Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

Ouya, la console de salon vue par Android

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Ouya, la console de salon vue par Android

Message par Apollyôn le Dim 15 Juil - 1:00

LE PLUS. Elle s'appelle Ouya, proposera des jeux en partie gratuits, offrira aux utilisateurs de la "bidouiller" et coûtera moins de 100 dollars : c'est la nouvelle console de salon promise par Julie Uhrman, présidente de la firme. Sortie prévue en 2013 et probable révolution dans l'univers très fermé des playstations et autres X-box. Explications.

Tous les spécialistes se lancent à corps perdu dans la course à la hype du multi-écrans, de la TV connectée et de plein de concepts visant la sacro-sainte génération Y (concept marketing servant à désigner une génération toujours plus connectée).

Le monde high-tech attend avec impatience la fameuse Apple TV, le Nexus Q de Google ou encore les consoles de salon nouvelle génération qui emporteront toujours plus de puissance et d’interactions "sociales".

Mais le grand bouleversement pourrait bien venir d’une solution se situant à l’opposé de tout mercantilisme acharné, avec une console open source et à moins de 100 dollars…

Il n’y a pas vraiment de secret : dans le monde des produits technologiques grand public, le but est de proposer de nouveaux gadgets, les moins compatibles possible. Le meilleur exemple est bien sûr Apple, qui essaie (et réussit, il suffit de voir les résultats financiers de la firme de Cupertino) de nous enfermer dans une dépendance totale. Apple TV, par exemple, sera selon toute vraisemblance contrôlable via votre iPhone et/ou iPad afin d’aller acheter des contenus sur iTunes ou l’App Store.

Circuit fermé, périphériques compatibles hors de prix, cela a toujours été le credo, aussi bien chez Apple que dans le monde des consoles de jeu de salon. Pour équiper votre Playstation de la caméra et du capteur de mouvement compatibles (mais aussi de la carte mémoire et autres accessoires quasiment indispensables) il faut à nouveau passer à la caisse.

Un gamer qui voudrait d'équiper des pieds à la tête autour de sa console favorite (et éventuellement avec 2 ou 3 consoles dernier cri) verrait donc très vite l'addition grimper.

Avec le concept Ouya, on entre dans une nouvelle vision du jeu et de la console de salon. Car ce n’est plus une simple console qui s’offre à vous, mais bien un centre multimédia aux possibilités infinies. Le projet est développé par des anciens du monde vidéo ludique, qui connaissent très bien les enjeux de cette industrie.

Leur vision est celle du libre, du personnalisable à outrance et du peu cher, où les développeurs comme les joueurs trouvent leur compte. Bien sûr, il ne faudra pas s’attendre à des performances supersoniques, comme ce que sont susceptibles d’annoncer Sony et Microsoft pour leurs consoles respectives l’an prochain.

Mais tout de même, tout cela est plus qu’honorable pour un produit proposé à 99 dollars. La petite boîte blanche tourne sous Android, et est complètement "hackable" (piratable), et c’est bien là que réside la particularité de la Ouya.

La créativité et le bidouillage sont à l’honneur avec le projet Ouya, ce sont même les piliers de la réussite (ou de l’échec) du produit. Ses concepteurs sont partis du principe que la bête tournant sous Android, il serait facile pour beaucoup de développeur de proposer leurs jeux pour la console.

Le système d’exploitation et ses SDK (environnements de développement) étant totalement ouvert, les coûts de production d’un jeu sont très largement réduits. Totalement dans la culture geek de l’expérimentation et du do it yourself, ce concept pourrait bien révolutionner le monde de la console de salon et de la consommation de contenu télévisuels. Car oui, petite précision, les jeux seront gratuits…

Selon ce que vous voulez faire de votre télévision, il suffira de télécharger les applications dédiées sur votre console. Si vous êtes un adepte du visionnage de contenus vidéo sur Youtube, pas de problème, vous pouvez naviguer très simplement sur Youtube depuis votre canapé.

Mais comme la manette n’est pas forcément ce qu’il y a de plus ergonomique pour naviguer sur internet, vous serez en mesure de contrôler le tout avec votre smartphone, via une application développée à cet effet par un développeur quelconque ayant développé l’application pour son usage personnel et la faisant partager à la communauté.

Avec les systèmes de stockage de musique ou d’achat de films en VOD en ligne, on peut très bien imaginer la Ouya se transformer en Nexus Q ou en Apple TV avec quelques applications développées pour cet usage.

Avec sa connectique Bluetooth, vous pourrez même très simplement brancher clavier et souris pour transformer votre TV en mini ordinateur personnel. La mémoire flash de la console n’est pas énorme, mais avec un service comme Dropbox et son espace de stockage gratuit plus de problème. Pour résumer, cette Ouya pourra se transformer à votre main, optimisée selon votre utilisation, tout en étant une console au design et à l’ergonomie très travaillés.

