Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Les ancêtres des Amérindiens au prisme de la génétique

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Les ancêtres des Amérindiens au prisme de la génétique

Message par Apollyôn le Jeu 12 Juil - 12:23

Trois vagues de migration humaine venues de Sibérie ont peuplé l'Amérique il y a environ 15.000 ans, selon une étude génétique. Confirmant les origines des actuels Amérindiens, ces recherches ne répondent pas à toutes les questions sur l'histoire de ce peuplement.

Ceux qui peuplaient le Nouveau Monde quand l’Occident l’a découvert, ceux que l’on appelle aujourd’hui les natives, ou indigènes, du continent nord et sud américain, seraient les descendants de trois vagues humaines successives venues de Sibérie, selon une étude génétique internationale publiée dans la revue Nature du 12 juillet.

L’hypothèse dominante pour expliquer le peuplement du continent américain est en effet l’arrivée de populations venues par le détroit de Béring à une période où un pont continental permettait de passer à pied sec de l’Asie à l’Amérique (le dernier ‘pont’ se situant entre -30.000 et -15.000 ans).

La nouvelle étude menée sur 52 populations amérindiennes et 17 groupes sibériens, comparant plus de 360.000 marqueurs génétiques, confirme ce scénario. Allant plus loin, Andrés Ruiz-Linares (University College London, GB) et ses collègues concluent que les arrivants sont venus en trois groupes. Un modèle proposé dans les années 80 mais sujet à controverse.

La première vague de migration, il y a environ 15.000 ans, a laissé sa signature génétique dans la très grande majorité des populations amérindiennes, du Nord du Canada au sud de l’Argentine, des Algonquins du Québec, aux Mayas du Guatemala, jusqu’aux Yaghans de Terre de Feu, expliquent les chercheurs dans leur article. « Deux autres vagues de migration ont contribué au peuplement du nord de l’Amérique », précise Stéphane Mazières, du Laboratoire Anthropologie bio-culturelle (CNRS/Aix Marseille Université/EFS), qui a participé à cette étude. Elles ont contribué au peuplement de l’Alaska et du Canada (peuples Eskimo-Aléoutes et Chipewyans).

« Les données génétiques révèlent aussi qu’il y a eu un cas de remontée de certaines populations de la Colombie vers l’Amérique centrale, ce qui explique le patrimoine génétique particulier des Chibchan du Panama » ajoute Stéphane Mazières.

Au nord du continent, les deux dernières vagues se sont mélangées avec la première, souvent appelée celle des «First Americans». Cependant, s’agissait-il vraiment des premiers Américains ?

Là où la génétique ne permet pas de remonter au-delà de 15.000 à 20.000 ans, l’archéologie offre des preuves d’une occupation humaine beaucoup plus ancienne, en particulier au sud. En attestent les outils de Pedra Furada, au Brésil, vieux de 30.000 ans, les empreintes de pas humains dans la cendre volcanique du Cerro Toluquilla, au Mexique, âgées de 38.000 ans, etc.. Une autre hypothèse émerge de ces fouilles : l’installation de Paléoaméricains, qui pourraient être apparentés aux Austro-Mélanésiens, qui auraient été remplacés par les ancêtres des actuels natives (Lire "Au berceau d’Homo americanus", dans le magazine Sciences et Avenir, avril 2007).
source : http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20120711.OBS6809/les-ancetres-des-amerindiens-au-prisme-de-la-genetique.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Les ancêtres des Amérindiens au prisme de la génétique

Message par Apollyôn le Lun 16 Juil - 18:23

Les ancêtres des Américains ne seraient pas ceux qu'on croyait.

Des pointes de flèches et de lances d'au-moins 13.200 ans découvertes dans des cavernes du nord-ouest des Etats-Unis remettent en question la théorie selon laquelle les peuples dits "de Clovis" ont été les premiers Américains, selon des travaux publiés jeudi 12 juillet. Ces pointes de silex, dites projectiles "de Western Stemmed" mis au jour dans les grottes de Paisley, dans l'Oregon, ont été fabriquées selon une technique très différente de celle caractéristique de la culture de Clovis, soulignent les auteurs de ces travaux parus dans la revue américaine Science datée du 13 juillet.

Ces scientifiques ont également confirmé que l'ADN humain extrait d'excréments desséchés retrouvés dans les sédiments de ces cavernes date de la même époque. L'équipe de recherche dirigée par Dennis Jenkins de l'Université et du Musée d'Histoire Naturelle d'Oregon, a également procédé à 190 datations au radiocarbone d'ossements, de brindilles d'armoise et d'autres vestiges qui tous pointent vers la même période dans le temps. Aucun vestige appartenant à la culture de Clovis n'a été trouvé dans ces grottes de Paisley, soulignent aussi ces chercheurs.

Ces nouvelles datations des projectiles de "Western Stemmed" apportent de nouvelles informations dans le débat de ces dernières décennies. Elles paraissent indiquer que ces peuplades se seraient développées séparément, observe Dennis Jenkins. Selon lui, les peuplades de la culture de Clovis seraient apparues dans le sud-est des Etats-Unis avant de migrer vers l'ouest alors que celles appartenant à la tradition de "Western Stemmed" auraient commencé à émerger plus tôt dans l'ouest se déplaçant ensuite vers l'est.

"Basé sur nos datations, il semble impossible que la culture de 'Western Stemmed' ait dérivé de la tradition de Clovis", insiste Dennis Jenkins. "Ces données laissent au contraire penser que nous serions ici dans l'ouest des Etats-Unis en présence de vestiges d'une culture au moins aussi ancienne que celle de Clovis voire probablement plus ancienne", explique-t-il. "Nous semblons avoir deux traditions différentes qui ont co-existé en Amérique sans se mélanger pendant des centaines d'années", ajoute le chercheur.

Le peuplement de l'Amérique par les peuplades dites de Clovis est la théorie dominante depuis la mise au jour en 1932 des indices les plus anciens de la présence humaine sur le continent sur le site de Blackwater Draw, près du village de Clovis au Nouveau-Mexique (ouest).

Pour le Professeur Eske Willerslev, du Center for GeoGenetics à l'Université de Copenhague au Danemark, un des co-auteurs, "les résultats de ces travaux portent la dernière estocade à la théorie de Clovis". "Culturellement, biologiquement et chronologiquement, cette théorie ne tient plus la route", ajoute-t-il. Pour lui, il y a deux hypothèses, jugeant "très prématuré" de dire laquelle est la plus probable.

Selon la première, l'Amérique était peuplée, plusieurs milliers d'années avant les peuplades de Clovis, par des immigrants qui ont créé des technologies de fabrication d'outils et de pointes de flèches desquelles auraient découlé les traditions de Clovis et de "Western Stemmed". Selon la seconde hypothèse, il y aurait eu deux migrations en Amérique du Nord dont une aurait été antérieure à celle de Clovis d'au-moins un millier d'années.

Une étude menée par des généticiens de la faculté de Médecine de Harvard publiée mercredi dans la revue britannique Nature a déterminé, en analysant des milliers de variations génétiques d'Amérindiens, que l'Amérique a été peuplée en trois vagues de migration venue de Sibérie dont la première il y a plus de 15.000 ans.
source : http://www.huffingtonpost.fr/2012/07/12/les-ancetres-des-americains-ne-sont-pas-ceux-que-on-croyait_n_1669246.html?utm_hp_ref=france


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 17 Oct - 3:47