Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Haute-Loire : l'histoire vellave se dévoile sous le contournement du Puy

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Haute-Loire : l'histoire vellave se dévoile sous le contournement du Puy

Message par Apollyôn le Ven 20 Juil - 19:02

Des vestiges datant des époques gauloise et romaine ont été mis au jour à l'issue de fouilles archéologiques menées sur le site des "Reliades", en marge des travaux du contournement du Puy. Des découvertes qui illustrent le lien intime qui unissait, aux périodes protohistoriques et antiques, le monde des morts et le monde des vivants… De quoi apporter une nouvelle pierre au fabuleux édifice de l'histoire du Velay.



De mai à octobre, les archéologues de la société Archeodunum, opérateur d'archéologie agréé par le ministère de la Culture et de la Communication, en association avec les terrassiers de La Forézienne, travaillent pour mettre au jour les vestiges archéologiques enfouis dans le sol de la commune du Puy-en-Velay, au lieu-dit “Les Reliades”. Depuis deux mois, les pelles mécaniques s’activent pour ouvrir la terre et révéler les témoins d’une fréquentation dont l’origine remonte au moins à l’âge du Fer (800 – 30 avant notre ère).

L’histoire de ces recherches commence dès l’automne 2010. Afin d’éviter toute découverte fortuite qui pénaliserait le déroulement des travaux du contournement de l'agglomération du Puy-en-Velay par la RN 88, les archéologues de l’Institut national de recherche archéologique préventive (Inrap) sont intervenus pour diagnostiquer la présence de vestiges archéologiques. En creusant des tranchées de sondage, ils ont ainsi pu mettre en évidence,
au lieu-dit "Les Reliades", un secteur sur lequel les témoins d’occupations humaines successives se sont avérés les plus importants : vestiges d’habitations gauloises, restes de bâtiments d’époque romaine, témoins d’aménagements agricoles… Au terme de cette opération, un rapport a été remis au Service régional d’archéologie (DRAC). Ce dernier, soulignant l’intérêt historique de ce secteur, a demandé à ce qu’une fouille soit réalisée, afin de sauvegarder "par l’étude" les vestiges menacés par la construction du contournement.
Ces travaux constituent une aubaine pour écrire une partie de l’histoire locale : en effet, depuis le développement de l’archéologie préventive et la possibilité de mener des fouilles sur de grandes surfaces, nos connaissances sur l’histoire locale et nationale, de la Préhistoire à nos jours, ont réalisé un bond en avant phénoménal, et les fouilles réalisées aux Reliades, dans le cadre de l'opération du contournement par la RN 88, participent complètement à cet élan.

Suite à l’appel d’offres lancé en 2011 par la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Auvergne (DREAL), c’est donc un groupement composé des sociétés Archeodunum et La Forézienne, qui a été choisi par le maître d’ouvrage pour mener à bien ces travaux. Les fouilles, entamées en mai, ont déjà révélé des nombreux témoins d’une occupation qui s’étend sur plusieurs millénaires, de l’âge du Fer à la période moderne. Toutes les périodes concernées – gauloise, romaine, médiévale, moderne – ont imprimé leur marque dans un paysage fortement modelé par l’homme. Dès l’Antiquité, la présence de drains indique que ce secteur a fait l’objet d’une exploitation agricole qui ne se démentira pas jusqu’à nos jours. La mise en place de terrasses et d’un chemin, sans doute dès l’Antiquité ou le Moyen-Âge, a permis une meilleure valorisation de ce terrain en pente. À partir de ces données de terrain, combinées aux approches du géomorphologue (étude de la formation du terrain), du palynologue (étude des pollens) et du diatomiste (étude des algues), les archéologues seront en mesure de reconstituer, siècles après siècles, l’évolution du paysage : cycles de déforestations et de mises en cultures, fluctuation des eaux du marais, aménagements paysagers…
Outre les informations récoltées sur l’histoire du paysage, les archéologues ont mis au jour plusieurs bâtiments à vocation agricole, principalement datés de l’époque romaine. À partir des analyses de l’architecture et des objets associés à ces bâtiments, ils devraient pouvoir identifier les fonctions de ces édifices. L’un d’eux a d’ores et déjà livré quelques-uns de ses secrets, puisque des objets liés à une forge lui étaient associés. À proximité d’un autre, les archéologues ont découvert un grand vase de stockage enterré dans une fosse, qui devait probablement contenir une partie du fruit des récoltes. Sa datation au IIe ou Ier siècle avant notre ère indique une exploitation de ce terroir dès l’époque de la Gaule indépendante. Pour les autres bâtiments, il faudra attendre l’étude de leur organisation pour déterminer s'ils appartiennent à une ou plusieurs fermes, ainsi que leur datation exacte.