Face à la toute puissance de lobbys en tous genres (je vous parle souvent de l’industrie de la musique mais c’est aussi le cas pour tout l’entertainment grand public), l’open source et son idée de partage est essentiel.

Et parce que la communauté ce n’est pas seulement une horde de fans et de followers sur les réseaux sociaux captifs envers une marque, mais aussi des gens avec des idées pour faire avancer les usages numériques, Ouya est déjà un succès.

Le projet a été proposé aux "investisseurs" particuliers sur la plateforme américaine Kickstarter il y a 3 jours avec un objectif de 1 million de dollars de fonds à récupérer pour assurer le développement de la console. On est déjà à près de 4 millions de dollar récoltés, ce qui prouve l’engouement des gamers de tous poils pour cette vision novatrice et tellement séduisante.

Ce projet Ouya met une grande claque à de nombreux produits concurrents de grandes firmes et préfigure, je l’espère, une vraie révolution durable et responsable dans l’utilisation des nouvelles technologies. Comme pour tous les systèmes sous Android l’hégémonie de Google peut encore être questionnée (tracking, respect de la vie privée etc…), mais les possibilités sont tellement infinies que l’on a réellement, et plus que jamais, envie d’y croire.
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/592569-console-de-jeu-ouya-la-revolution-du-salon-est-en-marche.html

Une PME américaine prévoit de lancer une nouvelle console de salon vendue une centaine de dollars en mars 2013, après avoir réuni en quarante-huit heures le quadruple des fonds nécessaires au lancement de la production et à la vente de ce nouveau produit.
Baptisée Ouya, cette console basée sur le système Android se revendique du modèle "free-to-play" (les jeux sont gratuits, mais des options et bonus sont payants) et devrait donc majoritairement proposer des jeux vidéo gratuits. Pour chaque jeu, "il y aura au moins une version de démonstration gratuite, ou bien l'intégralité du jeu sera gratuite mais avec la possibilité d'acheter des contenus additionnels", explique l'équipe sur sa page Kickstarter, site Internet où l'on peut faire appel aux internautes pour financer un projet.

En quelques heures, Ouya a réuni mardi 10 juillet les 950 000 dollars nécessaire, selon elle, au lancement de cette console. Jeudi à 9 heures, un peu plus de quarante-huit heures après le lancement de l'opération, la société a récolté 3 750 000 dollars, investis par 29 000 internautes, soit un don moyen de 129 dollars par personne.

Dans les faits, il s'agit plutôt d'une opération de prévente de la console, puisqu'un don de 99 dollars ou plus donne droit à une console Ouya "avant sa mise en vente en magasin". Pour 30 dollars de plus, une deuxième manette est fournie, et il faut ajouter 20 dollars si l'on réside à l'étranger pour les frais de port.

Pour l'heure, aucun jeu spécifiquement conçu pour la console n'a été annoncé officiellement, mais les créateurs d'Ouya revendiquent le soutien de certaines personnalités de l'univers du jeu vidéo, dont Jordan Meschner, créateur de Prince of Persia, avec cette citation pour le moins générique : "Qui ne voudrait pas avoir un bel objet dans son salon pour 99 dollars, branché directement à la télévision, et donnant accès à une gigantesque ludothèque ?"

Selon les concepteurs d'Ouya, Mojang, la société qui a créé Minecraft, énorme succès du jeu vidéo indépendant, a promis que leur best-seller arriverait sur Ouya "mais seulement si nous prouvons que nous pouvons créer un beau produit (c'est notre boulot) ET si suffisamment de personnes réclament leurs jeux (c'est votre boulot)".

Interrogée par Le Monde.fr, la présidente d'Ouya, Julie Uhrman, assure avoir l'intention "de se servir de tous ces soutiens pour permettre aux créateurs de grands jeux de faire le meilleur travail", sans donner de détail. Concrètement, les capacités graphiques de la console, qui tournera avec un processeur nVidia Tegra 3, devraient s'approcher de ce qui est visible dans la vidéo ci-dessous.



La manette présentée sur la page Kickstarter d'Ouya est quant à elle conforme aux canons en vigueur pour les consoles de salon, avec quatre boutons de façade, deux joysticks, une croix directionnelle et des gâchettes. Elle sera également équipée d'une surface tactile "pour les jeux qui feront le voyage depuis le mobile ou la tablette jusqu'à la télévision". Etant donné les capacités graphiques affichées, ceux-ci devraient constituer le gros du bataillon.

Ouya se veut aussi une plateforme ouverte, puisque tout un chacun pourra développer des jeux dessus : "Chaque console Ouya est un kit de développeur", clame l'équipe, qui incite d'ailleurs les hackers à bidouiller l'engin. Tout est mis en œuvre pour que le plus de développeurs possibles s'investissent dans le projet ; le succès de cette console dépend donc essentiellement de ce qu'ils en feront et, bien sûr, du nombre de joueurs qui seront prêts à investir pour profiter pleinement des jeux.

