, c'est que nous avons a priori un cimetière dans son intégralité. C'est rare. Cela va permettre d'étudier de façon détaillée et complète une population, son état sanitaire, les maladies, les habitudes… »
A noter que la nécropole présente un nombre plus important de bébés, d'enfants, qu'à l'accoutumée. Une de ses particularités réside également dans sa configuration. Là où habituellement les tombes sont étalées sur une grande surface, elles sont ici regroupées sur un petit périmètre. « A l'époque les gens ont peut-être été contraints de faire ainsi en raison de délimitations physiques. Ils ont peut-être aussi voulu se rapprocher de quelqu'un, de quelque chose d'important. Mais nous n'avons pas retrouvé de traces particulières dans ce sens. » C'est le mobilier trouvé dans les tombes qui a permis de dater la nécropole, les premiers squelettes remontant au VIe siècle. Ont ainsi été découverts par les archéologues de l'Inrap des perles en ambre, des chaînettes en fer, des fibules, des bracelets en argent ou encore de vases en céramique. Tout un ensemble qui, comme l'explique Arnaud Rémy, va permettre « une bonne appréciation de la population » qui vivait sur place à l'époque.

source : http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/une-imposante-necropole-du-haut-moyen-age


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 21 Fév - 8:24