Le site des Reliades, au Puy-en-Velay, illustre également le lien intime qui unissait, aux périodes protohistoriques et antiques, le monde des morts et le monde des vivants. Deux petits ensembles de sépultures ont en effet été découverts, l’un datant de l’époque gauloise, l’autre de l’époque romaine. À l’époque, c’est l’incinération qui constituait le mode d’ensevelissement privilégié. Cependant, de toute la cérémonie funéraire – construction du bûcher, crémation du corps, repas commémoratifs, ensevelissement… - les archéologues ne découvrent que quelques restes apparemment dérisoires, mais qu’il faut soigneusement analyser afin de recomposer les étapes de la cérémonie. Ainsi, ces sépultures feront l’objetd’études spécialisées visant à les dater précisément, connaître le nombre de défunts, leur statut social ou encore les gestes funéraires. Après la phase de terrain, qui durera jusqu’au
mois d’octobre, c’est donc en laboratoire que le travail se poursuivra avec une analyse scrupuleuse par les différents spécialistes des données récoltées sur le site.

Le travail mené ici par l’équipe d’Archeodunum SAS permettra d’apporter de nombreuses informations sur l’histoire de la Haute-Loire et du Velay, dont le nom provient du peuple gaulois qui occupait cette région : les Vélaves. Peu d’informations concernant ce peuple ont traversé l’histoire, et seule l’archéologie permet d’en connaître un peu mieux les modes de vie et la culture. C’est toute l’opportunité qui est offerte ici : à la faveur de grands travaux d’aménagement contemporains, qui remodèlent une fois de plus le paysage, ce sont près de 3 000 ans d’aménagements qui se révèlent dans ce terrain, véritable livre d’histoire ouvert sous le coup des pelles mécaniques, des pioches et des truelles maniées par les équipes de terrassiers et d’archéologues.

Les services de l'État rappellent qu’il est très dangereux de se rendre sur le chantier du contournement et qu’il est strictement interdit d’y pénétrer (piétons, motos, quads…). Ils appellent à respecter les hommes qui oeuvrent pour votre sécurité. Et informent également qu’une journée portes-ouvertes archéologie sera organisée le samedi 22 septembre prochain sur le site des fouilles aux Reliades. Vous pourrez vous inscrire à partir du 20 août par téléphone au 0 805 69 68 43 (appel gratuit depuis un poste fixe).
source : http://www.43chrono.fr/20072012des-vestiges-gaulois-et-grecs-sous-le-contournement-du-Puy.media?a=2345

Une équipe d’archéologues de la société Archeodunum travaille depuis deux mois dans le sol du Puy-en-Velay, au lieu-dit « Les Reliades ». Objectif : mettre au jour des vestiges archéologiques vieux de deux millénaires. pour mettre au jour les vestiges archéologiques enfouis
Un chantier d'environ trois hectares. Les pelles mécaniques s'activent pour ouvrir la terre. À l'aide de pioches et de truelles, cinq archéologues de la société Archeodunum relèvent des traces d'une fréquentation dont l'origine remonte jusqu'à l'âge du Fer (800 à 30 avant notre ère).

« Ce n'est pas Pompéi, mais cela reste un chantier de fouilles d'importance pour la région, affirme Éric Septaubre, responsable au sein de la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal). Ce sont des fouilles préventives, en amont de l'aménagement du contournement de l'agglomération du Puy-en-Velay par la RN 88 ». Lancées au mois de mai par le service régional d'archéologie (Drac), ces fouilles ont déjà révélé de nombreux vestiges d'une occupation qui s'étend sur plusieurs millénaires. De l'âge du Fer à la période moderne. Dès l'Antiquité, la présence de drains indique par exemple que ce secteur a fait l'objet d'une exploitation agricole. « Au-delà des informations récoltées sur l'histoire du paysage, les archéologues ont mis au jour plusieurs bâtiments à vocation agraire de l'époque romaine », précise Éric Septaubre. Un grand vase de stockage gaulois, destiné à contenir une partie des récoltes, a été retrouvé enterré dans une fosse.

Le site des Reliades illustre également le lien entre le monde des morts et celui des vivants à la période antique. Deux ensembles de sépultures ont été découverts, avec des amas d'os humains brûlés dans une tombe gauloise. Des échantillons qui restent à analyser pour les dater plus précisément, comme l'explique Éric Septaubre : « Après la phase de terrain, qui durera jusqu'au mois d'octobre, c'est en laboratoire que le travail se poursuivra avec une analyse des données récoltées sur le site ». Les archéologues veulent aussi comprendre les rites funéraires qui accompagnaient ces incinérations.

Ces fouilles apportent un nouvel éclairage sur l'histoire locale. « Nous avons peu d'informations sur le Velay dont le nom provient des Velaves, peuple gaulois qui occupait cette région, rappelle Éric Septaubre. Seule l'archéologie peut permettre de connaître un peu mieux les modes de vie et la culture ».
source : http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/haute-loire/2012/07/21/des-archeologues-effectuent-des-fouilles-depuis-mai-sur-le-chantier-de-contournement-de-la-ville-1226764.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 20 Fév - 5:06