Pour Julie Uhrman, les trois principaux constructeurs du marché (Nintendo, Sony et Microsoft) "sont retranchés sur leur façon de faire du business et n'ont pas eu, jusqu'à maintenant, de raison de remettre en cause les réflexes qui les ont guidés ces dix dernières années".

D'une manière générale, l'équipe insiste sur le rôle que doivent jouer les internautes, non seulement pour que cette console voie le jour, mais aussi parce que, selon le slogan qu'elle a adopté, "la révolution sera télévisée", contrairement donc à ce qu'annonçait, mais dans un propos qui n'avait rien à voir, Gil Scott-Heron en 1970.

Ouya considère qu'à l'heure où le jeu sur téléphone mobile et sur tablette semble concentrer les attentions et les investissements,"nos meilleurs moments vidéoludiques ont eu lieu dans le salon". Et de citer la fameuse phrase de Super Mario Bros : "Our princess is in another castle" – une manière d'assurer aux joueurs traditionnels qu'Ouya satisfera leurs attentes.
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/07/12/ouya-un-projet-de-console-de-salon-base-sur-le-free-to-play_1732036_651865.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Ouya, la console de salon vue par Android

Message par Apollyôn le Ven 4 Jan - 18:09

Ouya, la console Open Source va-t-elle révolutionner le jeu vidéo ?

Financée par les internautes et pourvue de jeux gratuits : la petite Ouya devrait être disponible en mai 2013. Menacera-t-elle l’hégémonie de Sony et Nintendo ?



D'ici le mois de mai 2013, le marché des consoles de salon va accueillir une petite nouvelle, la Ouya. Entièrement financée grâce aux dons des internautes cette nouvelle machine Open Source proposera un système de jeux gratuits et en streaming. Malgré sa faible puissance, la Ouya est bien partie pour mener un combat contre les géants Nintendo ou Sony. Comment va-t-elle faire la différence ?

L’aventure de la Ouya commence en juillet 2012 sur le site de financement de projets kickstarter.

FINANCEMENT. Sa conceptrice, Julie Uhrman, demande alors aux geek férus de jeux vidéo de participer à la construction de la console à hauteur de 950 000 $. Au bout de 24 heures seulement, les dons dépassent les 2,5 millions de dollars. Au final, les internautes auront apporté plus de 8.5 millions de dollars ! De quoi transformer un simple concept marketing en un réel projet industriel.

ANDROÏD. Vendre une console sans jeux vidéo, c'est mission impossible. Afin d'attirer vers elle les développeurs de jeux, Julie Uhrman propose donc un concept alléchant. En effet, le système d'exploitation de la Ouya est basé sur le fameux OS Open Source d'Androïd.

Dans les faits cela veut dire que n'importe quel créateur de jeux vidéo, qu'il soit débutant ou indépendant, peut développer gratuitement un jeu sur cette console sans avoir à payer une fortune pour acquérir les kits de développement comme c'est le cas pour les consoles de salon classiques.

Avec une taille comparable à un Rubik’s Cube, et son processeur d'1,6 Ghz, la console se rapproche plus, en termes de puissance, d'une tablette tactile que d'une véritable console de salon.

"CLOUD GAMING". Si son but avoué est de pouvoir afficher sur votre télévision les jeux auxquels vous jouez sur votre smartphone, la console devrait aussi vous permettre de lancer des jeux aux graphismes plus complexes. En effet, les créateurs de la Ouya devraient conclure un partenariat avec la société OnLive, spécialisée dans le « cloud gaming ».

La Ouya se connectera ainsi à des serveurs faisant fonctionner les jeux à distance et affichant directement le résultat sur votre télévision, comme si vous regardiez une vidéo en streaming. Évidemment, il faudra que la connexion internet soit suffisamment rapide…

"FREE TO PLAY". À la différence des consoles classiques où il faut payer pour ses jeux, la Ouya proposera avant tout des produits gratuits. Pour cela, le constructeur s’appuie sur un système, appelé free to play qui fonctionne déjà très bien sur PC.

Son principe : les éditeurs livrent gratuitement leurs jeux et les rentabilisent en faisant payer aux joueurs des armes, des personnages ou des niveaux supplémentaires. De plus, certains éditeurs connus comme Mojang (créateur du célèbre Minecraft) ou Square Enix (Final Fantasy) fourniront gratuitement à la petite console des jeux sortis il y a quelques années.
source : http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/high-tech/20130104.OBS4487/ouya-la-console-open-source-va-t-elle-revolutionner-le-jeu-video.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.

    La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 15:00